Immersion 100% naturelle

Publié le par Madeleine Moreau

Il faut garder ses distances, il faut porter un masque de protection, il faut se désinfecter les mains plusieurs fois par jour, il faut se protéger et protéger les autres, il faut éviter les grands rassemblements, il faut éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique, il faut …

Et surtout … il ne faut pas relâcher la vigilance …

C’est ainsi, avec ces règles, que l’été à commencé pour l’être humain qui avait l’habitude de faire la fête jusque tard dans la nuit, qui allait à la rencontre de nouveaux z’amis avec des bisous, qui s’accommodait d’être… corps contre corps sur le sable chaud d’une plage en surpopulation, qui passait une journée entière dans les boutiques à essayer toutes les tenues proposées, qui participait aux festivals ou aux matchs de foot jusqu’à perdre sa voix …

Que d’évènements ont été annulés en cet été pas comme les autres !

Bon, arrêtons de râler sur ce qui nous manque, ce qui n’est pas comme d’habitude, sur ces gestes qui nous sont imposés et qui nous enlève notre sacro-sainte liberté !

Il y a une chose que personne ne peut nous enlever, nous interdire de fréquenter … c’est la nature !

Hé oui, pour l’approcher, pas besoin de masque, pas besoin de désinfectant, pas besoin de garder ses distances … nous pouvons nous immerger totalement en elle et ressentir pleinement notre liberté d’être.

Une immersion 100% naturelle – à condition que vous ne soyez pas dans un champ de maïs qui vient d’être pulvérisé d’insecticides !

Une immersion qui va vous permettre de vous sentir étonnamment bien, loin de cette pression sanitaire qui gâche vos vacances.

Mes immersions cette semaine : sur un chemin forestier, dans mon jardin

En immersion

Des chemins, des sentiers, il y en a un peu partout. Pas besoin de faire des centaines de kilomètres pour les trouver.

De bonnes chaussures, un peu d’huile essentielle de citronnelle déposée sur le bord des chaussettes et de l’encolure du teeshirt pour éloigner moustiques et tiques, une bouteille d’eau à portée de main, une barre de céréales et vous voilà prêt/e pour vivre une immersion 100% naturelle.

Pas besoin de courir, allez-y tranquillement. Soyez présent/e à votre respiration, à votre cœur qui bat. Mettez tous vos sens en éveil, je dis bien tous vos sens … Ecoutez, regardez, sentez, goûtez, touchez …

Arrêtez-vous pour contempler ce qui vous attire. Avez-vous déjà pris le temps de regarder les gouttes d’eau qui se sont déposées sur une toile d’araignée ? Vous êtes-vous déjà intéressé au travail des fourmis ? Est-ce que le vol d’une libellule parvient à vous sentir léger/ère ? Le chant des oiseaux n’est-ce pas aussi beau que le concert que vous vouliez voir et qui a été annulé ? Cette petite fraise des bois, ou une framboise, une mûre, une myrtille, n’est-ce pas le fruit le plus délicieux que vous ayez goûté cet été ?

N’hésitez pas à toucher les tapis de mousse, l’écorce des arbres, les graminées qui offrent de si belles hampes à la brise qui les fait danser. Toucher c’est donner une caresse et en recevoir une en retour.

Respirez profondément pour ouvrir toutes les fibres de votre nez. Repérez toutes les odeurs qui s’offrent à vous. L’odeur du bois, de l’herbe, de la terre … Respirez ces odeurs, laissez-les vous pénétrer jusqu’à les ressentir dans votre gorge, le contour de vos lèvres.

Goûtez pleinement à cette immersion, jusqu’à vous sentir libre, totalement libre, jusqu’au moment où vous aurez cette sensation que vous êtes au cœur de cette nature et que la nature est au cœur de vous-même.

Diversifiez les environnements si vous le pouvez : sur les berges d’une rivière ou les bords d’un lac, au cœur d’une forêt ou un sentier rural, en montagne ou en plaine …

Allez-y …

A bientôt !

 La vie après le Covid19

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ?

Qui sait, vous pouvez peut-être éclairer sa journée »

Publié dans Les jours d'après

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article