Que deviennent vos rêves ?

Publié le par Madeleine Moreau

Nous rêvons tous et toutes de quelque chose.

Une aspiration, une envie, un désir, une espérance … il y a toujours quelque chose qui nous tire en avant, qui nous permet de croire qu’un jour, peut-être, nous parviendrons à vivre ce que nous voulons profondément.

Tout commence dans notre tête. Nos pensées se mettent en place, nos idées prennent corps. Au niveau sensible, nos émotions prennent le relais. Ce que nous désirons semble se présenter à portée de main.

Puis, comme sur un tableau magique, tout s’efface. Alors, on recommence, on repart à la chasse aux rêves. Ce sont quand même eux qui nous donnent cette sensation que nous pouvons encore donner à notre vie le tournant qui va enfin changer notre vie.

Vous reconnaissez-vous ?

Cela m’est souvent arrivé, et ce, à tous les niveaux. Au niveau personnel où je rêvais pouvoir libérer un peu plus de temps pour m’occuper plus et mieux de mon jardin – je rêvais de parvenir à éradiquer toutes les mauvaises herbes ! – Au niveau relationnel où j’espérais pouvoir inviter tous les amis et les amies dans le cours de l’année – j’en ai fait des promesses ! – Au niveau professionnel où je souhaitais être mieux organisée pour booster mon entreprise – les mois passaient et je remettais à l’année suivante ! – Au niveau familial, j’avais envie d’avoir plus de temps pour des moments en couple ou avec nos enfants …

Et vous, quel bilan retirez-vous ?

Rêver vous permet de semer des graines pour que fleurisse votre jardin intérieur

Pourquoi ça ne marche pas comme on le voudrait ?

Il y a bien sûr, une réalité.

Mes mauvaises herbes n’en font qu’à leur tête et elles profitent de proliférer les jours de pluie ou lorsque je suis en vacances … hum … Mes amis et amies ont bien souvent, il me faut l’admettre, des plannings aussi pleins que le mien et pas aux mêmes dates … hum … Mon entreprise me satisfaisait, même si j’aurais bien voulu en faire plus, mais j’y avais un certain confort … hum … Des moments en couple ou avec nos enfants, il y en a de merveilleux tout au long de l’année, le hic est que chacun à sa vie … hum …

Oui, une réalité et beaucoup de … hum … Est-ce vraiment pour cela que ça ne marche pas comme je le voudrais ?

Il y a une autre réalité.

Ces rêves, ces pensées, se trouvent dans ma tête. Je pourrais dire : « J’y pense et puis j’oublie ».

Je le dis souvent, si je veux faire tout ce que je désire, il me faut demander de vivre encore 100 ans.

L’autre réalité réside donc dans le fait que je ne prends pas en compte ma réalité et celle des autres.

J’oublie que chaque journée est composée de 24h, que chaque semaine compte 7 jours et qu’une année comporte 12 mois. C’est valable pour moi, c’est valable pour vous.

Bonne nouvelle

Lorsque je vois tout ce que j’aurais envie de faire, de concrétiser, me permet de prendre conscience de ma vie qui est pleine.

Elle n’est pas pleine de vide, elle est pleine de choses qui m’apportent cette douce sensation de vivre pleinement.

Bien sûr, je pourrais culpabiliser de ne pas parvenir à en faire plus, de laisser passer les mois, parfois les années sans avoir eu le temps de faire plus d’invitations ou d’avoir laisser passer le temps sans me mettre à l’ouvrage.

La bonne nouvelle réside dans le fait qu’il n’y a pas de quoi culpabiliser.

En effet, si vous rêvez, cela veut dire que vous avez cette capacité à vous projeter dans le présent et l’avenir. A une condition cependant, que votre rêve ne soit pas une fuite, une échappatoire vers ce qui serait pour vous une sortie illusoire.

Comment le savoir ?

Les rêves que vous ne réalisez pas ne créent pas un vide plus grand en vous, au contraire, ils vous indiquent que vous ne pouvez pas remplir votre vie au-delà de ce qu’elle contient. Et, le plus important, ils nourrissent votre à-venir.

Conclusion

Rêver, c’est-à-dire, laisser venir en vous des pensées, des idées qui ont une accroche dans votre réalité de vie montre que vous êtes bien vivant-e. Ce serait dommage de s’en passer. Qu’en pensez-vous ?

Je vous souhaite de belles fêtes Pascales, à bientôt.   

p.s. Si vous avez peur de laisser passer le prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page. Un message vous sera envoyé dans votre boîte dès la parution d’un article.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article