Trouver sa place dans les groupes

Publié le par Madeleine Moreau

Spectateur ou acteur ?

Tout le monde n’est pas à l’aise dans les situations où il y a beaucoup de monde, en particulier si ce sont des personnes étrangères ou inconnues.

Faire le pas pour rejoindre un groupe, faire le premier pas pour entamer un dialogue ou ne serait-ce que pour se présenter s’avère être une tâche difficile, voire insurmontable.

Le manque de confiance en soi, la timidité, la peur du regard de l’autre ou du jugement sont des freins importants.

Par contre, si les personnes sont connues, s’il y a, au moins, une personne de référence, la difficulté, bien que restante, est plus facile à surmonter et, peu à peu, de nouveaux liens peuvent se créer.

Au-delà de cette peur, le premier pas essentiel est de prendre conscience qu’il y a des groupes dans lesquels la peur n’est pas présente. Je pense plus particulièrement au groupe famille, amis et amies, travail. Ce sont des groupes qui apportent cette sensation d’être relié aux autres. Il est vrai, aussi, qu’il peut y avoir des personnes qui vivent dans un total isolement, sans famille, sans amis, sans réseau professionnel, sans présence dans un réseau. Le problème ne peut être traité ici.

Donc, revenons à la réalité de groupe/s.

Comme je l’ai dit dans les précédents articles, nous sommes habités par des attentes, des besoins qui jouent un rôle particulier dans l’interaction avec les membres du groupe. Il y a ce qui nous a attiré : les valeurs défendues ou mise en avant, les influences … et tout ce qui s’y vit !

Dans un groupe, chaque personne doit pouvoir trouver sa place, ce qui veut dire ne pas se sentir exclue ou à part ou inexistant. Ces places ne sont pas toutes égales et ne sont pas définitives, il y a des étapes qui peuvent nous permettre de changer de place.

Supposons que vous entriez dans un groupe de soutien parce que vous avez besoin d’aide. Votre première place sera celle de la personne aidée et non de la personne aidante. Vous serez tout d’abord demandeur et non pas conseiller. Cela ne veut pas dire que vous le resterez à vie. Viendra peut-être un moment où vous vous sentirez avoir un pas de plus à faire. Vous suivrez une formation, vous vous engagerez plus personnellement dans le groupe, et, il est possible qu’un jour vous fassiez partie du groupe responsable, en ayant une place précise, dans le comité par exemple, dans la préparation de la collation, dans l’élaboration du marketing, dans les aspects financiers, dans la prise de notes lors des colloques, etc. Et, pourquoi pas, si vous progressez dans votre ligne, vous pourriez, un jour, prendre la responsabilité d’un groupe de soutien car vous connaissez le chemin et vous vous sentez debout pour donner à votre tour tout ce que vous avez reçu.

C’est en occupant la place qui nous correspond que nous nous intégrons dans un groupe.

Voyons maintenant ce que cela veut dire pour vous :

  • Reprenez les groupes que vous avez noté (Si vous me rejoignez aujourd’hui, lisez les articles précédents, ils contiennent tous les exercices qui vous mèneront à cette page). Pour chacun, interrogez-vous : Pouvez-vous dire, ou pas, que vous vous sentez à votre place dans ce groupe ?  
  • Que représente, pour vous, la place que vous occupez ?
  • Est-ce qu’elle vous apporte de la satisfaction ou est-ce qu’elle vous donne de vivre des frustrations ? Citez les satisfactions et les frustrations.

Cet exercice va vous permettre de conscientiser votre présence réelle dans la vie du groupe.

S’il y a un groupe dans lequel vous vous sentez inexistant, demandez-vous à quoi cela est dû et ce que vous pourriez faire pour y trouver votre place, en particulier dans les groupes que vous n’avez pas forcément choisis comme la belle-famille ou l’aspect professionnel, ou encore les groupes qui se sont créés par la force des choses, par exemple si vous vivez avec le statut de famille monoparentale ... Cela vous mettra en route pour le prochain exercice.

A bientôt.

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Publié dans coaching relations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article