9 personnes sur 10 qui font du développement personnel ne seront pas d’accord avec ce qui suit

Publié le par processuscroissance--blog.com

Les idées préconçues qui empêchent de tirer profit de son cheminement  

P

ourquoi une personne s’inscrit-t-elle dans un séminaire de développement personnel ou commence-t-elle des séances de coaching de vie ?

 

·         Parce qu’elle pense que les  choses vont enfin changer ?

·         Parce qu’on lui dira enfin comment faire pour que son problème ne devienne plus un cauchemar quotidien ?

·         Parce qu’on lui dira comment elle doit vivre pour obtenir ce qu’elle désire vraiment ?   

·         Parce qu’elle va trouver de bonnes idées et remplir un cahier de recettes pour ne plus être confrontée au stress, aux tensions, aux conflits ? 

·         Parce qu’elle pense que seul un/e coach peut lui éviter de tomber malade ?

·         Parce qu’elle voit dans le développement personnel la solution miracle pour pouvoir vivre comme elle le désire ?

Génial non ?

Voilà enfin tous les avantages qu’elle va recevoir grâce à quelques séances de développement personnel.

ok.jpg

Est-ce une plaisanterie ou est-ce sérieux ?

Personnellement, je dirais que lorsque j’ai commencé à penser que j’avais besoin de faire un travail sur moi, c’est bien ce que je croyais.

J’avais entendu tellement de personnes me dire : « Si tu fais cette session, alors tu verras, ta vie va changer … tu verras comment tu dois vivre … après, tu ne seras plus la même … »

Et, elles avaient raison !

9 personnes sur 10 qui font du développement personnel seront d’accord avec ce qui suit  

L

a légitimation de ce que l’on désire n’est pas forcément dans la manière dont nous recherchons la solution.  

 

Le développement personnel ne conduit pas à : Croire que l’on va devenir meilleur que les autres.

Romain a commencé des séances avec un coach de vie après avoir essuyé plusieurs revers dans son travail.

Ses collègues le taxaient à cause de sa susceptibilité, sa manière de se comporter sans cesse en victime. A chaque fois qu’il y avait un travail qu’un « gratte-papier » aurait pu réaliser, c’était pour lui.

Or, il ne se voyait absolument pas comme une personne qui prenait toujours les choses au premier degré, il n’était pas du tout une victime, il dénonçait simplement l’injustice que l’on menait contre lui.

Alors, il a pensé que par des séances de coaching de vie, il allait recevoir des conseils, des outils pour faire face à ses collègues. Qu’il gagnerait en confiance et que ce serait lui qui distribuerait à l’avenir les tâches les plus ingrates à ceux et celles qui ne cessaient de sourire dans son dos, quand ce n’était pas en face de lui. Il allait leur montrer de quel bois il était !

Que s’est-il passé à votre avis ?

·         Son coach lui a permis de voir que son attitude n’était pas la bonne

·         Il a découvert que plus il tentait d’imposer son point de vue, plus il était seul

·         Qu’en fait, donner des ordres, avoir des responsabilités au sein du bureau, ce n’était pas dans ses cordes et, que son travail en plus n’avait jamais été quelque chose qui le passionnait

·         Que son rôle de victime lui interdisait de se sentir heureux

·        

Le développement personnel ce n’est pas un espace qui va vous enfermer à tourner en rond dans ce qui ne va pas.

Lorsque l’on se sent victime de quelque chose, lorsque l’on se vit comme une victime, il y a ce petit truc qui fait croire que si justice est faite, tout ira mieux à l’avenir.

Ce besoin que justice soit faite est tout à fait légitime. Sous-jacente, il y a une réelle souffrance.

Oui, mais cette justice tant réclamée n’arrive jamais comme elle est désirée, perçue par la victime.

C’est la raison pour laquelle certaines personnes ne lâchent pas le morceau. Les séminaires qu’elles suivent, les séances de coaching les maintiennent dans le rôle de Calimero. Tout est occasion de dire que ça ne va pas, que personne ne les comprend, qu’elles sont toujours des victimes que l’on n’écoute pas, qu’on ne comprend pas, etc. …  

Tant qu’elles cherchent et recherchent que la justice soit faite, elles peuvent ainsi tourner en rond pendant des années.

Il semble que rien ne peut les détourner de leur quête.

Un jour, elles arrivent à sortir de leur spirale, à accepter que cette justice qu’elles réclament, elles seules peuvent y accéder. Pas comme elles en rêvaient ou comme elles le désireraient, mais en commençant par adopter une autre attitude que celle de Calimero. En parlant de ce qui les fait souffrir. (Calimero c’est toujours la faute des autres, c’est trop injuste …)

dessiner-point-interrogation.jpg

Enfin, le développement personnel, ce n’est pas une baguette magique.

Croire que c’est une baguette magique et se rendre compte que c’est loin d’être cela conduit bien des personnes à être dégoûtées du développement personnel.

N’ayant pas trouvé ce qu’elles cherchaient, elles vont mettre une étiquette négative à tout sujet faisant référence à un travail sur soi.

Si vous pensiez que :

·         Les  choses vont enfin changer  

·         On vous dira comment faire pour que votre problème ne devienne plus un cauchemar quotidien 

·         On vous donnera les moyens pour que vous puissiez vivre et obtenir ce que vous désirez  vraiment    

·         Vous n’aurez à récolter les bonnes idées et remplir un cahier de recettes pour ne plus être confrontée au stress, aux tensions, aux conflits ? 

·         Votre coach sait ce qu’il vous faut pour vous éviter de tomber malade 

·         Vous voyez le développement personnel comme la réponse à tous vos problèmes …

 

Vous étiez à la recherche d’une baguette magique.

 

Dit autrement, vous ne perceviez pas que le/la coach n’est là que pour vous accompagner, que le formateur ou la formatrice qui donne le séminaire n’est là que pour vous aider à vous poser les bonnes questions.

 

Vous ne perceviez pas que vous auriez tiré profit de votre démarche si vous vous étiez impliqué personnellement, si vous aviez mis en œuvre une manière nouvelle de vivre et de vous responsabiliser face à votre propre vie.

 

Récapitulation :

 

Le développement personnel ce n’est pas :

dp ce n'est pas

M

  

ais alors, qu’est-ce que c’est ?

 

 

Je vous donne rendez-vous dans mes prochains articles.

Celui-ci vous a plu ? N’hésitez pas à réagir si vous avez quelque chose à dire en postant votre commentaire. Vous pouvez également le partager autour de vous, par vos réseaux sociaux ou en partageant la page avec les personnes que cela pourrait intéresser.

Je vous souhaite un bon début de semaine et je vous dis à bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

petitemere56@voila.fr 19/10/2014 18:16

Bonjour, j'ai fais du développement personnel. Je crois que l'on arrive jamais au bout, c'est jamais parfait. Faut agir et méditer, mais je suis contente du chemin que j'ai commencé à prendre à 48 ans. J'ai envie de m'inscrire, je sais aussi que je ne finirai jamais d'apprendre. Merci.