Prise de bec ou de pouvoir

Publié le par Madeleine Moreau

Dans tous les groupes, même les plus soudés, cela arrive un jour ou l’autre.

Il y a de la tension dans l’air, quelque chose qui ne tourne pas rond, un nuage qui vient obscurcir ce qui allait si bien.

C’est un incontournable si je puis dire cela ainsi.

Une tension bien maîtrisée permet à l'énergie de circuler. Mal maîtrisée, c'est la panne assurée !

Prenez n’importe quel groupe, au hasard, et vous verrez que vous n’avez pas réussi à passer à côté d’une ou de plusieurs tensions. Certaines ont dégénérés en conflit car la situation s’est aggravée.

Vous-même avez été, à certains moments, au centre de ces tensions, et, sans doute, au cœur du conflit.

Souvent, les problèmes qui en sont la source se résolvent d’eux-mêmes, sans trop de dégâts, que ce soit pour vous ou pour le groupe dans son ensemble. Il arrive néanmoins des situations ou sans une aide extérieure le groupe s’enfonce inexorablement dans des sables mouvants et provoque « la mort » de l’ensemble ou de quelques membres. – Le mot « mort » ne doit pas être pris, bien sûr, au premier degré !

Dans un groupe, chaque personne a un rôle à jouer. Chaque personne doit pouvoir prendre sa place ou être à sa place. C’est le scénario qui allie durabilité et parfait équilibre. Pourtant, ce scénario peut traverser des turbulences plus ou moins fortes.

Les causes peuvent être multiples : Un leader, ou, si vous préférez, un responsable qui se retrouve face à un contre-leader cherchant à prendre le pouvoir … Un responsable qui n’accomplit pas les tâches qui lui sont attribuées … Des membres qui ne s’engagent pas dans les discussions décisionnelles et qui émettent des critiques à l’extérieur … Des suiveurs qui n’arrêtent pas de demander des réponses à leurs besoins … Des situations de transfert ou de contre-transfert … Le passage d’une crise existentielle, c’est le cas dans les groupes familiaux qui comportent des pré-adolescents ou des adolescents … Des membres qui veulent faire valoir leurs compétences sans avoir conscience qu’en fait, elles sont incompétentes …

La liste est longue.

Cette liste représente la partie émergée de l’iceberg. La partie immergée est bien plus grande et mérite d’être mieux comprise pour gérer au mieux les situations où se ressent des tensions, où se transforment en conflit.

Dans une tension, il y a toujours un facteur déclenchant, comme si un interrupteur était actionné au mauvais moment. Celui qui déclenche le phénomène de tension, ça peut être vous ou une autre personne. Quoi qu’il en soit, l’ambiance se dégénère.

Mais qu’est-ce qui fait que l’interrupteur se soit actionné ?

Il faut revenir à ce que nous avons vu dans les précédents articles, c’est-à-dire, aux valeurs, aux besoins, aux attentes, aux potentialités, aux différentes influences pour mieux comprendre.

Vous êtes dans un groupe et vous avez tout cela en vous : des valeurs qui vous tiennent à cœur et si ces valeurs ne sont pas respectées ou détournées, vous partez ou vous essayez de les défendre plus ou moins judicieusement. Le problème peut également se présenter pour d’autres membres. Cela peut générer des parties prenantes, des sous-groupes dans le groupe. Des besoins et des attentes et lorsque cela n’est pas pris en compte, alors vous sentez monter en vous la frustration et vous ruez dans les brancards … d’autres membres peuvent vivre la même chose ! … Des potentialités que vous ne pouvez pas développer car on ne vous laisse pas la place que vous pourriez occuper, l’inverse est également de vise, on vous demande de faire quelque chose alors que vous n’avez pas la compétence mais vous ne voulez pas décevoir le groupe et êtes prêt à apprendre sur le tas. Ici aussi, d’autres membres peuvent ressentir la même problématique… Et il y a le lot des influences qui peuvent partir dans tous les sens, qui sont ressenties plus fortes si le groupe se divise en sous-groupe … Faire partie d’un groupe peut parfois vous donner l’impression que vous êtes assis sur un bâton de dynamite qui peut exploser à tous moments.

L’explosion se produit lorsque la tension n’est pas bien gérée, elle se transforme alors en conflit et provoque des dégâts.

Un groupe, c’est un ensemble complexe qui n’a rien à voir avec le monde des bisounours.

Voici une proposition d’exercices pour vous permettre d’y voir plus clair :

  • Reprenez vos groupes. Posez-vous la question : « Dans ce groupe, y a-t-il une personne ou plusieurs personnes avec qui je me sens vivre une tension ou être proche d’un conflit ? »
  • Cette tension peut venir de la manière d’être ou de faire de la personne. Si c’est le cas, est-ce que cette tension a des conséquences sur moi, mes potentialités, mes compétences, mes attentes ou mes besoins ?
  • Comment est-ce que je réagis lorsque je suis dans une situation où règnent des tensions, ou lorsqu’un conflit se déclare ?

Ces exercices vont vous permettre de mieux comprendre ce qui se passe en vous. En aucun cas ils vous permettront de les éviter à l’avenir. Je le redis, dans tous les groupes, il y a, inévitablement, à un moment ou un autre, des tensions pouvant générer un conflit.

Les observations que vous faites vont surtout vous permettre de progresser afin de mieux gérer les sentiments, les émotions qui en découlent. Nous verrons cela très prochainement.

A bientôt.

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Publié dans coaching relations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article