C’est comme un brouillard

Publié le par Madeleine Moreau

La période que nous vivons est difficile pour tout le monde.

Les semaines, les mois se succèdent. Seule, la nature semble surfer sur la vague du climat anxiogène qui a prit ses aises chez les humains.

Il y a, autour de nous … et en nous … un pessimisme qui s’étend dangereusement.

Bon, ok, rien ne va comme on le voudrait. Nous avons beau essayé, nous pouvons nous forcer à tourner nos pensées vers quelques chose de positif, mais, reconnaissons-le, cela devient dur .. dur…  

Résultat : nous vivons une insécurité chronique, nous ne savons plus trop à quoi, à qui nous pouvons nous fier. Nous faisons face à des incohérences qui nous dépassent. Nous entendons des discours décousus de sens.

En quelques mots, nous sommes dans le brouillard !

Que pouvons-nous faire me demanderez-vous.

Très franchement, je n’en sais rien. Accepter que ce soit comme ça ? Oui, ça va un moment, mais à force d’accepter on s’épuise. Se tourner vers le positif ? Encore faut-il pouvoir. Faire attention à soi et aux autres ? Sans doute la meilleure solution, mais le prix à payer est énorme.

La situation que nous vivons est totalement nouvelle et elle ne repose sur aucune expérience vécue. C’est chaque jour que nous devons nous réinventer, trouver ce qui nous permet de rester en lien.

Si vous avez lu ce qui précède et si vous êtes en accord, alors j’ai une bonne nouvelle pour vous : Vous n’êtes pas forcément pessimiste, juste dans le brouillard !

Hé oui, ce n’est pas parce que vous en avez marre, parce que vous râlez sur la situation, parce que la situation vous pèse que vous êtes forcément pessimiste. Il y a une grande différence entre le pessimiste qui ne parvient pas à vivre avec le réel et l’optimiste qui vit la réalité en reconnaissant le flux de ses émotions et les laisse vivre. A vous de voir où vous vous situez.

Il y a quelques années, mon petit-fils qui avait alors 3 ans a eu cette réflexion extraordinaire : « Maman, regarde, les nuages sont venus se reposer sur la terre ! » Il faut dire que devant nous, toute la vallée était baignée de bancs de brouillard et nous nous dirigions droit dessus. Je peux vous dire que le passage du soleil au brouillard s’est fait dans le sourire.

Ce serait chouette de retrouver, par moment, cette spontanéité d’enfant pour voir les choses autrement, qu’en pensez-vous ?

A bientôt !

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ?

Qui sait, vous pourriez peut-être éclairer sa journée »

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article