Comment s’engager quand justement cela fait peur ?

Publié le par processuscroissance--blog.com

Dans le paysage des personnes qui ont peur de s’engager il y a toutes celles qui vont penser à la peur de s’engager dans une relation amoureuse, dans le mariage, dans la possibilité d’avoir un enfant.

Et c’est sûrement l’un des engagements qui demande le plus de réflexion.

Il y a d’autres comportements qui soulignent la peur de s’engager. C’est le contenu de cet article.

Protection.jpg

Quelques points de repère

Vous avez sans doute déjà observé, lors de réunions, qu’il y a des personnes qui :

Ø ne prennent jamais position

Ø laissent parler les autres

Ø n’apportent pas d’idées nouvelles

Ø ne se mettent pas en avant pour prendre une responsabilité quelconque

Ø partent dès la fin de la réunion sans prendre le temps de saluer

Ø

 C’est déconcertant.

 On en vient à se demander pourquoi elles font parties du groupe.

 Souvent, ceux et celles qui les ont invité à participer connaissent leurs ressources, pensent qu’elles peuvent apporter des idées, contribuer à la réussite d’un projet. Mais cela ne se produit pas une fois qu’elles sont dans le groupe.  

 Vous vous êtes sans doute déjà trouvé face à une personne qui :

 Ø ne montre pas ses émotions

Ø n’entre jamais dans une discussion qui traite des prochaines votations ou d’un sujet d’actualité brûlant

Ø ne se prononce jamais sur les décisions prises par un tiers

Ø ne se propose pas pour vous aider dans une tâche ou vous accompagner quelque part

Ø

Vous avez alors, pour décrire la personne de nombreuses images :  ermite – dinosaure – solitaire – insociable – renfermée – repliée …

Et vous ? Vivez-vous ces réactions :

Ø laissez-vous votre conjoint/e ou proches, décider du film à voir, de la sortie à faire ?

Ø attendez-vous que l’autre dise ce qu’il, elle veut manger pour prendre la même chose ?

Ø laissez-vous la coiffeuse faire ce qu’elle désire de vos cheveux ?

Ø avez-vous peur de prendre des décisions ?

Ø est-ce que vous vous taisez dans une discussion parce que vous avez peur qu’on vous demande une participation ou un engagement ?

Ø vous tenez-vous à l’écart, en retrait de tout ce qui pourrait contrarier votre zone de confort ?

Ø attendez-vous toujours le dernier moment pour demander un service ou pour proposer votre aide ?

Ø osez-vous affirmer vos opinions ?

Que faut-il déduire de ces réactions ?

Une peur, une réticence à s’engager.

L’enjeu n’est pas aussi important que s’il demandait de s’engager pour la vie. Pour la personne il semble cependant être tout aussi important.

S’engager c’est prendre un risque, celui de se dévoiler.

Se dévoiler, c’est se mettre en danger.

Dans le fait de ne pas s’engager, la personne se protège face à elle-même, face aux autres.

Que cache la peur de s’engager ?

Il n’y a pas une explication qui pourrait convenir à chaque type.

Il y a une raison différente pour chaque personne.

Prenons par exemple la peur de partager ses idées. C’est une peur qui est facilement repérable dans un groupe.

Partager ses idées, dire ce qu’on pense, soumettre son point de vue, apporter quelque chose de nouveau, c’est dévoiler quelque chose d’important de nous.

C’est, d’une manière ou d’une autre, prendre le risque de se heurter à un autre, une autre qui ne pense pas comme moi, qui ne voit pas les choses comme moi, qui ne sera pas forcément d’accord avec ce que je pense …

Le regard que l’autre porte sur moi devient alors une épée de Damoclès. Se taire constitue la meilleure protection qui puisse être trouvée.

La genèse de cette peur s’inscrit dans le passé de la personne. Elle peut remonter à l’enfance, elle peut également remonter à l’adolescence ou dans des expériences vécues au moment de l’entrée dans la vie adulte.

Toute peur de s’engager comporte les mêmes données :

ü Quelque chose s’est produit à un moment ou un autre qui a eu comme conséquence un besoin irraisonné de se protéger.

ü Ce quelque chose qui s’est produit peut avoir été fait contre soi, il peut également avoir été fait contre une personne qui nous était proche et qui s’est sentie tellement blessée qu’elle ne s’en est jamais relevée.

ü Les croyances, les principes, le genre d’éducation peuvent également avoir leur part dans la peur de s’engager.

Avec ces données, il devient difficile, voir impossible de poser un diagnostique précis. Pour cela, il faudrait connaître le vécu de la personne, il faudrait que la personne en parle avec un professionnel en psychologie.

Comment vivre la relation sans se heurter au handicap du fonctionnement ?

Si l’engagement ne pose pas de problème pour vous, il en est le contraire pour l’autre.

Le pousser, l’inciter à s’engager ne va que durcir sa protection. Plus vous essaierez de casser cette protection, plus l’autre va se replier.

Vous pouvez par contre établir une relation en-dehors du handicap. Si je reprends l’exemple de la personne qui n’ose pas donner ses idées, vous pourriez :

ü lui demander à la fin de la rencontre comment elle a vécu la réunion,

ü ce qu’elle pense des idées qui ont été données,

ü si elle se sent bien avec les orientations prises,

ü etc …

Vous ne l’obligez pas à s’engager dans ses idées, vous lui tendez la main pour qu’elle puisse s’exprimer, se sentir exister même si elle n’a rien apporté, même si elle ne s’est pas engagée dans le groupe.

Vous lui permettez de lever un peu le voile sur ce qu’elle pense et ressent.

Si vous faites partie des personnes qui ont peur de s’engager, le contenu de cet article peut vous aider à mieux comprendre ce qui se passe en vous.

Vous pouvez donc commencer à regarder comment vous pouvez traverser la peur, les peurs qui vous paralysent.

La prochaine fois que vous serez face à une situation qui demande de votre part un engagement personnel, ne pensez pas au danger que vous courez, mais pensez à ce que vous pourriez gagner si vous osiez faire un pas dans le sens de l’engagement.

Ce que vous pourriez gagner :

Ø plus d’estime pour vous

Ø plus de confiance

Ø plus de sensation de vivre pleinement

Ø plus de liberté

Ø plus d’autonomie

Ø plus d’existence

Ø plus d’affirmation

Ø plus …

Réfléchissez-y …

 

Je vous souhaite une excellente journée et je vous dis à bientôt.


  Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

micky 09/02/2013 15:41


Dans les situations ou je m'engage je suis assez fidèle, jusqu'à dépasser mes limites, ton article me fais prendre conscience qu'il faut pas aller au-delà., à bientôt, bon dimanche!

Lise 06/02/2013 11:03


Bonjour Madeleine,


Oui, très bon article. Il m'amène à me poser la question pour moi-même: où en suis-je par rapport à cette question de l'engagement? Merci de cette réflexion.