Dévalorisation / Survalorisation

Publié le par processuscroissance--blog.com

Et pourquoi ne pas simplement reconnaître votre juste valeur ?

Le dernier fonctionnement que je vous propose de regarder dans cette série, je pense que nous le connaissons tous et toutes. Du moins, nous l’avons connu dans des étapes de notre vie.

L’art de se dévaloriser face aux autres, face à soi-même …

L’art de se survaloriser face aux autres, face à soi-même …

Deux fonctionnements différents mais qui conduisent au même constat : ne pas se reconnaître dans sa juste valeur.

Deux fonctionnements qu’il est également possible de vivre simultanément, une fois l’un, une fois l’autre, suivant les situations, les évènements.

Un mouvement de balancier qui penche d’un côté ou d’un autre et laisse une empreinte disharmonieuse dans la personnalité.

effet-balancier.jpg

Dévaluation de votre capital ressources, qualités, ainsi que de vos capacités

La dévalorisation de soi, c’est comme une dévaluation de ce qui constitue votre valeur, votre richesse.

ü Vous venez de réussir à surmonter une difficulté, une épreuve, en puisant dans vos ressources qui sont : l’espérance que ça peut changer – le courage pour faire face à ce qui est – la détermination de vous remettre debout - … et vous dites : « Bof, j’ai eu de la chance, c’est tout », ou : « J’ai vraiment rien fait d’extraordinaire ».

ü Au cours d’une discussion quelqu’un relève vos qualités de cœur. Vous réagissez ainsi : « C’est un peu exagéré, j’ai aussi plein de défauts. Je ne suis pas aussi bien que ce que tu dis ».

ü On vous félicite pour votre travail, votre organisation. On relève votre faculté à travailler en équipe … Votre réaction consiste à vous défendre et à refuser les bons points qu’on vous donne : « ça ne vient pas de moi, j’ai de la chance d’avoir une bonne équipe », « J’y suis pour rien, j’aime bien mon travail, y’a pas de quoi en faire des éloges ».

Ce qui est fou, lorsqu’on y pense, c’est qu’au fond, tout au fond de vous, vous avez besoin qu’on vous reconnaisse dans ce qu’il y a de meilleur en vous.

Vous avez besoin de recevoir de la reconnaissance.

Vous avez besoin d’être perçu dans ce que vous réalisez, dans ce que vous faites.

Vous recherchez l’approbation, ce petit plus qui montrera que vous valez quelque chose.

Lorsque cela vous est donné, c’est comme si vous receviez un grand ballon gonflé de vie et que vous dépêché de le dégonfler pour qu’il ne prenne pas trop de place !

Inflation des ressources à votre disposition, des qualités et de vos capacités

La survalorisation de soi, c’est comme si vous  provoquiez une inflation de ce qu’est votre valeur, votre richesse.

ü Vous venez de réussir à surmonter une difficulté, une épreuve, en puisant dans vos ressources qui sont : l’espérance que ça peut changer – le courage pour faire face à ce qui est – la détermination de vous remettre debout - … et vous dites : « Je ne me suis jamais arrêté à l’espérance, c’est du vent, de l’illusion. Non, je savais dès le départ que je pourrais m’en sortir, et sans l’aide des autres».

ü Au cours d’une discussion quelqu’un relève vos qualités de cœur. Vous réagissez ainsi : « Oui, je sais, cela peut déconcerter pas mal de gens, mais comme je sais ce que je veux dans la vie, je mets tout en œuvre pour parvenir à mes fins ».

ü On vous félicite pour votre travail, votre organisation. On relève votre faculté à travailler en équipe … Votre réaction consiste à mettre en avant vos études, vos diplômes. : « Pas difficile de réussir, je pourrais apporter bien plus à l’entreprise si on me donnait la place qui correspond à ce que je suis. Avec les compétences que j’ai, je pourrais prendre la place de directeur ».

Ce sont les mêmes exemples prit pour la dévalorisation. Ici la différence consiste non pas à enlever de la valeur mais d’en ajouter.  

Vous avez besoin de recevoir de la reconnaissance. Lorsqu’elle vous est donnée, c’est tellement en-dessous de ce que vous désirez que vous en demandez plus.  

Vous avez besoin d’être perçu dans ce que vous réalisez, dans ce que vous faites. Lorsque cela arrive, vous ressentez une insatisfaction. Les reflets ne sont pas à la hauteur de ce que vous pensez valoir.

Vous ne recherchez pas forcément l’approbation, ce petit plus qui montrera que vous valez quelque chose. Votre valeur est tellement grande qu’elle cherche à s’imposer sans toujours être en adéquation avec vos capacités.

Vous recevez comme la personne qui se dévalorise un ballon gonflé. Votre réaction n’est pas de le dégonflé, mais d’y ajouter de l’air pour le rendre plus grand, plus imposant. Au risque, bien sûr, de le faire éclater !

La face cachée

Derrière la dévalorisation ou la survalorisation il y a l’image que vous avez de vous.

Une image négative

Une image sur-positive

Vous vous voyez en-dessous de ce que vous valez ou en dessus de ce que vous valez.

Image-de-soi.jpg

Vos réactions, vos gestes, vos paroles sont alors dictées par l’image que vous avez de vous.

Vous vous sentez incapable, nul/le, sans consistance, pas intéressant/e … la tendance sera alors de vous dévaloriser, de ne pas vous mettre en avant, de ne pas vous reconnaître lorsqu’on vous fait des reflets positifs.

Et la personne qui se survalorise, est-ce le contraire ?

Le ressenti est le même. Elle s’est sentie à un moment donné incapable, nul/le, sans consistance, pas intéressant/e. Ce ressenti est devenu tellement insupportable que tous ses efforts se sont dirigés à l’autre extrémité. Elle s’est construit une citadelle, une forteresse pour se protéger de l’image négative qu’elle avait au départ.  

Faire un cheminement de croissance, un moyen pour ajuster son image

Vos réactions lorsqu’on vous reflète quelque chose qui touche vos ressources, vos qualités ou vos capacités peuvent vous aider à voir si vous vous dévaluez, si vous vous survalorisez ou si vous accueillez simplement ce que vous êtes.

Accueillir simplement ce que vous êtes c’est commencer à vous rejoindre dans une image plus vraie de ce que vous êtes.

Un cheminement de croissance va vous permettre de découvrir la valeur réelle des ressources, des qualités, des capacités qui sont en vous.

Ajuster son image n’est pas la chose la plus facile à faire. C’est la raison pour laquelle il pourrait être important de s’engager dans une démarche plus approfondie qui va vous guider vers une meilleure connaissance de qui vous êtes.

En conclusion

Tous les fonctionnements que nous avons visités dans cette série peuvent être des portes d’entrée pour vivre un cheminement personnel.

Vous pouvez relire certains articles qui vous rejoignent, faire un état des lieux,  regarder si vous vivez tel ou tel et les conséquences qu’ils ont dans votre vie.

Si les conséquences vous empêchent de vous réaliser, n’est-ce pas le bon moment pour faire quelque chose ?

Dans votre région il y a, je n’en doute pas, des professionnels en développement personnel qui peuvent vous accompagner. N’hésitez pas à vous renseigner.

Avez-vous des choses que vous aimeriez ajouter ? N’hésitez pas à le faire en laissant un commentaire. .

Je vous souhaite un excellent week-end  et je vous dis à bientôt.


 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

micky 26/03/2013 09:21


Le premier pas pour commencer à se reconnaitre c'est de faire un travail sur l'estime de soi,c'est très difficile  de s'accepter quand la honte et la souffrance débordent, et quand plus
on se déteste.Tu as fais un travail extra,pour démontrer clairement que la dévalorisation et la survalorisation avaient la mème origine: le manque de reconnaissance: un éclairage digne de la
lumière d'un jour d'été sur la cote d'azur: Toute ma gratitude.

processuscroissance--blog.com 28/03/2013 10:19



Bonjour Micky,


Merci pour ton reflet. Oui, un travail difficile quand on commence mais qui peu à peu devient plus aisé. Surtout lorsque l'on commence par ne plus se détester pour commencer de s'aimer en qui
l'on est.


Bonne journée à toi.