Sauve qui peut ….

Publié le par Madeleine Moreau

C’est la panique à bord … ou plutôt dans nos vies.

Vous avez cru, vous avez espérer que cette année 2021 allait être vraiment différente de la précédente ?

Toutes les alarmes s’affichent en rouge. Le violet n’a pas encore été retenue pour montrer l’urgence de la situation, ça ne devrait pas tarder à arriver !

Il n’y a pas 1 mais plusieurs « variant » qui circulent actuellement sur toute la planète, plongeant les scientifiques dans un inconnu qui gagne en croissance. Résultat : Chaque pays fait ce qu’il pense être le mieux pour protéger sa population. Durcissement, reconfinement, chasse éperdue pour se procurer le bon vaccin … la peur du lendemain se fait palpable.

On fait quoi maintenant ?

Il faut absolument poser une muselière sur la peur.

Pour cela, je ne vois qu’une chose possible, commencer à rêver notre vie avec cette évidence que nous ne pourrons les réaliser dans un proche avenir.

Vous allez penser que je suis un peu naïve, un peu enfantine de tenir ce langage, surtout si l’on vous a dit et répété que le rêve est une chose, la réalité une autre.

Cette réalité que nous devons vivre – difficile de faire autrement – devient de plus en plus insupportable. Si nous ne voulons pas nous écrouler psychiquement, le rêve peut devenir un allié précieux.

Attention tout de même, il ne s’agit pas de fuir dans le rêve et penser qu’il mettra un baume régénérant sur nos maux intérieurs.

Il ne s’agit pas de rêver que vous allez être millionnaire à la fin de l’année, acquérir la maison de vos rêves, trouver le job qui vous conduira au succès, partir en voyage quand il vous plaira, profiter de tous les plaisirs de la vie … ces rêves là ne vous apporteront pas la sérénité mais un peu plus de désappointement face au réel.

Je vous parle du rêve qui va vous tenir éveillé.

Je m’explique.

Il y a une différence entre la projection d’un désir pour quelque chose que l’on n’a pas ou pas encore et l’envie de réaliser, de pouvoir réaliser quelque chose qui nous paraît accessible quelle que soit la situation.

 

Mon petit-fils a très mal pris l’annonce du durcissement qui va être instauré jusqu’à fin février – plus longtemps si la situation ne s’améliore pas. En quelques secondes, il a pris conscience qu’il n’allait pas fêter ses 10 ans avec ses copains, en famille avec ses grands-parents, ses oncles et tantes, son parrain et sa marraine.

C’est très difficile pour un enfant de renoncer à quelque chose qui est très important pour lui.

Sa maman est parvenue à lui montrer le chemin du rêve : Si la situation le permet, nous ferons une grande fête pour toi cet été. Tu seras en tee-shirt et en short, nous pourrons être au jardin, faire un grand barbecue et créer des tas de jeux à faire avec tes copains. Tu pourrais commencer à réfléchir au thème qui te plairait.

Voilà ce qu’est le rêve qui tient éveillé.

Une réalité, une grande frustration, une projection vers une autre possibilité qui se situe à l’extérieur de la situation actuelle et la mise en route d’une réflexion qui va conduire à élaborer un plan qui sera réalisable si la normalité revient.

C'est le moment de mettre des couleurs dans votre vie

Votre vie est différente de la mienne, le comment vous vivez cette crise est aussi différente du comment je la vis. Mon rêve éveillé a toutes les chances de ne pas ressembler au vôtre. Ce qui importe aujourd’hui est que vous ne vous laissiez pas sombrer dans ce qui pourrait ressembler à une sur-vie, mais que vous trouviez le moyen de rendre cette période qui est, il faut bien l’avouer, anxiogène au possible, un peu plus légère.

Qu’en pensez-vous ?

A bientôt !

« Si cet article vous parle, pourquoi ne pas le partager à votre tour ?

Vous pensez à quelqu’un ? Pourquoi ne pas lui transmettre ce message ?

Qui sait, vous pourriez lui permettre de vivre un excellent week-end »

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article