La nuit de Noël

Publié le par Madeleine Moreau

C’était durant la nuit – selon la légende – Marie ressent les premiers signes de l’accouchement. Pas d’hôpitaux dans les environs, pas de place dans les auberges, juste une étable. Elle donne la vie à Jésus, un enfant attendu par tout un peuple et qui deviendra le Messie, le Sauveur du monde.

Que vous soyez croyant ou pas, Noël est la fête de l’espoir, l’instant de l’accomplissement.

Cette année qui a été chahutée, difficile, incertaine, il est bon de revenir sur l’histoire. En l’an zéro, il n’y avait pas de virus mais une attente de plusieurs siècles pour que vienne le signe divin, pour que la Gloire de Dieu se manifeste sur la terre. Il y avait cette attente que soit donné au monde un autre passage conduisant vers une terre promise définitive. La naissance de Jésus en est un signe pour le peuple des croyants.

Aujourd’hui, notre attente est tout aussi spirituelle même si elle est différente. Nous attendons une immunité collective grâce au vaccin et qui serait alors le signe que nous pouvons reprendre notre vie d’avant. Nous attendons le signe d’une reprise économique réelle. Nous espérons que, dans quelques mois, nous retrouverons cette liberté que nous pensons avoir perdue. Nous souhaitons, en parallèle, que les grands décideurs prennent au sérieux l’urgence climatique et mettent en place des projets qui tiennent la route.

Je dis « tout aussi spirituelle » car ce n’est pas vraiment de notre ressort. C’est devenu une espérance universelle. Il y a spiritualité - ou si vous préférez, un éveil spirituel – lorsqu’un désir de changement touche une majorité d’êtres humains, au-delà des appartenances civiles et/ou religieuses. Lorsque cette majorité s’intéresse de plus en plus aux problèmes engendrés par un mode de vie, c’est par le chaos organisé ou non que cela se traduit. Comme au temps de la naissance de Jésus, il y a une multitude de bons et mauvais prophètes.   

Pour le moment, il peut nous sembler que nous mettons tous nos œufs dans le même panier, au risque de faire une omelette géante sans cuisson ! Le changement que nous attendons ne se fera pas sans casser des œufs, c’est le cas de le dire. Lorsque cela se produira, ce sera une nouvelle naissance, une naissance attendue …

Ce Noël 2020, par la force des choses, sera très différent de tous ceux que nous avons déjà vécus. Il se vivra dans la reconnaissance de ne pas avoir eu de proches emportés par le virus ou dans le souvenir douloureux d’un proche qui s’en est allé sans un adieu. Il se vivra avec quelques personnes ou dans la solitude. Il se vivra dans un confinement strict ou dans un semi-confinement et pour certains comme si le virus n’existait pas. Il se vivra dans des églises, des cathédrales en tout petit comité ou dans le cœur des croyants privés des belles messes de minuit. Il se vivra avec cette espérance que l’an prochain nous célébrerons une naissance avec tous les membres de nos familles.

Je vous souhaite un Noël paisible. Prenez soin de vous et des personnes qui vous sont proches.

Je vous retrouve l’an prochain pour vous accompagner dans cette formidable aventure qu’est votre vie.

A bientôt !

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ? »

Publié dans Avent 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article