Vivre en se sentant être en harmonie avec la nature

Publié le par Madeleine Moreau

Déjà 8 ans que j’écris régulièrement sur mon blog.

Aujourd’hui, je vous propose de lire ou de relire le 3ème article proposé. Celui-ci n’a pas pris une ride, mais si je devais le réécrire, la forme, la tournure des phrases serait très différente.

Publié le 20 octobre 2010 par processuscroissance.over-blog.com

La photo qui accompagnait l'article

Avez-vous déjà porté votre regard sur un arbre ? Personnellement, c'est ce que je fais lorsque je ressens le besoin de me sentir enracinée dans ma vie.

Je me laisse choisir par un arbre. Oui, vous avez bien lu, je me laisse choisir. Cela veut dire, que je laisse mon regard s'arrêter plus longuement sur un arbre. C'est un peu comme si celui-ci essayait de capter mon attention pour me dire quelque chose.

Une fois que je me suis laissé choisir par lui, je le regarde. Je regarde comment il est construit.

Je regarde ses branches, je regarde d'où elles partent. Certains arbres ont à un moment donné plusieurs branches qui partent bien sûr du tronc mais qui se séparent ensuite pour donner naissance à d'autres branches, d'autres portent une ou deux branches qui restent comme collées au tronc. Je regarde ainsi, comment elles sont organisées.

Parfois, il me faut prendre un peu de recul pour le voir différemment, c'est-à-dire, pour le voir dans son entier, pour le percevoir dans son déploiement. Est-il étouffé par d'autres arbres qui sont trop proches ? Est-il situé dans un environnement qui lui permet de grandir ? Est-il planté dans un milieu qui comporte des espèces différentes ?

Je prends le temps de m'arrêter à son tronc, son épaisseur, sa texture et je vais jusqu'à ses racines. Ces dernières me disent comment l'arbre est posé dans son lieu de vie, certains laissent courir leurs racines à fleur de sol et cela donne cette impression qu'il peut se coucher à tout moment. D'autres, c'est parfois à plusieurs mètres que l'on peut percevoir les racines, rien ne semble pouvoir le déstabiliser. D'autres encore cherchent à se cramponner au sol, aux aspérités qui sont là, comme un rocher, une pierre, un mur et donne le sentiment qu'il lui faut cela pour tenir sa verticalité.

J'aime ces moments de rencontre avec un arbre. A chaque fois, je reviens à cette certitude que ma vie, que la vie de toute personne est à l'image d'un arbre.

Je me souviens de ce jour ou "mon arbre" me révélait à sa base une dense végétation faite de ronces et de lierre. Il m'a été difficile de m'en approcher pour toucher la texture de son écorce. Pourquoi m'avait-il choisie ? Je traversais une période difficile et à ma manière, je défendais mon territoire, je ne me laissais pas approcher, je me vivais sur la défensive et j'avais plus envie de mordre que d'embrasser.

Que de fois également ai-je été en face d'arbres qui étaient étouffés par les autres ... (Ce que je vivais ? Oui !) et d'autres qui se déployaient dans un espace extraordinaire (Quelle liberté je ressentais alors).

Les branches nous apprennent également des choses sur nous. Serrées les unes contre les autres ou s'élançant avec aisance, tordues et cassées ... A coup sûr, il y a quelque chose de nous là-dedans.

 Nous nous déployons plus ou moins harmonieusement, ceci, pour autant que notre environnement humain et/ ou matériel soit aidant.

Nous nous déployons si nous avons appris à nous enraciner dans ce qui nous nourrit intérieurement.

Il n'y a pas de saisons pour prendre ces instants de contemplation, pour nous laisser instruire par la nature. Aussi, je ne puis que souhaiter d'être suffisamment curieux/se pour regarder ce que cela donne en vous.

Bonne découverte et à bientôt.

Celle d'aujourd'hui

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Divers, Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 16/10/2018 13:30

Oui, j'aime bien cette image de l'arbre. L'exercice que j'avais fait il y a 20 ou 30 ans me montrait un tout petit arbre, un peu chétif, mais avec d'immense racines… Mon arbre d'aujourd'hui serait bien différent...c'est super de grandir et d'évoluer. :-) Merci pur vos articles...qui voyagent aussi.
Bien amicalement. Martine