Le verre à moitié vide ou moitié plein

Publié le par Madeleine Moreau

Une manière de voir les choses sous un angle ou sous un autre.

Je vois le verre à moitié vide quand je ne me sens pas au mieux de ma forme, lorsque je n’arrive pas à gérer mes frustrations, dans les moments où je voudrais avoir un peu plus de ceci ou de cela.

Je vois le verre à moitié plein quand je peux percevoir que malgré mes difficultés, j’arrive à avancer. Lorsque je prends conscience que ce n’est pas aussi dramatique que je ne le pensais, mais il me manque quand même ce petit plus qui me permettrait de voir le verre tel qu’il est : ni vide, ni plein.

J’aime bien cette image car elle me montre exactement dans quelle attitude intérieure je me vis : une attitude positive ou négative.

J’y ai repensé durant nos vacances.

Il faut dire que nous avons eu un temps mitigé. De fortes chaleurs, puis les orages qui avaient comme conséquence de laisser au matin une brume semblant engloutir le paysage. La baisse de température était vertigineuse, obligeant à chercher dans la valise la petite laine pour avoir un peu plus chaud.

Un moment propice pour jouer au verre à moitié vide ou à moitié plein !

Hé oui, sur les côtes Normandes, la brume peut être de la partie. Elle donne au paysage, selon la marée, ce petit côté sauvage, l’horizon disparaît et se laisse deviner. Les petites maisons en pierre grise, avec leurs rosiers fleurit apporte le mystère de la couleur. C’est beau. Tellement beau que la brume devient actrice d’une magie que seuls les peintres et les poètes connaissent. … ce serait tellement plus beau s’il y avait un peu de soleil ! … le verre à moitié plein !

Le même temps sévissait à l’intérieur de terres. Un temps propice pour visiter les cathédrales, avec une déception : les vitraux ne sont pas aussi beaux que s’ils étaient baignés de lumière. Cela permettait juste de se mettre à l’abri de cette brume et de ce petit grain désagréable au possible. Déambuler dans les zones piétonnes, voir les terrasses vides et les grands parasols fermés ne permettaient pas de profiter pleinement de la beauté médiévale qui m’aurait touchée par beau temps. … le verre à moitié vide !

Pourtant, ce fut des vacances très vitalisantes. … Le verre était ce qu’il était, ni vide, ni plein … son contenu a cependant fait un bien fou à mon organisme.

Vous avez compris le concept : notre manière de voir les choses contribuent fortement aux pensées qui nous habitent.

Nous avons tous et toutes des habitudes mentales inconscientes. Sans nous en rendre compte, chaque regard négatif nous empêche de voir le verre tel qu’il est. Par exemple, contempler un vitrail sans la lumière qui le rend lumineux me rappelait que dehors c’était froid et pluvieux, mais si je prenais le temps de regarder les détails, le jeu des couleurs, si je m’attardais à décrypter ce qui était représenter, alors le manque de lumière n’avait plus la même signification en moi.

Un autre secteur qui va nous pousser à voir le verre à moitié vide se situe dans nos comportements quotidiens. Ainsi, le jugement sur soi, le manque d’estime de soi, la manière dont nous gérons nos émotions, notre attitude face aux tensions … et je pourrais allonger la liste … fait que nous voyons ce qui ne va pas, en nous et chez les autres.

La même situation, prise sous un angle : l’acceptation de ce qui est, en ce moment, permet de voir le verre à moitié plein.

Je vous invite à vous exercer à changer votre manière de voir les choses, de prendre les choses comme elles sont. Vous pourriez vous surprendre dans votre capacité à vivre ce qui est, au moment présent.

Je vous souhaite une merveilleuse journée. A bientôt.

p.s. Si vous avez envie d’être averti-e de la parution du prochain article, vous avez la possibilité de vous inscrire à la newsletter – vous trouverez le bouton au bas de cette page.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie monteil 28/10/2019 14:37

Vraiment bien