« Je vais … » n’est pas suffisant

Publié le par Madeleine Moreau

« Je vais commencer un régime »

« Je vais me mettre sérieusement au sport »

« Je vais essayer de mieux m’organiser »

Combien de fois avons-nous parlé de nos décisions par ces deux petits mots « je vais … » ? Combien de fois est-ce resté au niveau de la bonne intention, même si tout était réuni pour que nous allions au bout ?

Pourquoi n’est-ce pas suffisant ?

Je prends l’exemple du régime. Tout d’abord parce que j’ai prononcé ces mots maintes fois … à chaque fois que je voyais que mes vêtements avaient rétrécis au lavage … à chaque fois que mon médecin me mettait en garde contre les conséquences du surpoids … à chaque fois que je rêvais de pouvoir m’allonger sur une plage de sable fin sans être complexée par mes formes généreuses … à chaque fois que je voyais une amie qui y était arrivée …

Je commençais … pendant une ou deux semaines. Voyant que l’aiguille de mon pèse-personne ne bougeait pas, je me disais : « ç’est de la foutaise ce régime, ça ne marche pas pour moi ! » Je reprenais mes bonnes vieilles habitudes.

J’essayais alors de me donner bonne conscience. Après tout, j’ai toujours été un peu enveloppée, mon métabolisme n’est pas fait pour avoir la taille mannequin, mieux vaut être en bonne santé que tout le temps patraque, etc.

Des excuses qui me convenaient, même si une petite voix, tout au fond de moi, me susurrait que je n’avais pas raison.  

La vraie et véritable raison c’est que je commence toujours un régime sans ressentir une motivation profonde en moi. J’aime trop les bonnes choses, j’aime manger – ce qui va avec mon plaisir de cuisiner – j’aime et j’adore les pâtes, les viandes mijotées, les mets au fromage … et, de temps en temps, une bonne coupe Danemark. Me dire qu’il me faut changer mes habitudes, faire attention, me nourrir autrement pour perdre quelques kilos ne me motive pas.

La motivation est le moteur de nos actions. Sans motivations, difficile d’avancer là où nous désirons aller.

La motivation donne une impulsion à chacun de nos actes. Lorsque cette dernière fait défaut, les efforts qui sont à fournir vident notre énergie, nos élans sont réduits à zéro. Rien que d’y penser, l’envie du départ s’est envolée.

Parce que la motivation n’est pas au rendez-vous, nous mettons de côté la décision, nous remettons à plus tard, nous n’allons pas au bout de nos projets.

Lorsque nous voulons nous épanouir personnellement ou professionnellement, lorsque nous avons besoin de retrouver la confiance en nous, il est nécessaire d’avoir un puissant moteur pour y parvenir. Ce moteur, c’est notre motivation … pas seulement la volonté !

Pour toucher la motivation, il faut quelque chose qui nous pousse réellement à agir : avant, pendant, après.

Faire tenir la motivation

Trois facteurs pour créer la motivation

La motivation n’est pas quelque chose que nous trouvons en ouvrant un tiroir.

Il y a 3 facteurs importants à prendre en compte.

  1. L’insatisfaction

Lorsque quelque chose nous laisse insatisfait, une alchimie se produit en nous. Ce n’est pas confortable puisque nous nous sentons bien par moments et moins bien en d’autres moments. C’est cette sensation d’être assis entre 2 chaises.

Cette insatisfaction, nous la ressentons et nous pouvons la nommer : « Je ne suis pas bien dans cette situation », « Il faut que je fasse quelque chose », « ça ne peut pas continuer ainsi ».

  1. Agir pour ne pas subir

Il ne s’agit pas de plonger dans une compensation pour palier à l’insatisfaction ou de fuir dans quelque chose de plus satisfaisant. Il s’agit d’aller dans le sens du changement réel.

  1. Se servir de sa créativité

Pas besoin de faire des choses totalement nouvelles ou d’inventer la roue.

Lorsque je commençais un régime, c’est toute ma manière de cuisiner que j’essayais de changer : plus de pâtes, plus de plats en sauce, plus de dessert avec de la crème et du chocolat … mais des légumes sans matière grasse, des viandes grillées, des tartines sans beurre et sans confiture … pas très alléchant tout ça ! – Du moins pour moi !

Apprendre que je pouvais me servir de ma créativité, c’était un peu plus facile, j’en ai à revendre. Quoi dans mes pâtes – un aliment que je ne voulais pas effacer – favorisait une prise de poids ? Il y avait les sauces : carbonara, pistou, olives … il y avait le fromage … Des spags avec une sauce Napoli et du thon c’est aussi excellent et peu calorique, des pennes avec un coulis de tomates et une brunoise de légumes du soleil c’est également excellent. Tellement excellent qu’il me faut juste m’en tenir à une assiette, mais généralement, c’est suffisant pour le plaisir de mon palais.

Pas question de me priver de fondue. Là aussi, j’ai puisé dans ma créativité. Que mettre à la place du pain ? Des quartiers de tomate, des rondelles d’aubergine juste saisies auparavant sous le gril du four et quelques morceaux de pain pour le côté gourmand.

Je ne fais plus de régime. Je garde un poids stable et cela me convient parfaitement.

Pour vous aussi, vous pouvez vous servir de votre créativité pour booster votre motivation. Si vous faites les choses un petit peu autrement, vous tiendrez plus longtemps. Si vous donnez du sens – hé oui, ici également – le changement se produira, il ne peut en être autrement. Si vous arrêtez de vous juger et de vous maltraiter parce que, une fois de plus, vous n’atteignez pas votre objectif, et qu’à la place vous créez une manière d’agir propice au changement, votre motivation tiendra sur le long terme.

Voilà les 3 facteurs indispensables pour créer votre motivation : Faire face à l’insatisfaction – Agir pour ne pas subir – Mettre à profit votre créativité. Cela dans n’importe quel secteur, dans toutes les décisions qui vous engagent dans une manière d’être et d’agir.

Pensez-y la prochaine fois que vous direz : « Je vais … » A bientôt.

p.s. Si vous avez envie d’être averti-e de la parution du prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

 

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article