Enfant ou adulte nous attendons que nos besoins soient reconnus

Publié le par processuscroissance--blog.com

De la petite enfance à notre mort nous avons des besoins qui ne demandent qu’à être entendus et honorés   

 

Dimanche, je regardais notre petit fils qui vient de souffler sa première bougie.

Monsieur fait ses premiers pas depuis quelques jours et montre une certaine attirance pour tout ce qui fait du bruit … et si il y a de la couleur rouge, c’est encore mieux.

Aussi, lorsque la musique s’arrête, il demande qu’on la remette. Lorsqu’il commence à être fatigué, il tend les bras pour qu’on le soutienne là où il veut aller.

A table, il a compris que les « grands » mangent autre chose et il veut goûter, alors ses légumes, son jambon, il manifeste qu’il n’en veut pas, mais il veut manger comme nous. De plus, il ne veut plus manger avant les autres mais avec les autres.

Chaque jour, il progresse vers une nouveauté et il faut voir son sourire quand on le lui dit, quand on fait bravo, quand on s’extasie …

En bref, il est en plein dans une période de manifestations de ses besoins.

Pour nous adultes, c’est une période pleine de tendresse, d’émerveillement, de découvertes également.

De plus, il nous semble tout à fait normal de voir ce petit bout d’chou exprimer avec tant d’aisance ses besoins.  

enfant-dans-escalier.jpg

Qu’en est-il lorsque nous sommes face à une personne adulte qui manifeste à la manière d’un petit enfant ses besoins ?

Vous trouvez cela un peu déplacé ?

Que nenni, ce n’est pas forcément déplacé. Cela montre simplement que l’adulte ressent brusquement des besoins qu’il désire voire satisfaire de la part de ses proches.

Oui, c’est un peu déroutant, d’autant plus qu’à la longue vous vous rendez compte que ça ne sert à rien … ça ne sert à rien que vous soyez du côté du manifestant ou du côté du donneur.

 Des besoins que nous avons tout au long de notre vie

Ces besoins que mon petit fils manifeste, ce sont des besoins que nous allons garder tout au long de notre vie.

Il ne faut pas croire qu’ils sont là pour nos besoins d’apprentissage de la vie, pour pouvoir grandir dans la confiance ou pour aller vers notre autonomie.

Il ne faut pas croire non plus que nos seuls besoins d’adultes consistent à gagner beaucoup d’argent, à avoir une bonne place, à être à l’abri des besoins ou à réussir dans la vie.

Bien sûr, ils y contribuent grandement. Je connais des personnes qui sont très riches, qui ont réussi leur vie et, pourtant, cherchent à satisfaire des besoins bien plus profond.

Je connais également des personnes qui ne sont pas riches, qui vivent avec le minimum vital et qui ont des besoins, je dirais, normaux. (J’y reviendrais ultérieurement).

Pour parler des besoins, il y a un incontournable. C’est la très connue pyramide de Maslow.

 La-pyramide-de-Maslow.jpg

 

Un passage incontournable pour situer une hiérarchie des besoins.

D’après Maslow, il est nécessaire de franchir le premier seuil avant d’accéder au suivant. Ainsi, tant que nous n’aurons pas satisfait nos besoins physiologiques, nous ne pourrons parvenir au sommet de la pyramide qui est une réponse à un besoin d’accomplissement. Cela semble être d’une logique à toute épreuve.

Si demain, vous vous retrouvez sans logement, sans pouvoir vous acheter de quoi manger, vous vêtir, vos seules préoccupations seront tournées en priorité, vers la nécessité à trouver un logement accessible à votre budget. Si vous bénéficiez d’une aide, comme les services sociaux pour la Suisse, vous garderez comme but de pouvoir, un jour, accéder à votre propre logement, même si celui-ci est vétuste.

Si vous vivez dans un environnement où vous avez sans cesse peur pour votre vie, pour votre emploi, vous chercherez à partir dans un lieu plus favorable.

Si vous souffrez d’une solitude qui vous étouffe, provoque des crises d’angoisses, vous conduit sans cesse aux portes d’une dépression importante, vous aurez beau suivre tous les cours de développement personnel. Ceux-ci n’auront pas tous les effets dont vous pourriez bénéficier. Votre besoin essentiel étant de vous sentir faire partie soit de la vie d’un/e autre, soit au sein d’une association.

Si vous n’avez aucun retour de considération, si personne ne vous témoigne un peu d’estime, si vous ne parvenez pas à vous insérer dans un engagement, qu’il soit professionnel ou familial, il vous sera difficile de vivre un épanouissement dans votre personnalité.

Le besoin d’auto-accomplissement et d’épanouissement se situe au sommet de la pyramide et il est légitime de se demander si, en période de crise, il est encore possible d’atteindre cet objectif.

La connaissance de soi est possible et nécessaire même en période de crise. Nous sommes cependant conscients qu’une lacune dans les étages inférieurs peut mettre en échec nos besoins d’accomplissement.

Dans les prochains articles je vous parlerais des besoins qui restent actifs tout au long de notre vie. Vous découvrirez :

·         Comment ils se manifestent lorsque nous sommes enfants.

·         Les conséquences qu’ils peuvent avoir sur notre vie d’adultes.

·         Comment apprendre à vivre avec.

·         Les pistes susceptibles de vous aider à vivre avec le manque.

·         Comment accompagner vos proches qui réclament une satisfaction de leurs besoins.


Envie de partager et d’inviter vos connaissances à me suivre dans cette nouvelle série ?

Vous pouvez le faire à l’aide des boutons présentant les réseaux sociaux dont vous faites partie, en partageant le lien.

Vous pouvez également laisser un commentaire, une question, une réflexion personnelle. C’est avec joie que je prendrais vos messages en considération.


Je vous retrouve très bientôt.

Commenter cet article