Un désastre écologique

Publié le par Madeleine Moreau

Vous souvenez-vous des désastres écologiques qui se sont produits il y a quelques dizaines d’années sur les côtes de Bretagne ?

Les médias en ont énormément parlé et ce fut une prise de conscience pour une bonne partie de la planète.

Puis, cela s’est apaisé. Il y a des résurgences au moment de grandes catastrophes, plus grandes, plus dévastatrices :  les puits de pétrole qui brûlent pendant des mois, polluant tout ce qui se situe à des kilomètres à la ronde, les écoulements radioactifs qui se sont déversés dans l’océan après le tsunami au Japon, le continent de déchets plastiques qui s’agrandit dans un océan lointain, les coraux qui meurent car l’eau se fait trop chaude …

L’eau, si claire, si pure disparaît peu à peu, obligeant les êtres humains à utiliser des additifs chimiques pour que nous puissions la consommer sans danger.

La vague noire par Georges Chelon

J’étais la vague bleue 
C’est moi qui t’ai porté 
Sur mon dos tout un été 
J’étais si claire que tu voyais 
Le fond de ma pensée 
J’étais belle je t’aimais 

 

J’étais la vague bleue 
C’est moi qui berçais les voiliers 
J’étais la vague qui se reposait 
Sur une plage d’or 
Le soir quand j’étais fatiguée 
De danser 

Je suis la vague noire 
Je n’ai plus rien de bleu 
Je ne peux plus te voir 
Tu m’as crevé les yeux 
Je suis la vague noire 
Je ne respire plus 

J’irai mourir un soir 
Sur une plage nue 
Je salirai le sable 
Comme tu m’as salie 
Je noircirai le sable 
Comme tu m’as noircie 
Je suis la vague noire 
Et je me sens perdue 
Je suis la vague noire 
Et je ne te vois plus 

J’étais la vague

Vaguement verte vaguement bleue 
Couleur des algues couleur des cieux 
Et les oiseaux les grands oiseaux 
Venaient sur moi se reposer 
Et danser… 
Et les oiseaux les grands oiseaux 
Venaient sur moi se reposer 
Et danser 

Je suis la vague noire 
Je n’ai plus rien de bleu 
Je n’ai plus rien à voir 
Avec celui des cieux 
Ma dentelle d’écume 
Est un manteau de suie 
Et tous les clairs de lune 
Se perdent dans ma nuit 

Je me meurs peu à peu… 
Tu m’as crevé les yeux… 
Je ne respire plus… 
Et je ne t’aime plus 

J’étais la vague bleue 
C’est moi qui berçais les voiliers 
J’étais la vague qui se reposait 
Sur une plage d’or 
Le soir quand j’étais fatiguée 
De danser 

J’étais la vague bleue 
C’est moi qui t’ai porté 
J’étais belle je t’aimais

 

Je vous offre la version chantée :

A demain

Merci beaucoup de partager ce calendrier de l’Avent autour de vous, sur vos réseaux. 

Publié dans Avent 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article