J’applaudis …

Publié le par Madeleine Moreau

Nous avons applaudi chaque soir toutes les personnes qui étaient au front pendant le confinement.

Maintenant que nous entrons peu à peu dans un déconfinement, que les hôpitaux se vident peu à peu de leurs patients, que le danger se fait moins dangereux, nous apprenons à vivre avec le virus.

Durant plusieurs semaines nous avons vu que les corps de métier, les moins rétribués, permettait à nos pays de « surnager », de faire tout leur possible pour que le monde puisse continuer de tourner.

Mon coup de chapeau à d’autres …

Et nous avons vu, entendu, écouté des responsables hauts placés :

Responsables de diverses structures : OMS – ONU – OFST – Etc.

Présidents de nations – ceux qui étaient proches de leurs concitoyens et ceux qui sont restés axés sur d’autres priorités.

Ministres : de la santé, de l’économie, du sport, etc.

C’est le moment de les applaudir, de leur dire merci …

Combien de fois me suis-je dit que, pour rien au monde, j’aurais voulu être à leur place ? Des dizaines, des centaines de fois …

Bien sûr, comme je suis aussi une râleuse, je n’ai pas bu leurs paroles comme du petit lait, je n’ai pas toujours compris leur ligne, je n’ai pas toujours été en accord avec leurs directives.

Mais, si j’essaie de me mettre à leur place, je ne crois pas que j’aurais fait mieux, bien au contraire. A leur place, je n’aurais pas supporté tout le poids, je n’aurais pas supporté tous les râleurs, je n’aurais pas supporté les conséquences issues de certaines décisions.

Fallait-il aller aussi loin, sont-ils allés trop loin ? Qui peut répondre à cette question ?

Ils ont eu à faire face à des choix drastiques, sachant très bien qu’ils seraient critiqués, jugés.

Leur travail ne se termine pas avec le déconfinement. Ils ne vont pas quitter le bateau et aller faire bronzette sur une plage déserte.

Ils restent au front, un peu plus à distance, un peu plus à l’écart, mais en gardant cette vigilance en tout instant, une deuxième vague étant toujours d’actualité. Si ça revient, si ça recommence, leurs rôles sera encore plus difficile.

Je ne sais pas si vous y avez déjà pensé, si vous avez réfléchi à ce que vous auriez fait à leur place … essayez, vous verrez, c’est un véritable labyrinthe sans l’assurance de trouver la sortie !

Lorsqu’un match se termine, les applaudissements vont à l’équipe gagnante, les lauriers vont au club … Et si le match se perd, qui est visé ? 9x sur 10 ce sera le responsable du club qui perdra ses plumes …

Je ne suis pas très douée dans l’histoire du sport, mais c’est l’image qui me vient !

Le déconfinement commence et avec lui, nous prenons conscience des conséquences désastreuses qui vont prendre de l’ampleur ces prochaines semaines.

L’après s’annonce, dans tous les domaines, ou presque, catastrophique et les pertes au niveau de nos économies sociales monstrueuses, de quoi penser que le match entamé contre la pandémie ne mérite pas le prix à payer …

En attendant, les responsables cités plus hauts, sont restés et restent sur le terrain. Une bonne raison pour les applaudir, qu’en pensez-vous ?

A bientôt !

La vie après le covid19

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ?

Qui sait, vous pouvez peut-être éclairer sa journée »

Publié dans Les jours d'après

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article