Le bonheur falsifié

Publié le par Madeleine Moreau

Chaque journée commence avec une page blanche sur laquelle tu peux écrire les moments importants qui te seront donnés

Un titre mystérieux pour parler de ce qui nous arrive fréquemment.

« Rechercher le bonheur » … les mots clés qui reviennent le plus souvent dans les recherches concernant mon blog.

La recherche du Graal, de la recette qui permettra enfin d’accéder au bonheur !

C’est un peu comme s’il nous fallait faire des choses spéciales, trouver ce truc qui nous manque, découvrir le remède qui guérira nos mal-être pour accéder, enfin, à ce bonheur qui nous est promis.

Bien sûr, on y arrive, de temps en temps, du moins, c’est ce que l’on croit. C’est tellement éphémère, qu’on finit par jeter tout ce qui nous semble être des promesses qui ne se réalisent jamais.

Nous collections, à nos dépens, des moments de bonheur falsifiés.

Vous vous demandez ce que j’entends par là ?

Je vous invite à un petit exercice – oui, je sais, « encore un exercice » …

Que faites-vous pour vous sentir heureux, heureuse lorsque vous avez cette sensation de ne pas l’être ?

Quelles décisions prenez-vous ?

Quelles pensées nourrissez-vous ?

Quels sont les mouvements que vous enclenchez pour vous sentir mieux ?

Ce n’est pas forcément évident de répondre à ces questions. Pas évident car nous posons tous et toutes des actes inconscients qui devraient nous conduire à vivre un bonheur plein.

Personnellement, il m’arrive de me sentir plus dans la tristesse que dans la joie, dans le manque que dans le plein, dans le brouillard qu’au soleil, dans la fatigue que dans l’énergie … Et, dans ces moments-là, surtout lorsque cela devient trop pénible, je m’enfonce dans un peu plus d’inertie, attendant que la crise passe. Je ne suis alors pas mieux bien et pas moins mal …

Je prends alors la décision de me reprendre en main. Je regarde si je peux faire quelque chose pour quelqu’un, vous savez, donner un coup de main, proposer un service, susciter une rencontre … il y a plein de choses possibles pour renouer avec l’environnement.

Je me dis que si je montre que je m’intéresse à X ou Y, je recevrais l’attention que je recherche, que si je m’engage un peu plus dans tel ou tel truc je serais mieux reconnue, que si je donne sans compter je serais remerciée … En fait, je me projette dans une réalité factice qui m’apportera ce qui me manque cruellement.

Je me fais le devoir de répondre à ce que je crois être les attentes des autres vis-à-vis de moi, seule perspective qui va me permettre de penser que je suis importante pour l’autre, et cela même si tout au fond de moi je sais que ce n’est pas le cas.

Si je passe à l’action, c’est vrai, j’ai cette douce sensation de revivre, de trouver ce bonheur que je recherche. C’est un bonheur qui n’a pas le goût du bonheur. Il n’entre pas en profondeur, il ne me fait pas grandir. C’est un bonheur qui ressemble au bonheur, mais il est falsifié, entendez par là qu’il est faux, car mon cœur n’est pas engagé, ma gratuité n’existe pas.

Et vous, ça se passe comment ?

Vous pouvez passer en revue les différents secteurs de votre vie, là où vous allez pour trouver un peu plus ce bonheur qui vous manque. Vous pouvez regarder dans le secteur familial – vie de couple – environnement professionnel – environnement relationnel – vie personnelle.

Si vous stressez parce que vous voulez vous montrer performant-e ou si vous laissez les choses s’accumuler dans l’attente qu’on vous apporte un peu d’aide, regardez s’il n’y a pas, dans ce mouvement, une recherche désespérée d’accéder au bonheur.

Si vous vous précipitez sur la plaque de chocolat ou une douceur quelconque pour remplir un vide en vous, regardez si vous ne cherchez pas, avant tout, à vous sentir mieux.

Si vous vous mettez en avant et que vous vous proposez instinctivement à prendre à votre charge certaines responsabilités, regardez si vous le faites de bon cœur ou simplement pour vous sentir reconnu-e, ce qui serait un signe de quête du bonheur.

Si vous vous forcez à apporter de la bonne humeur, à déjoué les tensions, à rire de tout et de rien, à tendre la main à tout le monde, à trouver que tout le monde est beau et gentil, regardez s’il n’y a pas, tout au fond de vous, un mal-être qui vous ronge et cette espérance un peu folle que les autres vous donneront ce que vous recherchez profondément.

Ce sont là quelques pistes que vous pouvez explorer.

Le bonheur ne s’achète pas

On croit, trop souvent, que l’on doit faire des choses pour accéder au bonheur. Quand on fait les choses pour avoir quelque chose en retour, cela revient à dire que l’on cherche à « acheter » notre dose de bonheur.

Personnellement, je ne peux que constater que tout ce que j’ai fait pour les autres, dans le but de me sentir reconnue ou des efforts que j’ai menés pour être plus attractive ou séduisante afin de recevoir des compliments, ne m’ont pas apporté durablement un plus de bonheur.

Par contre, à chaque fois que je fais quelque chose sans chercher à recevoir en retour, à chaque marche dans la nature, à chaque occasion où j’ai pu me réjouir sans avoir d’arrière-pensées, à chaque moment de pur émerveillement, j’ai touché à cette sensation de bonheur intense.

Ce n’est pas parce que vous faites plein de choses pour les autres ou pour vous-même que vous trouverez plus de bonheur.

Je vous laisse méditer sur cette citation : « Pour trouver le bonheur, pas besoin de clé, la porte est toujours ouverte »

Comme me le disait une connaissance : « Ce qui reste à faire est de passer le palier ».

Ne passez pas vos journées à chercher le bonheur, vivez le moment présent, il se trouve là.

Je vous souhaite une merveilleuse journée avec des moments de bonheur. A bientôt.  

p.s. Si vous avez peur de laisser passer le prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page. Un message vous sera envoyé dans votre boîte dès la parution d’un article.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article