Bien vivre le changement, c’est accepter de changer avec lui

Publié le par Madeleine Moreau

Le changement modifie forcément notre perception du futur

Si vous éprouvez quelques difficultés à entrer dans un changement, vous devriez écrire en grand le titre de cet article et le coller, pourquoi pas, près du miroir de votre salle de bain.

Selon mon observation, il est impossible de faire autrement, même si le changement bouleverse peu d’habitudes.

Que vous le vouliez ou non, nous devons tous et toutes entrer dans des changements qui nous sont « imposés » par la vie courante. J’aime prendre cet exemple : en France, la limitation en dehors des zones urbaines était à 90km/h. Il est aujourd’hui à 80km/h ! Un tout petit changement, presque rien, mais qui a mis en colère pas mal d’automobilistes … Accepter de changer avec lui évite de se faire flasher à tout bout ’champ !

Il y a des changements à vivre qui demandent plus d’implications personnelles et qui peuvent bouleverser considérablement toute une manière de vivre. Les jeunes parents le savent. L’arrivée d’un enfant, même si l’on s’est bien préparé, conduit à un changement radical, que ce soit dans la vie de couple, la vie relationnelle ou professionnelle.

Si vous vous trouvez dans une situation vous obligeant à vivre autrement, la suite de cet article va vous intéresser.

Accepter de changer avec lui

Dans tout changement qui s’annonce, les pensées vont jouer un rôle important. L’être humain a cette tendance de se créer des scénarios invraisemblables dès que les choses ne sont plus « en ordre » ! C’est un peu comme s’il cherchait à se rassurer, à retrouver une sécurité qui lui échappe. Ces scénarios peuvent être construits sur le positif – « Tout va bien aller, je vais réussir, ce sera mieux qu’avant … » ou négatif « J’aurais du réfléchir avant, je ne vais pas pouvoir faire face, il va m’arriver une tuile … ».

Comment aider nos pensées à rester dans le réel ?

  • Ma manière de réfléchir et de raisonner est-elle en adéquation avec la réalité ?
  • Est-ce que je pense que le changement qui s’annonce est une opportunité pour mieux comprendre le pourquoi ce changement est nécessaire ?
  • Les pensées, ainsi que les sentiments qui se forment en moi sont-ils dans l’axe de ce que vous avez à vivre ?
  • Comment puis-je apprivoiser mes pensées pour qu’elles ne me conduisent pas en-dehors du réel ?

Cette dernière question est très importante, surtout si vous êtes enclin à vous fabriquer des histoires qui n’ont ni tête, ni queue.

Le corps, ainsi que notre sensibilité ne sont pas neutres lorsqu’il faut faire face à un changement. Des tensions, des rigidités, une fatigue lancinante, des hauts et des bas dans nos humeurs peuvent surgir. Voyons comment donner du crédit à ces manifestations :

  • Est-ce que je ressens, dans mon corps, les forces et les énergies nécessaires pour bien vivre ce changement ? Si je ne les ressens pas, de quoi aurais-je besoin ?
  • Au niveau sensible, est-ce que je peux accueillir, accepter et vivre les différents sentiments qui m’habitent face au changement que j’ai à vivre ?
  • Contre quoi est-ce que je me débats ? (Appréhensions, peurs, insécurités, manque de confiance, etc…) Est-ce que cela vaut la peine que j’y mette autant d’énergie ?
  • M’est-il possible de donner plus d’importance à l’action – entrer dans le changement – qu’à la réaction ?

Vous connaissez sans doute l’adage : Avancer à reculons …

Lorsque le corps est « sous tension », lorsque la sensibilité est « à fleur de peau », lorsque tout nous semble être « une montagne », cela peut indiquer qu’une partie de nous n’est pas encore prête à entrer dans le changement. Nous subissons alors le changement, nous ne le vivons pas avec lui.

Regarder ce qu’il y a au plus profond de nous est alors bienfaisant pour lâcher prise, petit à petit.

  • Ce changement, en quoi et pourquoi peut-il me permettre de vivre pleinement mes capacités, mes richesses, mes valeurs ?
  • Est-il possible que je puisse, dans un à-venir de ressentir un plus de vie, une ouverture plus grande dans ce que sera ma vie ?
  • Est-ce que le changement que j’ai à vivre à du sens pour moi, quel sens ?
  • Puis-je me donner des temps « récréations » et me servir de mes 5 sens pour apprivoiser le changement ?

Pour terminer, il serait bon de jeter un coup d’œil sur l’environnement humain et matériel. Ces deux réalités peuvent être aidantes ou handicapantes. On le sait, la famille, les amis peuvent être de bon conseil ou pas. … Si le changement intervient dans une séparation, vous aurez à côtoyer des personnes qui sont avec vous, d’autres qui vous jugeront ou prendront de la distance. Si vous devez changer votre alimentation, suite à une maladie, par exemple, vous aurez à entendre toute sorte de « bons » conseils qui ne vous aideront pas forcément … Le côté matériel peut également jouer un rôle important. … Si vous quittez une maison individuelle pour vivre dans un hlm, il ne fait aucun doute que le côté matériel va être tout aussi important. Si vous devez quitter un bureau lumineux et aller travailler dans un local éclairé uniquement par une lumière artificielle, ce ne sera pas une partie de plaisir !  

Qu’en est-il dans votre cas ?

  • Quelles sont, réellement et objectivement, les conséquences du changement que j’ai à vivre sur mon environnement humain et matériel ?
  • Est-ce que je me sens prêt-e à les vivre et à ajuster ce qui est possible pour me sentir plus en paix et en sérénité ?
  • Est-il possible, pour moi, de rester dans une attitude de curiosité et de découverte sans me laisser « engorger » par trop d’informations extérieures ?

Nous voici arrivé au terme de ce coaching du changement. Vous avez entre vos mains des pistes susceptibles de vous permettre de bien le vivre et surtout de changer avec lui.

A bientôt avec un nouveau thème, un autre coaching.

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jackie Isler 09/05/2019 23:03

Bonjour
merci pour votre réponse je vais faire comme vous me l'avez conseillée, je vais déménager fin juin dans un endroit calme un peu en dehors de la ville Cardamine, je serait plus près de la nature j'en ai beaucoup besoin, je travaille beaucoup avec les pierres qui m'aide aussi bien.

Jackie Isler 07/05/2019 12:23

Bonjour:)

Pour moi le plus dur c'est le jugement des autres y compris de certains membres de ma famille qui ne comprennent pas, qui sont très diminuer physiquement et moralement, alors quand vous, vous avez de meilleurs visons eux ont vite fait de vous les démonter, j'ai une vison très forte du naturelle, j'ai tout banni les produits toxiques de ma maison en tout cas au 90 %, maintenant je me sent un peu comme une extra terrestre, et ces temps une trahison terrible en plus de la part de ma "Meilleurs amie" et de mon conjoint m'ont littéralement mis en dépression, je remonte gentiment ... La vie est dur des fois
Cordialement
Jackie