Une belle pagaille

Publié le par Madeleine Moreau

 Et voilà, c’est reparti !

Mais quoi est reparti ? Nous l’avons tous et toutes en tête, pas besoin de chercher midi à quatorze heures … ce qui est reparti, de plus belle, c’est cette sensation d’insécurité qui enfle au fur et à mesure des jours qui passent.

Je fais le pari que vous auriez répondu : « le Covid19 » !

Oui, celui-là aussi s’est mis au repos pendant quelques semaines, histoire de reprendre des forces, de muter, et de retrouver toute sa splendeur.

Mais, ce qui est reparti, sans que nous ayons fait quoi que ce soit pour, c’est bel est bien cette sensation d’insécurité.

Nous voilà à épier ce qui se passe dans les régions alentours, dans les pays voisins. Nous regardons les chiffres, nous regardons les courbes qui ne cessent de monter. Nous entendons les directives, nous nous demandons pendant combien de temps encore nous serons à l’abri.

Nous commençons à en avoir marre … j’emploie le nous car je doute que je sois la seule … et nous espérons que ce sera derrière pour fêter Noël en famille. Hé oui, il reste 2 mois et quelques jours … nous croisons les doigts, pas seulement les doigts de la main, les orteils aussi !

Vivre avec la crainte d’un nouveau confinement strict.  Vivre sans savoir si la semaine prochaine nous pourrons aller nous recueillir sur les tombes des personnes envers lesquelles nous n’avons pas eu le loisir de dire A Dieu, la faute au Covid19. Vivre en nous demandant s’il faut interdire aux enfants de partir à la chasse aux bonbons, même si, au fond de nous, nous avons déjà la réponse ! Vivre en doutant que nous pourrons nous réjouir à l’arrivée de la nouvelle année.

Parce que nous avons une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes elle devient la principale raison qui fait naître cette sensation d’insécurité.

Ce serait bien plus simple si nous pouvions repérer les molécules infectieuses

Réagir, rebondir

C’est ce que je vous proposais tout au long de ces dernières semaines. Qu’en est-il aujourd’hui ?

C’est toujours d’actualité, une actualité brûlante.

Si nous laissons cette sensation d’insécurité nous bouffer de l’intérieur, nous allons faire le bonheur des pharmas qui se feront une joie de multiplier leur production d’anxiolytiques.

Nous avons été avertis que la crise ne s’arrêterait pas par miracle, que ça prendrait un temps certain !

Même en le sachant, reconnaissons-le, c’est la pagaille dans nos mouvements sensibles.

Grâce ou à cause du déconfinement, nous avons relâché nos gestes barrières, nous nous sommes retrouvés autour d’un barbecue ou d’un verre, nous avons pris le risque de nous mêler à nouveau à la foule. C’était si bon de se refaire un bisou, de se tenir proche, de se sentir presque comme avant … et voilà, patatras … il faut revenir en arrière, faire attention à tout, reprendre les gestes barrières et tout cela, hé bien, ça ne fait pas de bien à nos sensibilités.

Réagir, rebondir … oui, mais pas n’importe comment. Réagir, rebondir … en tenant compte de la situation sanitaire et ce n’est pas une mince affaire.

Voici quelques pistes que vous pourriez adopter

  • Arrêtez de chercher un coupable dans ce merdier. Ce qui nous arrive, ce n’est pas la faute à nos ministres, nos médecins de la santé. Ils sont comme nous, ils ne savent pas et ils doivent réagir en fonction de la réalité.
  • Arrêtez d’en vouloir à tous ceux qui sont anti-masques, qui continuent de dire que c’est moins grave qu’une grippe ou la varicelle. Au mieux, prenez vos distances avec eux. Ils veulent jouer avec le feu, pas besoin que vous serviez d’allumette !
  • Créez, inventez, modernisez votre vie. Vous en avez fait l’expérience pendant le 1er confinement, c’est le moment de repenser à ce qui vous a permis de tenir le coup, de ne pas vous effondrer dans la déprime.
  • Soyez vigilant-e en toute circonstance. Se désinfecter les mains régulièrement, porter le masque dès vous vous entrez dans un endroit clos sert surtout à vous protéger et ainsi à protéger votre entourage.
  • Aérez au moins une fois par jour votre demeure. Un peu d’air frais vous fera le plus grand bien, à défaut de passer tout un après-midi dans un square.
  • Pensez aux veillées d’antan, lorsqu’il n’y avait pas de télévision … que faisaient nos grands-parents … pas seulement des bébés ! Vous avez l’opportunité de découvrir une autre manière de vivre.
  • Ecoutez la musique qui vous plaît, prenez le temps de lire. Si vous avez la fibre créative, préparez des petits cadeaux « fait maison » pour vos proches.

Il y a un certain nombre de choses qui ne vont pas comme vous le souhaiteriez, dans un autre sens, il y a un certain nombre de choses que vous pouvez, comme on dit en cuisine, « sublimer », rendre plus attractives.  

Pensez-y pour ne pas laisser la pagaille régner dans vos mouvements sensibles.

A bientôt !

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ?

Qui sait, vous pourriez peut-être éclairer sa journée »

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Romane Bébé 24/10/2020 10:23

Bonjour, c'est génial merci, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://romane-bebe.blogspot.com/