Et si je pouvais …

Publié le par Madeleine Moreau

Cette année, pas besoin de rêver d’îles lointaines, de chaleur pour se sentir « enfin » en vacances !

Ça, c’était monnaie courante il y a quelques dizaines d’années, du moins pour nous qui habitons à 1000m d’altitude. Juillet, Août c’était de la pluie, des orages, des températures ne dépassant que rarement les 23°, et lorsque cela arrivait, c’était pour 2, voir 3 jours … Alors, les Baléares, la côte Adriatique, le sud de la France étaient l’évasion la plus formidable que nous pouvions vivre … la voiture chargée au maximum, une tente qui ne supportait pas les fortes pluies et cette sensation d’avoir enfin trouvé le lieu ou pendant l’été, il faisait beau et chaud !

Souvenirs, souvenirs …

Aujourd’hui, l’Europe attend avec impatience la fin de la canicule et espère que le changement de température n’apportera pas des orages dévastateurs qui ne permettent pas à la terre de garder toute cette eau qui lui tombe dessus.

Une opportunité, peut-être, de se poser sérieusement la question : « Après mes vacances, qu’est-ce que je peux mettre en œuvre pour donner ma part à la lutte contre le réchauffement climatique ? »

Ne souriez pas, la question est très sérieuse.

C’est vrai, nous avons pris une fâcheuse attitude, que nos politiciens nous disent ce que nous pouvons faire, qu’ils mettent en place des directives pour les plus grands pollueurs … mais, il faut bien l’admettre, tous les sommets, les rassemblements de nos dirigeants font comme un petit plouf, plouf , après leurs belles paroles.

Il n’y a donc qu’une chose qui semble être bonne à prendre, que nous fassions chacun, chacune notre part.

« Et si je pouvais contribuer, ne serait-ce qu’un petit peu, à sauvegarder notre planète, qu’est-ce que je ferais ? » Et si une réponse se forme dans notre petite tête : « Suis-je prêt-e à faire le pas que cela me demande ? »

C’est une réflexion que vous pouvez vivre en sirotant un cocktail bien frais avec des glaçons, une paille – en plastique – le petit parasol qui sera jeté ou oublié sur la plage …

Et si nous apportions notre solution ? Je vous propose d’y réfléchir.

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Eté 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article