Mon blog et vous

Publié le par Madeleine Moreau

Si vous me suivez depuis un certain temps, vous avez vu que je propose régulièrement des outils pour vous aider à avancer dans votre vie.

Je reçois de nombreux messages : « Votre article me rejoint, mais comment puis-je avancer ? » ou : « Je suis dans cette situation depuis plusieurs années et je n’arrive pas à m’en sortir ! »

Peut-être rejoignez-vous ces nombreuses personnes qui essaient de mettre en pratique une nouvelle manière d’aborder les choses, mais, au bout de quelques jours, quelques semaines, ne voyant pas de changement notable, vous vous demandez à quoi cela sert réellement. Vous pourriez même vous dire que ça ne sert à rien.

C’est la raison pour laquelle je vais revenir plus longuement sur la problématique que peut poser les objectifs d’un accompagnement avec le coaching de vie.

Pour cela, revenons à mes articles.

Pourquoi est-ce que j’ai créé ce blog ? Qu’est-ce que je cherche ? Suis-je compétente pour vous proposer des pistes ?

1ère question : Pourquoi est-ce que j’ai créé ce blog ?

Cela fait près de 30 ans que j’ai commencé, d’abord pour moi, un cheminement par le coaching de vie. Je sais, c’est un bail ! Mon travail personnel, les fruits que j’ai récolté pour ma vie et les bienfaits sur le long terme m’ont poussé à suivre une formation intense dans le domaine de la psychopédagogie. Je suis devenue formatrice et j’ai animé de nombreux stages. J’accompagne depuis plus de 20 ans des personnes en individuel. Je poursuis mon cheminement personnel.

J’ai donc un vaste champ d’observations et des centaines d’heures de pratique.

Par expérience, je sais bien que ce n’est pas évident de demander de l’aide, d’ouvrir son cœur à un professionnel, d’accepter de faire entrer un regard extérieur dans son jardin secret.

J’ai commencé à écrire avec ce désir profond de rejoindre un maximum de personnes dans leur réalité de vie et l’envie de poser des balises sur le bord de leur route pour leur permettre de relativiser la part du conscient et de l’inconscient.

Si je devais prendre une métaphore, je prendrais celle-ci : Qui que vous soyez, lorsque vous décidez de partir en voyage, vous vous renseignez sur le pays que vous allez visiter. Vous recherchez les sites qui sont à visiter, vous comparez les prix, vous recherchez ce qui va vous convenir pour poser vos valises, vous lisez les commentaires laissés par les usagers, vous vous faites une idée précise de ce que vous allez découvrir.

2ème question : Qu’est-ce que je cherche ?

La réponse se trouve dans la métaphore que je vous donne : A vous donner le maximum d’informations susceptibles de vous aider à entrer dans la complexité de votre paysage intérieur.

Les pistes que j’apporte sont des moyens puissants pour apprivoiser votre réalité de vie … à condition que vous ouvriez les portes de votre cœur. Parfois, il suffit simplement de se sentir attiré par une porte qui s’entrouvre pour franchir le palier et entrer dans un travail d’introspection. Sans doute le meilleur moyen, puisque c’est vous qui décidez de vous approcher de cette porte pour aller regarder ce qu’il y a derrière …

Ces portes ne sont pas anodines ni innocentes. Si elles sont fermées, c’est parce que vous avez, à un moment ou un autre, pensé que ce serait le mieux pour vous. Un réflexe de survie, de protection, une manière de prendre de la distance … et vous avez gardé la clé !

A quoi correspond ces portes et à que peuvent-elles vous permettre de retrouver ?

Comme vous le voyez, les portes que l’on ferme pour se protéger peuvent être nombreuses.

Je cherche à provoquer ce déclic qui vous conduirait à entrevoir la possibilité de commencer un cheminement avec l’aide d’un coach de vie – homme ou femme.

Dans le prochain article, je répondrais à la 3ème question et je vous inviterais à regarder les 5 étapes à vivre pour discerner le besoin, ou pas, de faire appel à un coaching de vie.

A bientôt.  

Vous trouvez ce blog intéressant ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article