Comment ne pas s’endormir en pensant à tout ce qui n’est pas réalisé ?

Publié le par processuscroissance.over-blog.com

Vous souffrez de procrastination

dossiers

  

Un nom barbare pour décrire un malaise qui est vécu par nombre de personnes. Difficile à prononcer, à se souvenir lorsqu’il se glisse malicieusement dans une conversation. La procrastination, au fait, qu’est-ce que c’est ?

D’après Wikipédia, c’est la tendance à remettre au lendemain ou à plus tard des actions nécessaires – généralement par manque de motivation ou par paresse. Procrastiner  (je ne suis pas sûre que le verbe existe) c’est  remettre à demain, voire à quand j’aurais le temps, ce que je peux ou ce que je dois faire aujourd’hui. Plus généralement, remettre à plus tard ces tâches que nous n’aimons pas, qui nous embêtent, qui nous cassent les pieds.  La procrastination (si le terme vous semble trop ardu, je vous propose de le remplacer par celui-ci : l’attentisme), peut se glisser  dans n’importe quel domaine de notre vie et concerne tout le monde.

Voici quelques exemples, que j’ai vécu et que, parfois, je vis encore qui décrivent bien mon « attentisme ».

Faire ma lessive ne me pose pas de problèmes, mais faire mon repassage … c’est une autre question. Même si j’en ai le temps, je me trouve une dizaine de bonnes excuses pour le faire plus tard : il faut trop beau aujourd’hui ; il faut que je fasse ceci ou cela d’abord ; j’ai pas envie aujourd’hui ; je préfère terminer telle tâche avant de m’attaquer à ma pile de linge, etc … Et c’est ainsi depuis des années. C’est lorsque mon mari me demande où est sa chemise préférée que je me dis que ce serait le moment d’aller repasser !

Les tâches administratives, comme tenir une comptabilité, faire du classement … franchement, j’aime pas ça. Alors, les piles s’entassent jusqu’au moment où vient le moment de remplir la feuille des impôts. Plus d’échappatoire, il faut s’y mettre, attaquer le paquet et c’est tellement ardu que je me promets que pour l’an prochain, je m’y prendrais autrement. Promis, dès la semaine prochaine, je fais les choses au fur et à mesure !

Me mettre au régime … là, je suis déterminée, d’autant plus que j’ai pris du poids ces dernières semaines. Je suis déterminée et surtout motivée. J’achète différemment, je choisis des légumes que j’aime, je prépare mes livres de recettes qui vont me guider dans la préparation de petits plats qui ont du goût … Demain je commence … demain je change mes habitudes … demain je mange un peu moins mais aujourd’hui j’ai envie d’une bonne tranche panée avec des frites, j’ai le droit de me faire plaisir … demain ou la semaine prochaine – pour le moment, ce serait trop difficile, je suis déjà assez stressée sans en rajouter une tranche !

Une chose est certaine et apparaît comme « le nez au milieu du visage », pris dans nos habitudes, dans nos certitudes, nous pouvons vivre des années à remettre à plus tard ce que nous n’aimons pas faire, ou à remettre à plus tard des choses pour lesquelles nous ressentons pourtant une détermination, une motivation !

Nous pouvons alors entrer dans cette perspective que si nous voulons progresser, il va falloir y mettre du sien et ne pas attendre un miracle qui tomberait du ciel.

Le début : changer ses habitudes est quelque chose de difficile.

 précision 

1)    DECIDER

C’est évident : pour changer, il faut être prêt à changer ! Donc, il faut être prêt à faire des choix et accepter les conséquences qui vont en découler.

Prendre la décision de changer notre manière de faire jusqu’à aujourd’hui, sans nous trouver d’excuses pour commencer demain et cela, même si un imprévu vient nous tendre la main. (Bien sûr, si l’imprévu est un téléphone qui vous annonce que votre mère vient d’être hospitalisée, vous suspendrez le moment de vous y mettre. Vous déciderez de vous y mettre dès que vous rentrez de l’hôpital). 


2) REDIGER UN CONTRAT ET LE SIGNER

 

C’est un acte qui m’a beaucoup aidé dans maintes situations.

Prendre le temps de rédiger un contrat n’est pas un geste si anodin. Surtout si celui-ci décrit avec précision votre engagement et les bénéfices que vous allez en retirer.

Le contrat sera précieux si :

  • La décision du changement est clairement formulée et est en lien avec votre réalité. 
  • Les bénéfices tirés du changement sont plus grands que ce que vous recevez en vivant l’attentisme. (Un bénéfice qui à son pesant d’or : du temps libéré pour faire ce que vous aimez).  
  • Les résultats à longs termes vous laissent entrevoir une diminution du stress et une progression de l’estime que vous pouvez vous donner. 
  • La signature est apposée dans une sensation positive que vous ressentez. Une signature faite uniquement dans la pensée que cela va vous aider à prendre au sérieux le contrat ne servira à rien et vous aurez perdu un temps précieux à rester dans vos habitudes !
  • 

 3)    VISUALISER SA REUSSITE

 

Agissez comme un sportif de haut niveau. Vous avez sans doute déjà vu comment un skieur avant d’attaquer la descente ferme les yeux et trace avec sa main ou son corps le parcours et les passages plus difficiles, comment un tennisman se prépare à tenir sa raquette pour ne pas manquer un revers, etc.

Visualiser sa réussite c’est agir de cette manière. Regardez intérieurement l’horloge, le jour du départ. Essayez de vous imaginer votre bureau sans cette pile de paperasse qui vous nargue jours après jours, ou cette pile de linge à repasser. … Même si vous n’êtes pas encore passé à l’acte, rien ne vous empêche de ressentir ce que vous pourriez éprouver le jour où vous conscientiserez que la forme d’attentisme que vous avez vécue est derrière vous.  

4)    EVITER LE VERSANT DE L’ATTENTISME, C’EST-A-DIRE : LE PERFECTIONNISME

 

L’attentisme est souvent l’autre côté de la médaille du perfectionnisme. A force de vouloir que tout soit parfait ou d’être sûr de bien réussir, nous finissons par laisser de côté tout ce qui pourrait être imparfait et nous mener à l’échec !

Changer ses habitudes, surtout au début, est quelque chose de difficile. Donc, ne mettez pas la barre trop haute, n’allez pas au-delà de vos forces mentales ou physiques.

L’essentiel est de vous mettre en route vers un but, personne ne vous demande de vous réussir tout de suite.

 

5)    APPRENEZ DE VOS « NON REUSSITES »

 

A la fin de la semaine faites un bilan.

Celui-ci vous indique si vous avez réussi ou non. Si c’est une non réussite, il ne vous sert à rien de vous punir, de vous juger, de vous sous-estimer … Au contraire : prenez cet état de fait comme une opportunité à apprendre et à découvrir les raisons de cette non-réussite.

  • Quelle est la raison réelle qui fait que vous n’avez pas commencé votre régime ?
  • Qu’est-ce qui est venu interférer le temps que vous aviez prévu pour commencer par ce qui vous embête le plus ?

Ce n’est qu’en étant au clair sur les raisons qui vous ont conduit à la non réussite que vous pourrez la semaine suivante vous remettre en selle. Pour vous donner du courage, relisez votre contrat et reprenez votre route.

 

6)    LE MEILLEUR MOMENT N’EXISTE PAS !

 

L’attentisme est un fonctionnement très pervers, surtout lorsqu’il est installé depuis de nombreuses années. Plus encore, lorsque celui-ci s’est inscrit sur de bonnes raisons. Pour moi, le fait de ne pas me mettre aux tâches administratives reposait sur une bonne raison. Mon mari étant « employé de commerce » de formation, il était à même pour m’aider et même pour faire à ma place cette tâche rébarbative à mes yeux ! Alors, j’attendais toujours le tout dernier moment pour faire ce que j’aurais voulu qu’il fasse à ma place !

Lorsque j’ai pris la décision que c’était à moi de m’occuper de mon entreprise et que c’était à moi de gérer cette partie de notre part commune, il a bien fallu que je m’y mette. Or, j’étais tellement prise par mon job que je n’avais jamais le bon moment pour commencer ma comptabilité et faire mes classements. Sans une remise en question de mon fonctionnement de fond, j’en serais toujours au même point, je serais toujours à vivre une procrastination face à cette tâche qui aujourd’hui fait partie intégrante de mes engagements professionnels.

0001 

 

 

 

 

Un proverbe chinois illustre bien cela : « le meilleur moment pour planter un arbre, c’était il y a 40 ans. Le deuxième meilleur moment c’est maintenant » parce que sinon dans 40 ans il ne sera toujours pas là. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7)    COMMENCER PAR LE PREMIER PAS

 

Le 21 juillet 1969 restera définitivement marqué par le 1er pas sur la lune ! Simpliste de dire cela ainsi car l’impression est de se dire que nous mettons de côté toute la recherche et toutes les années qu’il a fallu pour mettre au point ce grand moment historique.

Le fonctionnement que nous vivons s’apparente cependant à ce 1er pas.

Si vous ne conscientisez pas que vous le vivez, si vous ne vous endormez pas en pensant à tout ce que vous devez faire et que vous n’avez pas fait, si vous ne prenez pas la décision qu’il devient urgent de changer vos habitudes, si vous n’établissez pas un contrat avec vous-mêmes, si vous ne pensez même pas qu’il vous est possible de changer votre habitude, alors, vous ne poserez jamais le pas sur la lune !

Le jour ou vous commencerez à agir autrement et prendrez l’habitude de répéter l’action entreprise, alors c’est toute l’immensité de l’univers qui s’offrira à vous.

Vous aurez alors le désir de poser un autre pas avec l’unique aspiration de progresser, de changer dans un autre secteur de votre vie, de commencer un autre chantier.

 

Le premier pas que vous posez aujourd’hui est sans doute le plus important.

premier pas sur la lune 

 

Lorsque vous l’aurez posé, ou, si vous l’avez déjà posé, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Celui-ci peut aider d’autres personnes à mettre en pratique ce moyen pour commencer.

  

  

  

  

Publié dans Archives 2011

Commenter cet article