Ce n’est pas une blague

Publié le par Madeleine Moreau

Le téléphone sonne. Elle répond. Au bout du fil, une personne s’annonce rapidement.

« Il y a des problèmes d’eau dans votre immeuble, des agents de nos services passeront dans quelques jours pour vérifier que tout est en ordre. Je vous souhaite une bonne journée. »

Tout est ok, pas de quoi s’affoler.

Quelques jours plus tard, on sonne à la porte.

La dame âgée va ouvrir.

Un homme en tenue de travail se tient devant la porte.

« Bonjour Madame, je viens pour contrôler si le débit de l’eau dans vos robinets sont conformes. »

En même temps il lui présente une carte un peu défraichie sur laquelle la dame âgée peut lire le mot « police ».

Elle le fait entrer avec le sourire.

Il lui demande de commencer par la cuisine. Pas de problème. Il tourne le robinet.

A l’entrée, un bruit.

La dame âgée voit un autre homme, habillé comme le premier. Il lui demande où est la salle de bain. Elle lui indique.

Dans la cuisine, le 1er homme l’appelle. Elle le rejoint. Celui-ci fait couler l’eau un peu plus fort. Ça fait du bruit, d’autant plus qu’il lui parle également plus fort.

Quelques minutes, quelques secondes plus tard, il lui annonce que tout est en ordre. La remercie et s’en va. Le deuxième homme est déjà parti.

Quelque chose turlupine la dame âgée. C’est quand même bizarre.

Elle se rend dans sa chambre à coucher et découvre les portes de son armoire grandes ouvertes.

La caissette dans laquelle elle gardait une somme d’argent pour le cas où … a disparu, ainsi que ses bijoux, la montre en or que ses enfants lui avaient offert …

Elle a porté plainte.

Pas d’empreintes, pas de trace d’infraction, mais un récit fidèle qui concorde avec d’autres plaintes. Une description claire de l’homme qui était avec elle dans la cuisine fournit à la police la preuve que c’est l’homme qui est recherché depuis longtemps mais qu’elle ne parvient pas à arrêter.

Pour se protéger, il existe d'autres méthodes que le cadenas !

Une cible, une méthode gagnante

Pourquoi est-ce que je vous raconte cette histoire, et qu’a-t-elle à voir avec le coaching ?

Il y a plusieurs raisons.

Tout d’abord, c’est une dame âgée qui est la cible des malfaiteurs. Une dame qui n’a pas de raison de se méfier de tout le monde, surtout qu’elle avait été avertie de la visite.

La méthode est infaillible. Les voleurs sont sûrs de la trouvé chez elle.

Il y a donc, une connaissance rudimentaire du comment les personnes d’un certain âge réagissent.

Il y a l’après. L’après « agression » même si aucune violence corporelle n’a été faite. Il y a une violence psychologique, un traumatisme psychologique qui sera à prendre en compte, même si la dame âgée assure à ses proches qu’elle va bien.

Le choc psychologique va se transmettre à ses proches. Ceux-ci ne vont pas comprendre comment leur maman a pu se laisser avoir … avec tout ce qu’on lit dans les journaux, elle aurait dû se méfier … si facile à dire après coup !

Donc, chaque personne doit apprendre à gérer les émotions qui surviennent, à faire le deuil des choses dérobées, à revoir comment se protéger à l’avenir.

C’est tout un travail psychologique qui doit se faire, qu’on le veuille ou non. Une agression qui touche la bulle intime laisse toujours des traces.

Enfin, il y a une dernière raison.

J’aurais pu ne jamais vous parler de cet incident car il est personnel pour la personne qui a été agressée, il l’est pour ses proches, il l’est dans l’environnement direct, même si tous les habitants de l’immeuble savent que la personne du Xème étage a été cambriolée en plein jour !

Si je vous en parle aujourd’hui, c’est pour vous inviter à diffuser largement cet article autour de vous, à en parler autour de vous.

Cet évènement peut se produire n’importe où, dans n’importe quel pays.

Les malfaiteurs sont doués pour monter des scénarios solides, au-delà de tout soupçons et ils peuvent rapidement changer de quartier, de ville, de région et continuer leurs manèges … sauf si l’information constitue une barrière assez solide pour rendre leurs manœuvres inefficaces.

Ce que vous pouvez faire

Dans le cas que je vous présente, la dame âgée a été avisée par téléphone que quelqu’un passerait. La raison, vu de l’extérieur, est bizarre. En effet, pourquoi vérifier le débit de l’eau dans les appartements ? De plus, l’identité de l’appelant était inaudible. Il y a donc de quoi se méfier. Un téléphone à la régie aurait été le déclic que quelque chose se préparait.

Mais là, c’est le regard extérieur et la raison qui fait dire cela. Dans le concret, la personne cible n’a pas forcément les moyens de mener une analyse approfondie de ce qui se passe.

En revanche, vous pouvez agir plus concrètement. Voici comment :

  • Ne pas garder une somme d’argent importante chez vous, juste ce qui vous est nécessaire pour la semaine.
  • Ne pas mettre tous vos bijoux au même endroit.
  • Ne pas donner le code d’accès de votre immeuble à une personne étrangère.
  • Ne pas poster sur vous réseaux sociaux les moments où vous n’êtes pas à la maison.
  • Ne pas mettre votre adresse domicile dans vos GPS – vous savez où vous habitez … - mettez l’adresse de la police !
  • Ne pas répondre à de prétendus messages qui vous disent que vous avez gagné à un tirage au sort ou que vous avez été choisi pour recevoir un cadeau.
  • Vérifier toutes les demandes qui peuvent vous être faites en vous adressant à la source.
  • Ne jamais donner vos coordonnées personnelles à des inconnus – certains groupes prétendent mener une action d’étude – en fait, ils recueillent des données sensibles pour commettre un délit.
  • Ne jamais écrire vos codes PIN ou mots de passe lisiblement – si vous craignez les oublier, vous pouvez le faire par des méthodes mnémotechniques, comme par exemple : printemps/ octobre ce qui ferait 200310.
  • Parler de tous ces points avec vos parents si ceux-ci avancent en âge.

Si nous prenons l’habitude de nous mettre en mode vigilance, les malfaiteurs perdront un peu de leur pouvoir. C’est bien connu, leurs cibles sont principalement constituées de personnes fragilisées ou représentant un danger moindre pour eux.

Cela n’exclue pas la confiance naturelle que vous pouvez avoir vis-à-vis d’autrui, il y a cependant quelques règles que vous pouvez observer pour vous protéger au cas où …

Je vous souhaite une merveilleuse journée, à bientôt.   

p.s. Si vous avez peur de laisser passer le prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page. Un message vous sera envoyé dans votre boîte dès la parution d’un article.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article