Question de point de vue

Publié le par Madeleine Moreau

Dans la vie, nous réagissons aux événements de manière différente, selon un point de vue, les principes que nous appliquons, le statut que nous adoptons.

Quel regard avez-vous ?

Il y a quelques jours, une personne me téléphone et me demande après s’être présentée si je recevais toujours pour du coaching et quel était mon tarif. Je lui dis qu’effectivement je recevais toujours et lui donne le tarif. Sa réaction me laisse pantoise : « Quoi, vous demandez autant … pourtant, vous êtes à la retraite, vous touchez votre AVS et vous appliquez de tels tarifs ! » Pas question de me justifier. Je lui demande les raisons de son appel. Elle me dit qu’elle a essayé quelques approches pour tenter de sauver son couple mais que cela ne donnait pas de résultat et cherchait quelqu’un qui pourrait l’aider sans devoir se serrer la ceinture. Elle pensait que puisque je suis retraitée, je recevais gratuitement !

Vous devinez certainement la suite … elle a raccroché … elle a cherché à négocier le tarif … elle m’a traité de profiteuse, de voleuse …

Rien de tout cela. Elle m’a demandé si j’étais suffisamment qualifiée pour l’aider à comprendre ce qui n’allait pas dans son couple en 3 séances uniquement, histoire de ne pas trop dépenser car elle allait partir, à la fin de l’année, un mois en Nouvelle Zélande et que ça coutait assez cher, chose que je devrais comprendre étant donné que je n’avais pas tout à fait pris ma retraite et que j’avais besoin d’un apport financier – chose qu’elle pouvait comprendre - pour continuer de vivre confortablement !!!

De quoi halluciner.

Je ne suis pas une faiseuse de miracle. Dans les quelques explications concernant le problème qu’elle désirait résoudre, il était vraiment impossible que cela puisse se faire en 3 séances.

Elle m’a remercié de ma gentillesse, de mon écoute. Elle se sentait désolée pour moi, mais elle allait chercher ailleurs et m’a souhaité, en avance, de belles fêtes de fin d’année.

Pas cher, rapidement et efficacement

Des questions de ce type, j’en ai reçu régulièrement tout au long de ma carrière. En règle générale, ça ne va pas plus loin. Je veux dire que les personnes ne s’engagent pas dans un processus de coaching de vie après avoir reçu ma réponse à leur demande.

« Combien de temps me faudra-t-il pour me sentir mieux ? »

« J’ai un rendez-vous important dans 2 semaines et je veux me présenter en montrant que j’ai confiance en moi. Ce n’est de loin pas le cas, alors, pouvez-vous m’aider à retrouver confiance en moi d’ici là ? »

« Je veux suivre votre formation sur deux journées pour décoder mes facteurs de stress. Est-ce que vous pouvez me garantir que je ne serais plus stressée après avoir suivi votre formation ? »

« J’ai vraiment envie de vivre autrement, de savoir ce qui me rendra heureuse et je voudrais savoir si les séances de coaching que vous proposez peuvent m’aider et combien de temps et d’argent il faut pour cela. » (Après avoir répondu que tout dépendait de ce qu’elle désirait et qu’il y aurait plusieurs séances, donc, aussi un certain prix à payer, la personne a renoncé. Elle pensait que 2 à 3 séances d’une heure chacune lui suffirait).

Les réactions se comprennent si le point de vue est perçu.

Le rapidement, efficace et pas cher est monnaie courante lorsqu’il s’agit de s’investir dans une démarche personnelle. En parallèle, certaines choses ne créent aucun problème lorsqu’il s’agit d’obtenir ce qui fait partie d’un luxe aléatoire : Trop cher de payer 80.- par séance pour retrouver un bon équilibre de vie, pas cher pour s’offrir un bon repas et une soirée en boîte de nuit – ce qui revient au même prix, parfois plus. Trop cher s’il faut s’investir dans un changement personnel, pas cher pour payer le leasing d’une voiture haut de gamme et inconcevable de se sentir obligé-e de garder sa vieille voiture pour mettre de l’argent dans quelque chose qui n’apportera peut-être pas les résultats escomptés. C’est toujours une question de point de vue, une question de priorité.

La valeur des choses

Je reviens sur une réalité que nous avons tous et toutes vécu durant cet été caniculaire. Les températures ont été très élevées durant plusieurs semaines et le besoin de s’hydrater régulièrement vital. Les marchands de glace et d’eau ont fait des affaires.

Mais qui a réalisé que cette petite bouteille d’eau, avalée en 3 ou 4 gorgées coûtait plus ou moins 3.-, ce qui monte le prix au litre à 10.- (Le prix en terrasse). Et qu’il en faudra plus d’une pour étancher la soif tout au long de la journée … le prix à payer pouvait être incroyablement élevé. Si vous aviez bu l’eau du robinet, cela vous aurait coûter moins de 10ct, mais difficile lorsque l’on est en déplacement et que l’on n’a pas pensé à mettre dans son sac la bouteille remplie à la maison.

L’eau était une de ces choses essentielles pour faire face à la canicule, dans la vie courante et « normale », elle est insignifiante …

Ce qui me permet de venir à un autre essentiel : La valeur que vous vous donnez.

Si la valeur que vous vous donnez est importante, alors le prix perd de son importance. Vous êtes prêt-e à mettre ce qu’il faut pour vous sentir bien intérieurement, pour donner du sens à votre vie, pour trouver un équilibre dans ce que vous vivez.

La valeur que vous vous donnez à une influence non négligeable dans vos choix, vos décisions – et cela ne concerne pas seulement ce que vous faites pour vous – un exemple : Si être en bonne santé et réduire au maximum les produits toxiques, vous n’hésiterez pas à vous tourner vers le bio qui coûte bien plus cher que ce qui est arrosé de pesticides.

Vous pourriez me dire que ce n’est pas si faux, à condition d’en avoir les moyens …

Une question de point de vue. J’ai accompagné et accompagne encore des personnes qui vivent du minimum vital. L’argent qu’elles dépensent pour se remettre debout et avancer dans la vie est conséquent. La valeur qu’elles se donnent l’est encore plus, donc, elles choisissent ce qui leur est essentiel pour se sentir un peu plus vivant-e.

Lorsque j’ai pris la décision de faire un travail sur moi, je ne travaillais pas. Les revenus familiaux ne permettaient pas de faire de folies.

Lorsque je faisais mes courses, je regardais les promotions. Une action qui permettait d’épargner 10, 20 ou 50ct devenait ma manne, car au moment de faire les comptes de la semaine, je gardais le prix plein et mettait de côté les centimes économiser. J’agissais de même pour les vêtements, achetant principalement aux soldes, et là, c’était souvent par dizaines de francs.

Lorsque j’avais la somme que coûtait alors un entretien, je téléphonais à ma thérapeute et prenait rendez-vous.

J’ai agi de cette façon durant quelques années, jusqu’au moment où j’ai repris un travail et j’ai continué mon cheminement personnel sans jamais remettre en question mon choix de vie.

Mon équilibre personnel était bien plus important que tout ce que j’aurais pu m’offrir extérieurement.

Pour conclure

Tout est question de point de vue.

Si vous ressentez le besoin de faire quelque chose pour vous et si cela vous engage à investir un peu plus, demandez-vous quelle valeur vous vous donnez.

Plus la valeur vous semblera importante et moins vous chercherez ce qui vous coûtera le moins, moins vous serez occupé-e à compter le temps que cela vous prendra, plus vous vous engagerez sur les chemins qui s’ouvriront devant vous.

Vous mettrez d’autres priorités, percevrez d’autres essentiels pour atteindre vos objectifs.

Pensez-y si vous songez à prendre rendez-vous pour avancer dans votre vie – coaching, club de fitness, formation continue …

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article