Parce que l’on fait partie du monde

Publié le par Madeleine Moreau

Me voilà de retour après une semaine riche en rencontres et en partage.

 

Ce qui est extraordinaire est que je n’avais pas programmé de terminer ce travail sur la roue de la vie à mon retour de Cappadoce.

Tout au long de la semaine j’ai rencontré des personnes merveilleuses. Même si la langue est parfois un obstacle, le regard, les gestes viennent le balayer et il est possible de se rencontrer sur un autre plan, celui de notre humanité complémentaire.

La vie sociale est un segment important sur la roue de la vie. Si nous avons longuement regardé ce qui nous concerne plus personnellement, à savoir : nous en tant que personne, vient le moment de sortir de notre coquille et de porter notre regard sur les autres, ceux que nous croisons, ceux avec qui nous travaillons, ceux avec qui nous vivons.

Nous prenons alors conscience que nous sommes reliés, que nous formons un ensemble, que nous tissons la trame de l’humanité.

Ce sont les rencontres que nous faisons qui tissent … ou pas… nos réseaux relationnels. Nous prenons alors conscience que nous faisons partie d’un tout et que ce tout fait partie de nous. A moins de nous faire « ermite », nous avons besoin d’avoir un réseau relationnel … quoi que … un « ermite » ne peut vivre son ascèse relationnelle que s’il est enraciné dans un réseau relationnel !

La vie sociale, qu’est-ce que c’est ?

Nous pourrions penser qu’elle concerne principalement les réalités d’entraide, d’engagement, de structures de développement, etc … C’est plus simple que cela. La vie sociale c’est notre environnement humain direct : nos relations proches, notre quartier, notre ville, notre canton, notre pays … et tout ce qui s’y passe.

Un environnement humain qui s’enrichit tout au long de la vie par les rencontres éphémères, les rencontres qui se font au grès de nos déplacements.

Nous nous enrichissons alors mutuellement grâce à nos différences. Nos expériences de vie élargissent nos frontières d’accueil. Nos racines se rejoignent dans une complémentarité.

La vie sociale c’est le pas que nous faisons pour aller à la rencontre de l’autre, c’est le pas que fait l’autre pour venir à notre rencontre.

La Cappadoce, c’est le pays où l’on trouve des kilims. Ce sont des tapis tissés que l’on pose sur le sol ou sur les murs et qui racontent une histoire.

Le tissage fait de laine ou de coton parlent de l’insertion sociale dans laquelle vit la personne qui tisse. Dans les couleurs, les dessins, les symboles, il est alors possible de raconter l’histoire de la tribue, le milieu d’insertion et la datation. Autrefois, les jeunes filles tissaient les kilims de leur futur foyer, c’était leur dot.

Avant d’être un objet de décoration, le kilim était la pièce centrale du foyer. Il permettait de s’asseoir sans ressentir l’humidité du sol, servait de protection dans la froideur de l’hiver ou sous la chaleur ardente du soleil d’été. Il accompagnait la vie nomade.  

Aujourd’hui, cet art ancestral disparaît.

C’est une belle métaphore pour dire combien la vie sociale est importante dans nos vie : se sentir reliés par des fils de différentes couleurs et textures, penser que nous sommes également reliés à une histoire, une origine, que nous avons un rôle à jouer là où nous sommes aujourd’hui, prendre conscience que nous apportons notre propre couleur qui se marie à celle des autres, n’est-ce pas extraordinaire ?

 

Et vous, avez-vous déjà réfléchi au comment vous vivez votre vie sociale ? C’est ce que je vous propose de faire maintenant.

  • Qu’est-ce que la vie sociale représente pour moi ?
  • Quelle évolution puis-je constater tout au long de ma vie ?
  • Comment est-ce que je me sens inséré-e dans la vie sociale ?
  • Sur l’organigramme, et en tenant compte de mon évolution, j’évalue la position sur laquelle je me sens.

Si vous me rejoignez aujourd’hui, vous vous demandez peut-être ce qu’est cette roue de la vie dont je parle. A votre intention, voici l’image.

 

N’hésitez pas à lire les précédents articles, et, si le cœur vous en dit, de faire les exercices que je vous propose. Une opportunité pour mieux vous connaître.

Je vous retrouve très prochainement pour un nouveau thème.

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Publié dans coaching croissance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article