C’est bientôt Noël !

Publié le par Madeleine Moreau

Je me souviens, c’était il y a bien longtemps … Noël se préparait dès le début du mois de décembre et si on pensait aux cadeaux, ceux-ci étaient soigneusement cachés jusqu’au matin du 25 décembre.

Le sapin, avec ses guirlandes, ses lumières étaient posées quelques jours avant et enlevées après la fête de l’Epiphanie, soit, le 6 janvier.

Aujourd’hui, dès le mois de septembre, la publicité fait son show pour les fêtes de fin d’année, les supers-marchés font de la place pour offrir de grandes surfaces dédiées aux achats, avec plein de promos, des prix cassés, des soldes avant l’heure. Les marchés en ligne ne sont pas en reste pour proposer des centaines de gadgets tous plus avantageux que la normale.

Suivre ou prendre un autre chemin

Pouvons-nous faire autrement ?

Dans mon entourage, plusieurs personnes ont déjà changé leurs habitudes. En effet, pourquoi faire absolument un cadeau alors que tout au long de l’année il y a des occasions de manifester l’amour, l’amitié, la tendresse ? N’est-ce pas plus important de se retrouver autour d’une table, de partager un repas festif et de privilégier les liens qui unissent ? C’est une manière de vivre Noël autrement.

Il est aussi possible d’emballer joliment un petit présent, un petit objet de décoration, un pot de miel ou une bougie artisanale parce que, c’est important pour la personne qui offre et pour la personne qui reçoit.

Possible également d’inviter les enfants à donner un jouet, une peluche qu’ils ne veulent plus à une association qui distribuera à d’autres enfants qui n’ont pas cette chance d’avoir une chambre pleine de jouets.

Il y a l’opportunité de s’engager dans une structure d’accueil qui offre un repas et un peu de chaleur humaine aux personnes qui sont seules ou qui n’ont pas de toits.

Noël n’est pas uniquement une fête commerciale, elle est d’abord une fête ou l’humain doit avoir la première place.

Mon cri du cœur

Depuis quelques années, je participe à un marché de Noël et je propose des pièces artisanales que je confectionne tout au long de l’année.

Ma passion c'est le Quilling - Papier roulé, collé

Les marchés de Noël deviennent une attraction incontournable dans toutes les régions, presque tous les pays, bien au-delà des frontières Européennes.

Il y a de tout, c’est vrai. Vous pouvez vous retrouver dans cette impression d’être dans un souk, un marché Africain ou Chinois, avec des revendeurs qui ne pensent qu’à remplir leur carnet d’épargne. Vous pouvez également rencontrer des artisans qui partagent leur plaisir de créer des objets qui n’existent pas dans les grandes filiales, qui ne sont pas confectionnés par des machines et qui apportent une touche à la protection de l’environnement.

Depuis quelques années, ces marchés attirent de plus en plus de curieux. Une constatation de fait, que ce soit ici en Suisse, en France, en Allemagne ou en Autriche, les artisans payent cher une place et vendent très peu. Beaucoup d’entre eux ne peuvent rembourser le prix de la matière première employée pour leurs créations.

Mais, à quoi servent-ils alors ? Pourquoi continuent-ils ?

Chez tous les artisans que j’ai rencontrés, il y a quelque chose qui me touche profondément : Derrière le savoir-faire, il y a le savoir être.

C’est quelque chose que l’on ne ressent pas lorsque l’on reçoit son paquet commandé sur un site internet ou dans la cohue d’un supermarché.

Cet échange que vous pouvez vivre, cette passion qui vous est partagée, ce regard qui vous est offert n’existe pas ou plus lorsque le savoir être ne constitue pas l’essentiel de la rencontre.

Lorsqu’un artisan vous parle de son travail, c’est bien sûr un savoir faire qu’il met en avant : Le potier qui vous parle de la terre qu’il façonne entre ses mains, à la recherche de la ligne parfaite pour trouver au bout de chemin la texture, la couleur, la lumière qu’il imaginait … L’apiculteur qui vous parle de ses abeilles, de sa crainte de retrouver sa ruche décimée par la maladie, de sa patience de voir le miel couler dans les pots minutieusement nettoyés … Cette femme qui confectionne des petits paniers ou des plateaux en osier et qui aime s’asseoir face au soleil couchant, sa réserve de roseaux posés à ses pieds vous parlera de la nature, des chants d’oiseaux … Cet artisan qui donne au cuir toute sa souplesse pour former une ceinture, un sac ou un objet décoratif vous fera sentir l’odeur caractéristique de sa matière première … Cette institution de réadaptation du monde de l’handicap qui met en avant les créations réalisées dans leurs ateliers vous permettra de mieux comprendre toute la difficulté de vivre de son travail … Autant d’artisans qui ne compte pas le temps passé dans leurs prix …  Du savoir faire et du savoir être.

Il y a aussi un réel désir de pouvoir transmettre : Transmettre une manière de travailler autrement, transmettre une passion, transmettre une philosophie, une manière de voir le monde … Du savoir faire et du savoir être.

Mais, il y a une réalité qui met en péril cette présence de l’artisanat. C’est, vous vous en doutez, le marché grandissant des ventes par Internet, car lorsque vient le moment du marché de Noël, 90% des visiteurs ont déjà reçu leur commande et n’ont besoin de rien. Le deuxième péril est votre attitude. Si vous passez, juste pour voir, en vitesse, plein de stress et faites un pas de côté dès que vous êtes salués, vous interdisez à l’artisan de vous communiquer son savoir être. Celui-ci adopte alors une attitude fâcheuse pour la pérennité de la magie de Noël, il va se réfugier derrière l’écran de son portable, de sa tablette et ne prend plus le temps de vous regarder, en quelque sorte il se met en vitrine en espérant qu’il attirera votre regard.

Alors, si par hasard, vous prenez le temps d’aller dans un marché de Noël et si vous rencontrez de vrais artisans, prenez le temps de regarder leurs créations, d’entrer dans la communication. Vous achèterez ou n’achèterez pas, vous contribuerez à faire vivre ce savoir être qui est si nécessaire dans notre monde. Et qui sait, vous trouverez peut-être le petit présent auquel vous n’auriez pas pensé mais qui fera chaud au cœur de la personne qui le recevra.

Si vous-même, vous participez en tant que créateur ou créatrice à un marché de Noël, ne vous cachez pas derrière votre stand en râlant sur ces visiteurs qui viennent les poches vides et repartent les poches tout aussi vides. Ensemble, nous pouvons apporter cette magie de Noël ou contribuer à éteindre la flamme.

Bonne préparation vers les fêtes de fin d’année. A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article