Vivre en harmonie avec les éléments

Publié le par Madeleine Moreau

Voici la fin du conte du feu …

Voici l'histoire qui vous mènera sur la piste oui, sur la piste, c'est là qu'elle débute. Un voyageur y marche péniblement, il porte une peau de bête autour de sa poitrine, il a les bras et les jambes nues ; un pagne ceinture ses haches. Il avance dans un espace désertique, en plein soleil proche du zénith.

Il s’abriterait bien, mais rares sont les endroits ombragés. Il scrute l'horizon et aperçoit une barrière rocheuse au loin, présage d'un peu de fraîcheur. Il a l'air jeune et aguerri à ce genre de situations. Mais aujourd'hui, il se sent chanceler, il se sent affaibli.

"Que se passe-t-il, j'ai franchi tant de fois ce désert en partant avant l'aube. Je suis chaque fois arrivé à la montagne sacrée avant les chaleurs suffocantes, pourquoi ai-je perdu du temps cette fois-ci ?" se dit-il. Il peut avoir fière allure, assurément, mais en ce moment il avance, voûté comme un vieillard abattu par les années.

Mentalement, il passe en revue son trajet et ne remarque rien d'inhabituel. Devant l'intensité de l'effort, il décide de rebrousser chemin pour s'abriter sous les premiers arbres situés en bordure de l'étendue désertique. Au moment où il se retourne, il s'affale et tombe sur les genoux.

"Par le grand esprit, que ma vitalité soit restaurée, que ma vision soit rétablie que je mesure mes forces afin d'accomplir ma tâche sacrée à la montagne des ancêtres." Il s'asperge la tête avec les quelques gouttes d'eau contenues encore dans sa vessie de cerf. "Par le grand cerf sacré, que je puise dans tes forces pour me relever". Il se redresse péniblement et marche parmi ses propres traces vers la lisière du désert.

Il vient d'évoquer ses esprits protecteurs et il fait le vide en lui afin de leur ouvrir la porte de ses corps. Ces complices invisibles ne l'ont jamais abandonné. Pourtant aujourd'hui, il ne ressent aucune amélioration, il continue à tituber et à être ébloui par des étourdissements.

Si seulement il pensait à moi, au dragon. Et pourtant il me connaît mais il a refusé de me mettre dans son panthéon. Son père était un grand chamane et il est destiné à l'être également. Pourquoi m'ignore-t-il ? Je vais vous l'expliquer. Son père avait poussé l'alliance avec moi jusqu'à son point ultime. Il était capable de communier avec moi en s'enduisant de poix, en l'allumant et en devenant une torche vivante. Il sortait chaque fois de cette union rayonnant de joie. Il se régénérait par le feu, à travers moi. C'était pour lui un acte sacré approuvé par toute sa communauté.

Un jour des étrangers assistèrent à cette cérémonie recueillie. Ils furent ébahis et troublés par la magie de l'instant. Ils proposèrent à son père de l'accomplir parmi les leurs dans une lointaine contrée. Le père refusa tout net. Les visiteurs s'en retournèrent vexés. Ils revinrent deux années plus tard les bras chargés de cadeaux pour la tribu et les charrettes remplies de boissons euphorisantes.

Ils organisèrent des fêtes pour distribuer les cadeaux et enivrer leurs hôtes. Le chamane proposa d'organiser une cérémonie de régénération par le feu et ils refusèrent. Cela perturberait leurs propres fêtes disaient-ils. Les membres de la tribu laissèrent les événements se dérouler ainsi. Le père de notre jeune chamane en fût aigri.

Il ne comprenait pas comment la solidarité naturelle de sa communauté originelle avait été démantelée. De dépit, en pleine nuit, il s'enduit de poix. Il évita consciemment de m'invoquer, de rechercher mon alliance et il s'immola par le feu. Il avait pris son fils avec lui, pour l'éduquer. Il lui avait expliqué son geste en espérant le convaincre de la nécessité absolue de m'associer à tous les événements importants dans la vie. En fait il démontra par l'absurde le résultat d'une mésalliance avec moi. Mais l'enfant avait hurlé devant le spectacle de son père transformé en torche vivante. Il avait ameuté la tribu. Toutes les tentatives faites pour sauver son père furent inutiles et c'est devant un paquet de cendres qu'il se trouva au bout de la nuit.

Venus pour emmener le chamane, les visiteurs l'avaient privé d'exercer ses pouvoirs dans l'espoir qu'il revienne sur sa décision. Tout le monde avait perdu quelque chose dans cette stratégie du pire.

L'enfant avait juré ses grands dieux qu'il rejetterait pour toujours l'esprit du feu aux oubliettes. Mais un chamane, vous le savez, collabore inévitablement avec l'esprit du feu. Voilà pourquoi nous avions contribué à ralentir le temps au cours de la marche du jeune homme. Je dis "nous" parce que je suis de mèche avec les esprits amis de notre chamane, ceux qui se chargent de créer les situations initiatiques nécessaires au réveil de sa mémoire.

Voilà donc notre jeune homme à nouveau au bord de l'évanouissement. C'est à ce moment que je m'introduis en lui ou, choisissez la version qui vous plaît le mieux, que j'active mon principe igné déjà présent dans son être. Au moment où il s'affale à nouveau, je stimule le souvenir de son père s'immolant. Il revoit la scène très intensément et il se met à pleurer. Cette émotion me permet d'apparaître en lui dans mon habit d'apparat, de régent du feu, avec mon casque d'or et ma cape rouge brodée d'étoiles dorées. Je me transforme sous ses yeux en dragon chatouilleur et cela produit son effet. Il esquisse un sourire, puis se met à rire et à danser comme un enfant.

Il se souvient de m'avoir vu dans sa petite enfance en tenue de dragon et il revoit d'un seul coup d’œil le sens de sa destinée sur la planète où il vit. Est-ce la Terre ou un autre astre habité, peu importe, je vous conte un récit intemporel, universel. Ensuite, il s'apaise et s'agenouille dans la fournaise. "Esprit du feu, régent des flammes et de la chaleur, je t'honore, je t'accueille en moi. J'ai volé dans les nuages, j'ai voyagé sous la terre sur l'échine du cerf sacré et j'en suis fier. Mais je le reconnais, je t'ai chassé du cercle de mes amis ; de l'eau, du vent, de la terre, des arbres, des serpents, des éperviers et de tout le vivant qui m'envoie les signes de pouvoir que j'utilise au service de la tribu.

"Aujourd'hui, je t'implore de revenir dans le cercle car tu es le sel de la vie, la force qui me pousse vers l'avant. Avec toi, je suis capable de rejoindre la montagne sacrée dans la pire fournaise. Je t'en prie, conduis-moi jusque-là, scellons notre alliance sur le champ. Je t'offre mon cœur, je t'offre mon corps, je t'offre mes organes, je t'offre mes cellules, je t'offre mes atomes. Sois-y vivant comme jamais. Viens, je marche vers la montagne sacrée".

Revigoré, le jeune chamane s'avança d'un pas décidé vers le lieu de son culte sacré. Il était certain d'avoir été entendu, confiant de recevoir mon aide pour s'unir à la fournaise, pour devenir la fournaise, et fusionner avec la chaleur torride ambiante. En devenant la chaleur, il resterait lui-même, un être calme et confiant comme de coutume. Eh bien, c'est ce qu'il advint mes amis, mes amies, il arriva frais et dispos à l'endroit de son culte, tout heureux de m'adresser un vibrant remerciement au son du tambour qu'il tenait enterré dans une anfractuosité de rocher.

Voilà une petite histoire de pouvoir bien banale pour mes alliés et peut-être encore incroyable aux yeux de ceux dont le regard refuse de voir à travers les mailles de la réalité quotidienne, la plupart du temps si terne pourtant.

Invitez-moi en vous, activez-moi en vous, j'ai simplement besoin d'un appel de votre cœur. Peu importe les mots, les paroles, pourvu que le cœur les embrase et nous ferons de merveilleuses choses sur la Terre. Nous poserons les jalons nécessaires pour la propulser dans le feu nouveau, le feu renouvelé. Je l'apporte par le sud de votre galaxie sous la forme d'un immense nuage nettoyeur, léger comme le duvet d'une plume d'aigle. Bien qu'il soit encore invisible, il se charge déjà d'attiser ce feu en vous. 

Vous êtes le mouvement, la transformation, la régénération de votre espèce, le merveilleux genre humain. Enflammez-vous d'amour pour vous-mêmes, pour vos semblables et pour les forces naturelles du cosmos dont Je Suis. Alors vous serez contagieux.

A demain

Merci beaucoup de partager ce calendrier de l’Avent autour de vous, sur vos réseaux. 

 

Publié dans Avent 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article