CRRRRRAAAAAAAAQQQQQ

Publié le par Madeleine Moreau

Il s’est réveillé comme tous les matins, pilepoil 30 secondes avant que l’alarme ne se mette à vibrer.

Son premier mouvement, extirper son pied du dessous de la couette et le poser sur le plancher.

Un geste si souvent répété qu’il en est devenu instinctif.

Ce matin-là, son pied n’a pas répondu à son réflexe.

Son corps lui semblait mou, comme si son squelette avait disparu durant la nuit.

Il n’y avait pas que son squelette, il y avait aussi ses idées, sa force, son énergie.

C’était le trou noir.

Il a essayé de réveiller sa compagne qui dormait paisiblement, mais aucun son sonore ne sortait de sa bouche.

Ce n’était pas terrifiant, c’était juste bizarre. Peut-être un cauchemar qu’il faisait. L’alarme allait bientôt sonner et il retrouverait tout son entrain légendaire.

Sa compagne s’est réveillée.

Elle l’a vu, les yeux ouverts, contemplant le plafond immaculé.

Elle lui a demandé ce qu’il faisait.

Il n’a pas répondu.

Plus tard, alors que la journée avait commencé pour tout le monde, une sirène fendait le flot de voitures, il y avait urgence.

Un fait banal. Un évènement qui arrive chaque jour, quelque part, près de chez vous, loin de chez vous.

Un homme et sa compagne allaient faire face à un diagnostic terrible : BURNOUT.

Vous connaissez sans doute des personnes qui se sont retrouvées, du jour au lendemain, en burnout. Des personnes qui, soudain, se sont retrouvées incapables de faire quoi que ce soit, qui ont vécu cette sensation de ne plus être dans leur corps.

Ne brûlez pas la chandelle par les deux bouts !

Notre corps : une machine qui devrait toujours fonctionner

Si le burnout est le signe le plus tangible pour illustrer un corps qui refuse de fonctionner, il y a d’autres signes révélateurs : une déprime soudaine – celle-ci est également rattachée au fonctionnement du psyché – une fatigue anormale avec une réelle difficulté à récupérer, une lésion corporelle (après un effort ou une chute), une maladie qui s’installe plus ou moins longtemps, un besoin désordonné de compensation, que ce soit par la nourriture, l’alcool ou des produits sensés redonner du tonus.

Tout cela nous montre que notre corps peut, un jour ou l’autre, avoir des pannes de fonctionnement.

Notre corps mérite que nous en prenions soin

C’est un fait, nous avons besoin de notre corps pour vivre.

Nous avons besoin de ses organes et du bon fonctionnement de ceux-ci. Nous avons besoin de ses muscles, de ses tendons pour effectuer toutes les tâches qui nous sont attribuées.

Nous avons besoin de son énergie, de sa force.

Cela, pour n’importe qui, même pour la personne qui doit composer sa vie avec un lourd handicap. Il en est de même pour la personne qui voit ses forces décliner, ses pas devenir plus hésitants avec l’âge.

Notre corps mérite que nous en prenions soin. Y avez-vous déjà pensé ?

Cela peut paraître tellement normal, tellement évident.

Force est de constater que ce n’est pas toujours le cas. Nous ne sommes pas toujours en état de vigilance pour capter ses signaux d’alarmes.

Sans doute faites-vous partie de cette majorité de personnes qui tentent de gérer au mieux les situations stressantes, qui se moralisent lorsque leur corps montre des signes de fatigue, qui en demande toujours plus pour parvenir à courir 10 lièvres à la fois, qui ne cessent de penser aux prochaines vacances pour enfin pouvoir se reposer et qui n’y arrivent pas vraiment parce qu’elles continuent d’être dans la course !

Si vous faites partie de ces personnes, voici quelques pistes pour prendre soin de votre corps :

  • Offrez-vous de véritables pauses – je ne parle pas des arrêts furtifs pour avaler un sandwich entre 2 rendez-vous – mais d’une véritable pause qui permet à votre corps de se détendre.
  • Apprenez à ressentir les tensions qui s’installent tout au long de la journée et laissez l’eau de la douche couler sur ces tensions afin de les nettoyer.
  • N’attendez pas la dernière seconde pour aller vous coucher, allez-y dès que vos paupières se font lourdes, même si vous auriez encore des tas de petits trucs à terminer pour le lendemain. Si cela vous dérange vraiment, avancez quelque peu l’heure du réveil, vous serez plus en forme pour terminer ce qui n’a pas été fait.
  • Ayez recours à la nature, prenez le temps de la contempler, de vous laisser habiter par sa sagesse – vous ne verrez jamais un cerisier en fleur en plein hiver – prenez le temps de respirer.
  • Effectuez vos tâches autant que possible dans le calme plutôt que sous l’emprise du stress.
  • Accordez-vous des moments de détentes bénéfiques pour votre corps.
  • Observez les enfants, les animaux de compagnie pour voir comment ils se mettent en récupération : ils jouent, ils laissent libre cours à leurs fantaisies, ils se mettent en position automatiques durant quelques secondes, quelques minutes, ils s’étirent et baillent aux corneilles. …
  • Devenez de plus en plus conscient-e des efforts que vous demandez à votre corps et accordez-lui des moments de repos. Pour cela, osez dire non lorsque vous sentez que ce serait trop lui demander.

De tout cœur, j’espère que ces quelques pistes vous seront utiles pour ne pas conduire votre corps à un crrrrraaaaaaaaqqqqq qu’il aura du mal à surmonter.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

p.s. Si vous avez peur de laisser passer le prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page. Un message vous sera envoyé dans votre boîte dès la parution d’un article.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article