Mon ordi a eu besoin d'un checkup

Publié le par Madeleine Moreau

Rechercher la panne ...

Bon, ça, c’est fait !

Il y a 10 jours, alors que je commençais à écrire un article, mon ordi a décidé de n’en faire qu’à sa tête. Je tapais une lettre et j’attendais 30 à 40 secondes qu’elle s’affiche, puis le système tout entier se bloquait. Alors, j’éteignais, rallumais, recommençais, cherchais ce qui n’allait pas, m’énervais, rouspétais. Bref, la totale !

Vous voyez toute la liste des émotions que je traversais, et pourquoi ?

Tout simplement parce qu’il fallait que ça marche comme ça avait toujours marché, il n’y avait pas de raisons que, tout d’un coup, ça se mette à plétoquer.

Je me suis dit que le lendemain ça se remettrait en ordre. Que non, là il s’est bloqué dès mon mot de passe entré.

Alors, j’ai décidé de l’emmener faire un checkup.

Résultat, il m’est revenu « comme neuf ».

Je parle de mon ordi, mais lorsque j’y pense, cela peut également se produire dans notre machine corporelle.

Une petite fatigue, un énervement qui survient de plus en plus souvent, des petites pertes de mémoire, l’estomac qui a du mal à digérer, les intestins qui se mettent en déroute, le sommeil qui ne vient pas … Ce n’est pas grave que l’on se dit, tout se remettra en place après quelques jours de vacances. Alors, on se met au vert, on essaie de récupérer et on croit avoir suffisamment récupéré. On reprend le boulot et au bout de 3 – 4 jours, c’est rebelotte, les symptômes reviennent, un peu plus fort, plus longuement, et là, on pette un câble. A peine la reprise commencée, on se retrouve à l’assurance !

Ce n’est pas ce que je vous souhaite, bien entendu.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, je vous invite vivement à prendre le temps de regarder de plus près ce que veulent vous enseigner les symptômes que vous repérez. Un chose est certaine, les médecins ne diront pas le contraire, un symptôme qui est prit au sérieux dès le début à peu de chance de devenir chronique et la chaîne symptomatique ne risque pas de se construire.

Si vous apprenez à décrypter ce qui déraille au moment où vous ressentez le malaise, il sera plus facile d’y remédier et, qui sait, à pouvoir continuer à vivre sans tomber malade.

Ça, je vous le souhaite.

A bientôt.

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article