L’ingrédient primordial

Publié le par Madeleine Moreau

« Rêver, rêver … c’est bien … mais moi, je n’ai pas confiance en moi et ma vie c’est échec sur échec ! »

Que répondre à un message comme celui-là ?

Ok, ce n’est pas tout le message. C’est ce qui a le plus retenu mon attention.

Que dire lorsque, effectivement, rien ne semble tourner rond dans la vie, lorsque toutes les tentatives se soldent par un échec ?

Il y a des réalités de vie difficiles, c’est un fait. Les personnes qui ont cette sensation d’accumuler les échecs, de ne pas pouvoir avancer, à qui rien ne réussit ne sont pas rarissimes. Dans mon environnement proche, j’en croise quelques-unes. Le constat que je pose est qu’il est très difficile de les aider à percevoir leur vie autrement que par le prisme de l’échec.

Il y a quelques mois, j’étais invitée à une émission de radio de notre chaîne nationale.

L’animateur me demande : « Madeleine, pouvez-vous dire que vous avez réalisé vos rêves ? » - « Oui, je peux affirmer que j’ai réalisé mes rêves. » - « Et, avez-vous été soutenue par vos proches ? » - « Mon mari m’a soutenue, mes enfants ont accepté que je ne sois pas toujours présente, la famille plus large ainsi que certains amis, non, disons qu’ils ne comprenaient pas, essayaient de me faire retrouver la raison ! » - « Pensez-vous que tout le monde peut réaliser ses rêves ? » - « Tout le monde … je ne sais pas … je ne pense pas … il faut un certain courage et un environnement sain qui le permet ».

Quelques minutes plus tard, un auditeur téléphonait pour réagir. Sa vie était un échec complet. Alors qu’il allait réaliser son rêve, à nouveau, tout s’est dramatiquement écroulé. Tous les efforts fait étaient réduits à néant à cause d’un accident stupide. Il ne fallait plus lui parler de rêves.

Cependant, une chose est certaine, même s’il y a des échecs, nous continuons de rêver. C’est un moyen qui nous permet de ne pas rester dans une prison sans fenêtre. Un moyen qui nous permet, même s’il est fragile, d’espérer qu’un jour ce sera la sortie du tunnel.

Une vie plus épanouie, un travail qui nous plaît, des vacances dignes de ce nom, trouver le compagnon ou la compagne de ses rêves, être en bonne santé … qui n’a pas ce genre de rêve ?

Ce ne sont pas des rêves inaccessibles. La réalité qui est là fait croire que c’est inaccessible, que ce n’est pas pour « kiki ».

L’ingrédient primordial

Ce n’est pas la capacité de pouvoir rêver ou d’avoir un rêve que nous désirons réaliser. L’ingrédient primordial c’est d’avoir confiance en soi !

La confiance en soi donne de la saveur, du goût, du relief à la vie. S’il vous est arrivé de faire un régime sans sel, alors vous avez expérimenté que ce que vous mangiez n’était pas très bon. La confiance en soi, c’est la possibilité de mettre un peu de sel dans sa vie.

Mettez du sel dans votre vie

Cet ingrédient primordial, vous ne l’avez peut-être pas sous la main … le sel, au moyen âge, avait plus de valeur que l’or … - la confiance en soi ne se trouve pas dans les livres, le shopping en ligne ou la dernière boîte à la mode. Elle ne peut être remplacée pas tous les artifices qui nous maintiennent en vie, (drogue, alcool, évasion dans l’imaginaire, etc.)

La confiance en soi, se trouve, bien entendu, en soi !

Parfois, elle est recouverte par une montagne qui en empêche l’accès, le plus souvent, elle a tellement été malmenée qu’elle s’est repliée dans les recoins les plus inaccessibles à la conscience.

Les échecs qui s’accumulent n’aident pas à trouver l’entrée qui conduit à avoir confiance en soi.

Trouver l’ingrédient primordial

J’en ai déjà parlé, mais j’y reviens car c’est tellement important.

Avoir un centre d’intérêt. C’est-à-dire, quelque chose qui retient l’intérêt. Ce peut être une toute petite chose, comme : s’intéresser à la peinture, à la musique, à la cuisine … et privilégier les moments qui permettent de poser son attention sur cet intérêt.

Accueillir comme un cadeau les épisodes de bien-être. Même si ceux-ci sont de courte durée, le fait de les accueillir permet de les reconnaître et donne la permission de se sentir bien, ne serait-ce que quelques minutes.

Se réjouir de ce que l’on a fait de bien dans la journée. C’est très puissant la « réjouissance » car elle remplit les zones les plus tristes de notre intérieur. Au moins, il y a quelque chose de bon.

S’entourer des bonnes personnes. C’est plus difficile. Les bonnes personnes sont celles qui ne jugent pas, qui n’essaient pas, à chaque parole, de vous remonter le moral, qui vous laissent « mariner » dans votre désarroi tout en vous offrant une main tendue. Les bonnes personnes sont celles avec qui vous pouvez commencer par vivre des choses qui vous oblige à avoir un soupçon de confiance en vous.

Ces quelques pistes peuvent vous mettre en chemin pour retrouver cette confiance qui semble avoir disparu depuis longtemps.

Reste à avancer étape par étape :

  • En commençant par quelque chose de simple
  • En tenant compte que j’en suis là, aujourd’hui
  • En tenant compte des forces et des limites
  • En tenant compte du réel.

Lorsque l’ingrédient principal sera accessible, vous pourrez vous en servir, sans modération, pour donner de la saveur à vos rêves.

A bientôt.

p.s. Si vous avez envie d’être averti-e de la parution du prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article