L’élément invisible

Publié le par Madeleine Moreau

On ne peut me voir mais tout le monde peut me sentir … enfin, quand je dis sentir, ce n’est pas tout à fait cela, bien que, de l’avis des êtres humains, j’ai une odeur spécifique, l’odeur du bon air …

Je me faufile partout, je me fiche des murs et des clôtures.

Je me fais brise légère, effleurant à peine un épiderme en souffrance de chaleur pour lui apporter cette douce sensation de fraîcheur.

Je me fais vent, changeant de nom selon ma force, mon caractère, mon humeur. A l’automne, j’aime jouer dans les arbres et voir les feuilles voler comme autant de papillons imaginaires.

Je suis attendu avec impatience sur les espaces bleutés des lacs et océans pour pousser au loin les voiliers en attente d’aventures.

Je peux amplifier ma force et me métamorphoser en élément dévastateur, détruisant sur mon passage tout ce qui est fragile ou instable. Vous l’avez deviné, je suis dans l’ouragan, le typhon si redouté.

Je me fais également tout discret, tellement discret que personne ne peut m’attraper et m’emprisonner. Une discrétion dangereuse pour moi car je respire ce qui est rejeté dans l’atmosphère et je me remplis, jusqu’à l’overdose de particules toujours plus nocives, je deviens alors le smog qu’il faut combattre ou pic de pollution mettant en danger ces êtres vivants que je suis censé de protéger.

On met sur mon compte des étiquettes portant le label « qualité ». Au fil des décennies, je vois mes qualités se dissoudre et je me tords de douleur sous l’ignorance de ceux qui pensent que je suis éternel.

Je suis l’air, je suis le vent, je suis l’oxygène, je suis la vie.

A demain

Merci beaucoup de partager ce calendrier de l’Avent autour de vous, sur vos réseaux. 

 

Publié dans Avent 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article