2 pour 1

Publié le par Madeleine Moreau

Mon blog fait de la résistance …

Ou alors c’est sa propriétaire ! Toujours est-il que l’article que je vous ai concocté hier a disparu sans avoir été enregistré et envoyé pour publication !

Une erreur qui peut arriver, qui peut se produire, surtout quand l’attention est un peu vagabonde.

Raison pour laquelle vous allez, aujourd’hui, être face à deux fenêtres.

Regardez la première, que vous inspire-t-elle ?

Une chapelle, une église, un lieu de recueillement … Il y a un jeu de lumières, un jeu de couleurs, une harmonie, une paix … Il y a aussi, pour qui franchit la porte, un besoin de silence, une recherche de chaleur … C’est ce dont nous avons vraiment besoin en ces temps bousculés.

Dans nos églises, qu’elles soient de religion catholique ou protestante, des crèches ont été construites pour donner au visiteur ce petit plus du miracle de Noël. Alors, que vous soyez croyants ou pas, pourquoi ne pas prendre un moment pour en franchir le seuil ?

La deuxième fenêtre est entrouverte. Que vous inspire-t-elle ? Je vous laisse à votre imagination.

Personnellement, dans ces 2 fenêtres, j’y perçois la vie qui reste à sa place, qui est une invitation à ne pas se replier sur soi-même, à rester ouvert au monde. Ce n’est pas évident pour beaucoup d’entre nous, pas évident de mettre en pratique.

Et si ce soir vous preniez votre courage à 2 mains pour aller faire une petite ballade dans votre rue, votre quartier, juste pour regarder les façades, les fenêtres qui sont décorées, illuminées ? Un bon moyen pour vous laisser habiter par quelque chose qui ressemble à une normalité éclairant la « nuit » dans laquelle cette crise sanitaire nous plonge. Pensez-y …

Passez une belle soirée.

Je vous retrouve demain !

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ?

Qui sait, vous pourriez éclairer son chemin jusqu’à Noël »

Publié dans Avent 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article