Le changement : une aventure à vivre

Publié le par Madeleine Moreau

Se préparer au changement

Si vous vous situez dans une phase de changement dans votre vie, que ce soit personnel, professionnel ou relationnel, plein de choses se passent en vous.

Comme je vous le disais, même bien préparé, bien pensé, l’entrée dans le changement ne se fait pas sans mettre votre psyché et votre sensibilité à l’épreuve.

Rare sont les cas où il n’y a pas, à un moment ou un autre, un regret, une nostalgie lorsque vous penserez à ce que vous aviez auparavant. Par contre, les moments où vous ressentirez la perte de quelque chose, de quelqu’un, d’un environnement, d’une forme de sécurité et de confort, risque bien de surgir dans les premiers temps.  

Le changement est une aventure que vous allez vivre sans forcément avoir toutes les cartes en main.

Supposons que vous soyez sur le point de vous installer dans un nouveau lieu de vie : Vous avez visité des appartements, des maisons. Vous avez longuement réfléchi, pesé le pour et le contre, vous vous êtes projeté dans ce nouveau lieu. Vient le moment de faire vos cartons. Vous faites du tri, vous jetez où vous gardez. Jusque-là, tout va bien. Vient le moment où vous fermez définitivement la porte sur ce qui a été votre nid pendant des mois, des années. Vous voilà dans votre nouveau chez vous. Tout est parfait, tout semble parfait … Vous vous apprivoisez à votre nouveau nid, vous marquez votre territoire, vous faites connaissances avec vos nouveaux voisins … Tout semble se dérouler comme dans le meilleur des mondes. Cependant, vous devez vous acclimater à ce nouvel environnement. Cela peut très bien se passer ou moins bien. Dans le cas d’un moins bien, je dirais que la phase du changement provoque en vous quelques remous. Il serait bon de les regarder, de les prendre pour ce qu’ils sont : des remous !

Cet exemple, vous pouvez le transférer dans toute forme de changement. C’est en effet le même processus que vous pourriez vivre si vous changiez d’emploi, si vous êtes muté à un autre poste, si vous devez accepter une restructuration du service dans lequel vous vous trouvez – ceci, pour la vie professionnelle. Il en sera de même dans votre vie personnelle : lorsqu’une maladie vous oblige à changer votre mode de vie, lorsque vous entreprenez une thérapie, lorsque de nouvelles limites s’imposent à vous à la suite d’un accident ou simplement dû à l’âge … Dans votre vie relationnelle : à la suite d’une séparation, un divorce ou une vie nouvelle dans une famille reconstituée. Vous pouvez vraiment transférer ce processus dans toutes les situations qui vous demandent d’entrer dans un changement.

Les remous …

Voyons maintenant ce qui provoque ces remous et comment les apprivoiser.

Ces remous sont provoqués par la peur de l’inconnu, de l’incertitude, de l’insécurité. Ceux-ci peuvent être atténués si vous prenez le temps de répondre aux questions suivantes :

  • Dans ce que je dois « quitter », à quoi, à qui, suis-je particulièrement attaché ? Quelle est l’importance de cet attachement pour ma vie ?
  • Ai-je le sentiment de perdre quelque chose d’important ? Quoi ? Que va représenter cette perte pour moi ?
  • Est-ce que cela bouleverse mon échelle de valeurs ? Quelles sont ces valeurs ? Est-ce qu’il m’est possible de les vivre autrement ou dans d’autres secteurs de ma vie ?
  • Dans mon attitude intérieure, ma peur au changement ressemble-t-elle à une opposition systématique (système de défense) ? à une crainte face à l’avenir ? à autre chose, quoi ?
  • C’est quoi qui m’empêche ou me freine pour entrer dans le processus du changement ?  

En prenant le temps de répondre à ces quelques questions, vous allez commencer à préparer votre inconscient et votre conscience afin que vos pensées soient dirigées vers plus de positif. Il vous sera alors plus aisé de prendre appui sur le réel, sur la réalité présente.

  • Aujourd’hui, puis-je nommer les qualités, les ressources que je porte en moi et sur lesquelles je pourrais m’appuyer pour faire face au changement qui m’attend ? Lesquelles ?
  • Ai-je des représentations ou des croyances d’actions qui font écran à mes qualités et mes ressources ?  (Ces représentations peuvent être par exemple : perdre l’amitié et/ou l’estime de certaines personnes qui me sont proches ; ne plus avoir suffisamment de temps pour faire des choses ; être obligé de me dépasser pour réussir ; etc.  Les croyances d’action peuvent être par exemple : je n’ai pas les compétences pour réussir ; j’ai plus à perdre qu’à gagner ; l’ordre des choses ne peut pas changer du jour au lendemain ; l’évolution c’est pour les autres ; etc.)
  • Est-ce que je perçois une « stratégie » que je pourrais mettre en œuvre pour déjouer mes sentiments d’échec et de peur ? Quelle serait cette stratégie ?
  • Quelle pourrait être ma devise traduisant mes motivations à mieux vivre le changement ?

Vous venez de faire les premiers pas pour bien vivre une étape de changement. Il reste d’autres pas à faire, c’est ce que nous verrons dans le prochain article.

A bientôt.

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article