Lorsque la sécurité n'existe pas, la peur prend le relais

Publié le par processuscroissance--blog.com

Je suis un bon exemple du thème d’aujourd’hui. Je devrais dire, j’étais un exemple gros comme une montagne. Aujourd’hui, ça va mieux.

Avoir peur avant que ça n’arrive … Si vous saviez le nombre de scénarios que j’ai pu tourner dans ma tête pendant des années. Il ne fallait pas grand-chose, une petite brise et je me voyais déjà prise dans un cyclone.

Ce sont des peurs qui se nourrissent d’un besoin qui n’a pas été satisfait, du moins pas dans des secteurs qui auraient été importants lorsque j’étais enfant.  Le besoin de sécurité, de me sentir en sécurité.

tristesse.jpg

Il y a une différence entre le besoin de sécurité et celui de se sentir en sécurité quand on est enfant.

Ce besoin à deux facettes, l’une est subjective, l’autre est objective.

Objective - C'est un besoin normal, voir essentiel. L'être humain éprouve ce besoin dans les moments de crises existentielles, pour lui et pour les personnes qui lui sont proches. Que ce soit dans sa vie professionnelle, surtout si l'ambiance fait craindre un licenciement, le chômage ... dans sa vie affective; couple ou parentale ... au niveau de son environnement : catastrophes naturelles, déménagement, mutation ... Mais également face à l'annonce d'une maladie grave, d'une séparation ...

Subjective - Le besoin est alors lié à nos peurs et le comment nous les affrontons, qu'elles soient rationnelles ou non. Lié également à nos craintes les plus profondes qui apportent un relief plus ou moins dense à nos croyances.

Pour l’enfant :

Le besoin de se sentir en sécurité est important.  Il a besoin de se sentir protégé physiquement et psychologiquement pour grandir sans accrocs.

Lorsque la réponse à son besoin n’est pas donnée, s’il n’est pas rassuré dans certaines situations, si on le laisse sans lui expliquer ce qui se passe, alors quelque chose s’inscrit dans sa sensibilité. Une petite lumière rouge s’allume, le mettant en garde d’un danger imminent.

Il va alors se construire une protection. Celle-ci peut revêtir différentes formes : le retrait social, le refus d’explorer ce qu’il ne connaît pas, la prise de distance devant tout ce qui pourrait le mettre en danger, l’envie de combattre sans cesse un dragon imaginaire, le dépassement de ses peurs dans des activités dangereuses …

Les conséquences dans la vie adulte

Se sentir en sécurité ...

Aujourd'hui, nous entendons de plus en plus :

·         La reprise économique est à notre portée.

·         La crise financière prend du recul.

·         Les zones présentant un risque de violence et de déprédation sont mises sous hautes surveillance.

·         Les supporters sont fouillés à l’entrée des stades.

·         La police est de plus en plus présente auprès de la population.

·        

Pourtant, il y a encore des insécurités énormes dans tous les secteurs, de quoi raviver les peurs d’enfants qui peuvent vous habiter.

Financières: combien de personnes n'arrivent pas à joindre les 2 bouts et vivent dans des situations qui frôlent la pauvreté lorsqu'elles ne sont pas déjà dans la pauvreté ! De plus, ce sont ces mêmes personnes qui doivent faire face à toutes les augmentations qui surviennent régulièrement : santé; assurances; taxes multiples; loyers ...

Si vous avez vu vos parents ou si vous les avez entendus dans une crise financière, sans que l’on vous dise à un moment ou à un autre que ce sont des soucis que vivent les adultes, alors la peur que cela ne vous arrive à vous aussi n’est pas loin.

Sans parler de précarité ou de pauvreté, les problèmes financiers peuvent devenir un tsunami même si vous n’avez manquez de rien … tout dépend de la relation qu’avaient vos parents avec l’argent, avec les biens.

Un traumatisme s’est peut-être inscrit en vous tout simplement parce que vous n’avez pas pu aller dans un camp scout ou jeunes parce qu’il n’y avait pas d’argent pour cela … ou suivre des cours de musique parce c’était trop cher … ou vous voir refusé ce que vous demandiez sous prétexte qu’on ne dépense pas pour rien, qu’on ne jette pas l’argent par les fenêtres …

Adulte, vous savez bien faire la différence entre ce que vous avez vécu et ce qui est à votre porté aujourd’hui … mais la manière dont vous vivez votre relation aux biens et à l’argent pourrait bien être une relation en lien avec votre besoin d’enfant.

Sociales : Nous attendons des dirigeants des miracles ! Les tendances politiques changent au grès des promesses qui sont avancées et l'insécurité devant le non accomplissement grandit. Dans plusieurs pays monte une révolte, un cri vers plus de démocratie. Dans d'autres,  la dictature continue de régner, l'oppression est monnaie courante.

Pensez-vous que les enfants qui vivent dans des régimes ou la terreur est monnaie courante ne portent pas en eux des séquelles une fois adulte ? Personnellement, je ne le pense pas.

Si nous restons à l’aspect social en dehors d’un régime dictatorial, si nous laissons de côté la réalité où règne l’oppression, l’environnement social reste un aspect important dans la vie d’un enfant.

Un environnement humain où il y a des secrets de famille qui empoisonnent les relations avec le voisinage ; où l’enfant est sans cesse confronté à des disputes, cela laisse des séquelles.

L’environnement social c’est aussi l’école et l’impact des professeurs ou des autres élèves, c’est le quartier, le village où parfois la critique, le rejet de la classe sociale entraîne des conséquences à l’âge adulte. Nous pouvons l’étendre au monde religieux qui n’est pas en reste …

L’enfant est un petit être qui a besoin de se sentir en sécurité au niveau relationnel. Si cela n’est pas, il va choisir d’autres directions qui vont l’aider à grandir sans l’aide des grandes personnes. Ce peut être par exemple la lecture, l’évasion dans la nature, un animal. Ce peut être aussi une méfiance dès que l’on lui témoigne de l’attention.

Adulte, les conséquences peuvent être différentes pour chacun, chacune. Tout va dépendre de la capacité de résilience … mais la vie relationnelle, sociale peut rester un aspect difficile à vivre.

distance.jpg

Quelques pistes pour vivre avec le besoin de se sentir en sécurité :

Si vous ressentez dans votre vie un besoin acéré de vous sentir en sécurité et si la peur ou plusieurs peurs vous submerger lorsque vous vous sentez en danger, les questions suivantes peuvent vous aider à faire face.  

  • Sécurité de l'emploi : Quelles sont mes ressources si demain je perds mon emploi ?  
  • Sécurité physique: Est-ce que je me sens en sécurité dans ma ville, mon quartier ? Qu’est-ce qui me fait le plus peur lorsque je suis dans un milieu où il y a beaucoup de monde ? Qu’est-ce que je risque … ou … quel danger est-ce que je cours ?
  • Sécurité morale et psychologique : Est-ce que je peux faire appel aux différentes aides constituées dans mon pays, ma région si un évènement tragique se produit ?  
  • Sécurité et stabilité familiale : Est-ce que je peux faire face aux besoins de ma famille ? Est-ce que je peux donner à mes enfants ce dont ils ont besoin ? (études - loisirs - territoire ...)
  • Sécurité santé : Est-ce que je peux bénéficier de tous les soins dont je pourrais avoir besoin ?
  • Si je me sens en insécurité, quelle est la part objective et la part subjective ?

Vivre avec quelqu’un qui ressent ce besoin

Si vous vivez avec quelqu’un qui ressent le besoin d’être sécurisé pour tout ou qui vit plus dans la peur que dans la confiance,  que pouvez-vous faire pour lui, pour elle ?

·         Sachez que vous ne pouvez pas lui apporter ou lui donner la sécurité telle qu’il la perçoit.

·         Reconnaissez sa souffrance et aidez-le à porter un regard moins dramatique sur le réel.

·         Donnez-lui le temps nécessaire pour prendre conscience que lui seul/e peut faire quelque chose face au manque.

depression.jpg

Crédits photos : Freedigitalphotos.net


Que ce soit pour vous ou pour l’un de vos proches, l’aide d’une personne compétente : psychologue, coach de vie par exemple peut être un secours important.

Ce qui manqué autrefois ne peut être reçu aujourd’hui. Ce qui a manqué autrefois reste une blessure qui peut être traversée pour aller vers un plus de vie.


N’hésitez pas à réagir à cet article et à le partager autour de vous.

Je vous retrouve très bientôt.   

Commenter cet article

une maman 12/10/2014 22:48

bonsoir...mon problème c' est que que je sens que mes enfants sont en danger..des cauchemars et des scénarios qui tournent dans ma tête et vraiment j'en peux plus...je les laisse jamais seuls..que puis je faire

Madeleine Moreau 13/10/2014 08:23

Bonjour maman,

" je sens que mes enfants sont en danger..des cauchemars et des scénarios qui tournent dans ma tête "
Tes enfants sentent effectivement que tu n'es pas bien. Je ne sais pas quel âge ils ont, mais avant 7 ans, ils sont comme des éponges.
C'est de toi qu'il faut t'occuper, avant tout. De quoi proviennent ces cauchemars ? Quels sont les scénarios qui tournent dans ta tête ? Quoi nourrit ton anxiété ?
En parler à quelqu'un peut t'aider à avancer. N'hésite pas à prendre contact avec un/e coach de vie ou un psychologue.
As-tu envie de leur donner la chance de ne pas porter ce qui ne leur appartient pas, mais qui, de fait, t'appartient ?
Bon courage
Madeleine

hannah@methodeTipi 02/03/2012 20:13


bonsoir Madeleine,


Tu as raison, je n'étais jamais venue sur ton site. Je vois que nous avons des approches similaires en matière de psychologie. Je connais très bien ce thème de l'insécurité. Pas en 2012 bien sûr
mais dans sa vision subjective de la toute petite enfance.

processuscroissance--blog.com 03/03/2012 08:42



Bonjour Hannah,


Merci pour ce petit signe lors de ta visite sur le blog.


Oui, nous n'avons pas toujours conscience de tout ce qui s'inscrit en nous dans notre toute petite enfance. Pouvoir s'en approcher et se relever apporte une joie supplémentaire à la vie.


Regarder le chemin parcouru aide à percevoir tous les bagages "inutile" que nous pouvons déposer pour aller de l'avant.


Bonne suite à toi.