L’importance du changement personnel

Publié le par Madeleine Moreau

Portez-vous plus lourd que ce que vous pouvez porter ?

Lorsque l’on commence un accompagnement de coaching ou d’aide, vient toujours un moment de baisse dans la motivation.

Les remises en question arrivent : « Pourquoi ça n’avance pas ? » « Depuis que j’ai commencé, je ne vois pas vraiment d’amélioration ! » « J’ai l’impression que je fais 2 pas en avant et 3 en arrière ! » « Je pensais pouvoir régler le problème grâce à votre aide et j’en suis toujours au même point, je me demande si j’ai fait le bon choix ! » Etc.

Il est vrai qu’au début, tout semble possible, simplement parce qu’une lueur d’espoir s’est allumée au moment du premier contact, au moment où le pas a été fait pour demander de l’aide.

Sans en avoir vraiment conscience nous pensons que ce sera facile, qu’il n’y aura qu’à … et la réalité revient comme un boomerang … bing … bang … le changement se fait attendre.

Si vous êtes concerné-e, voici quelques raisons qui font que vous avez cette sensation que vous perdez votre temps … et votre argent :

L’envie de progresser rapidement – Vous percevez des changements importants dans votre vie et vous sentez que vous approchez du but. Vous pensez qu’il vous suffit de faire un pas de géant pour y arriver, mais chaque pas semble vous retenir sur place. Le risque d’abandonner est alors plus fort.

Attendre de votre coach qu’il vous apporte la solution clés en main – Il y aura, au cours de votre cheminement, des moments où vous vivrez ce sentiment de ne plus savoir quoi faire, comment faire pour progresser vers votre objectif. Le danger est alors d’attendre, et pourquoi pas, demander à votre coach de vous dire ce que vous devez faire.

Votre coach peut percevoir des pistes, vous orienter vers celles-ci, mais il ne peut vous assurer que vous atteindrez ainsi votre objectif. Au-delà des pistes qu’il vous donne, vous avez à mettre en œuvre le travail que cela demande.

Vous reposer sur le soutien de vos proches – un obstacle qui peut se présenter comme des sables mouvants, surtout si votre objectif doit vous permettre de changer vos habitudes de vie.

Vos proches ont une image de vous et ils n’ont peut-être pas autant envie que vous de vous voir changer, pas envie que vous preniez des décisions qui viendraient bousculer le confort dans lequel vous étiez jusqu’à présent. Par moments ils vous soutiendront, à d’autres moments ils vous feront part de leurs doutes, de leurs frustrations et vous risquez alors d’abandonner votre cheminement, même si vous êtes proche du but.

Vous contenter des premiers résultats positifs – Souvent, les premiers résultats positifs se font sentir rapidement. En travaillant sur un secteur particulier, vous pouvez ressentir une amélioration très nette dans le secteur choisis … et dans les autres secteurs de votre vie.

Etant donné que votre cheminement demande du temps … et … un apport financier qui peut être important, croire que si vous arrêtez vous permettrait de continuer votre progression est souvent une illusion qui rendra votre à-venir plus difficile.

Avoir peur de perdre votre équilibre – Sans doute la plus grande crainte à traverser pour tout le monde. En effet, un cheminement personnel conduit, à un moment ou un autre à cette sensation que vous perdez votre équilibre, vos points de repère.

Cette sensation est tout à fait légitime. Mais, si vous avez décidé de travailler sur un secteur de votre vie, c’est parce que, tout au fond de vous, vous sentiez que vous aviez besoin d’un rééquilibrage, donc, autrement dit, ce que vous ressentez est la correction du déséquilibre que vous ressentiez auparavant.

Abandonner parce que cela vous semble trop dur de continuer – Si vous pensiez que ce serait facile, vous prenez conscience qu’en fait, c’est difficile. Il est vrai, qu’au début, dans votre tête, vous aviez une vision bien précise de ce qui vous posait problème.

Qu’attendez-vous réellement ?

Une cliente me disait dernièrement : « Il y a 1 année, j’ai fait une liste de ce qui allait bien et ce qui n’allait pas dans ma vie. Je viens de la retrouver et le constat est amère, RIEN n’a changé, j’en suis toujours au même point. Dis-moi ce que je dois faire ! »

Dis-moi ce que je dois faire …

Aïe, la question piège …

Je lui ai demandé de me donner une chose qui n’allait pas dans sa vie. Elle a pris cette situation : « Quand je dois me rendre quelque part, pour une journée ou un week-end, mon sac pèse plus de 5kg, je n’arrive pas à me décider de prendre le minimum, c’est impensable pour moi et c’est impossible car j’ai toujours peur de m’apercevoir qu’il me manque quelque chose ! »

« Et comment peux-tu changer quelque chose à cette boulimie d’affaires personnelles ? » Lui ai-je demandé ?

« Je sais bien que je devrais faire quelque chose, mais je te dis que c’est impossible pour moi. »

Je l’ai regardée en gardant le silence … de longues, très longues secondes, trop longues pour elle.

« Dis-moi ce que tu ferais à ma place, dis-moi quelque chose … »

« Où est le problème ? »

« Le problème, je te l’ai dit, je n’arrive pas à savoir comment je peux faire sans avoir tout avec moi … le problème c’est que depuis que j’ai eu ces problèmes avec mes pieds, il y a une répercussion dans ma colonne vertébrale et je n’arrive plus à porter tout ce poids »

« Alors, qu’est-ce que TU dois faire ? »

« T’es marrante … Prendre un sac plus petit, beaucoup plus petit … Oui, quand j’y pense, partir avec 23 kg de bagages parce que c’est le poids admis par la compagnie de vol, c’est déjà un énorme sacrifice et une sacrée dose de stress pour moi … mais ne vient pas me demander de me contenter d’un bagage en cabine, ça, je ne le pourrais pas … »

« Ok, alors, que peux-tu faire, CONCRÈTEMENT ? »

« Essayer de n’avoir QUE 20kg, ce serait déjà pas mal ! »

« Et ton problème serait résolu ? »

« Non, parce que c’est encore trop lourd, surtout si je dois porter ma valise et ce sera pareil pour ce que je prends pour aller au travail »

« Pourquoi as-tu besoin d’une telle sécurité ? »

Le problème, dans le fond, est là : le besoin de se sentir en sécurité.

« Ouille, j’ai une boule qui se forme au niveau de l’estomac, c’est pas agréable … Je ne veux pas être en manque ! … Besoin de sécurité, tu dis … Oui, c’est vrai … mais ça change rien à mon problème »

La discussion aurait pu se continuer indéfiniment.

Je lui ai proposé de regarder ce besoin de sécurité et je lui ai dit qu’il n’y avait qu’elle qui pouvait DÉCIDER d’agir AUTREMENT pour ne pas se charger d’une sécurité qui n’en est pas une !

Conclusion

Vous avez peut-être lu ou appris qu’en peu de temps vous pouvez trouver ce que vous désirez vivre profondément.

Personnellement, je pense que c’est possible … pour quelques rares personnes …

Changer sa manière de faire ou d’être est le meilleur moyen pour quitter les ornières qui nous embourbent.

Si vous faites toujours les choses d’une certaine manière, il est vrai que vous retrouverez dans 1 année ou dans 10 ans avec toujours le même problème.

Parfois, la vie et certaines situations vont vous obliger à changer radicalement de position ou d’attitude, mais en attendant, regardez ce que vous pouvez RÉELLEMENT faire pour donner un coup de pouce à la résolution du problème … AVANT que ce ne soit trop tard !

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article