Est-ce vraiment plus simple de faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre ?

Publié le par Madeleine Moreau

Depuis quelques années, j’ai la chance d’intervenir, le temps d’une journée, dans un Gymnase.

Une journée pour aider des jeunes qui sont en difficultés d’études à retrouver leur motivation.

Durant cette journée, il y a un temps pour regarder « les limites que je me sens vivre».

C’est important de prendre conscience de ses limites. Cela permet de rectifier la trajectoire, de mieux percevoir ce qui pourrait être possible pour améliorer ses résultats, de prendre un peu de recul pour y faire face …

Il y a une question importante : « Quelle est ma part de responsabilité ? » autrement dit : « Vient-elle de moi ou des autres ? »

La réponse est intéressante : C’est à cause des profs  (70%) – c’est à cause de mes parents (25%) – parce que ça ne m’intéresse pas (1%) – je ne sais pas (4%)

Hé oui, c’est tellement plus simple de mettre la cause de l’échec, des difficultés sur le dos des profs … de les faire porter le chapeau …

faire-porter-le-chapeau.jpg

photo web

Sommes-nous différents de ces étudiants ?

Cette réaction, pour ainsi dire, instinctive, nous l’observons généralement chez les enfants : « C’est pas faute, c’est à cause de lui ! (ou d’elle) »

C’est toujours l’autre qui a commencé, c’est toujours l’autre qui a agit dans le mauvais sens, c’est toujours l’autre qui fait que l’on est grondé !

Adultes, n’avons-nous pas encore tendance à vivre, bien sûr, différemment, cette même attitude ?

En retard à un rendez-vous – Excusez-moi, mais, il y avait des bouchons, le train a eu un peu de retard … vrai 3x sur 10

Un dossier qui n’est pas remis à temps – Excusez-moi de vous le remettre si tard, mais, la photocopieuse n’avait plus de papier – Ma secrétaire avait oublié de le mettre sur mon bureau … vrai 2x sur 10

Les pâtes sont trop cuites – J’y suis pour rien, y’a eu un téléphone – Léa a renversé son verre d’eau, le temps de nettoyer et voilà le résultat … vrai 5x sur 10

Je pourrais prendre des exemples à l’infini.

Dans tous les secteurs de notre vie, qu’ils soient professionnels, relationnels, personnels, il est rare, très rare que nous reconnaissions simplement les faits, sans faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre.

Pourquoi garder l’attitude d’un enfant qui a peur d’être grondé ?

Trouver toujours un responsable à ce qui nous arrive, c’est vivre et revivre sans cesse une attitude d’enfant.

Nous sommes adultes, pourtant !

Est-ce parce que l’on ne nous a pas appris à assumer nos propres responsabilités ?

Est-ce parce que l’on a peur, ou que l’on craint le jugement, le risque de ne plus être la personne merveilleuse que nous désirons être aux yeux de l’autre ?

Voyez-vous d’autres raisons qui font que nous gardons cette attitude ?

Le meilleur pour la fin

Comment les gymnasiens ont-ils pris conscience, qu’en fait, ils faisaient porter le chapeau à leurs profs, à leurs parents ?

Tout simplement ainsi : en les laissant dire, dans un premier temps, en quoi les profs accentuaient leurs limites, ce qui a donné :

        Le prof de biologie n’est pas intéressant à écouter …

        Le prof de math nous fait faire des exercices ou on ne comprend rien …

        Le prof de littérature se contente de lire un livre et de nous dire de le lire à la maison …

        Le prof de langue ne me donne vraiment  pas envie d’apprendre l’Allemand …

«  Donc, si vous avez loupé votre année, c’est uniquement à cause d’une branche et du prof que vous n’aimez pas ? »

« Pas seulement, si j’ai loupé c’est que j’avais aussi des mauvaises notes dans d’autres matières … »

Un peu plus tard, les vraies raisons, c’est-à-dire, ce qui est de leurs responsabilités ont été nommées :

Ø J’aime pas la biologie, c’est un sujet que je ne trouve pas intéressant

Ø J’ai jamais rien compris aux maths, déjà en secondaire j’avais de mauvaises notes, alors je fais pas d’efforts pour essayer de comprendre

Ø C’est vrai, je devrais plus bosser, mais quand je rentre, ce qui m’intéresse, c’est de continuer mes parties sur des jeux vidéo en ligne

Ø C’est « chiant » de devoir travailler encore à la maison, c’est plus cool de sortir avec les copines

On y est – voilà des étudiants qui commencent à porter le chapeau, leur chapeau, sans le refiler à quelqu’un d’autre.

Et, croyez-moi, avoir le courage de regarder sa propre responsabilité, ça permet, tout simplement, de pouvoir faire quelque chose avec nos limites, avec nos frustrations, avec nos besoins.

Alors, si vous ne savez pas quoi faire avec votre chapeau, regardez tout d’abord s’il est à votre taille et seulement après, regardez qui devrait le porter.


 

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

 Envie de lire l'article qui vient juste avant ?

Un aspirateur dans votre ventre - suite


 

N'ayez pas peur de donner votre avis :

Vos commentaires sont précieux, n’hésitez pas à réagir si cet article vous a interpellé. Merci d’avance.

 

Commenter cet article

Mira 26/09/2013 14:11


eh oui, à premier regard, c'est si simple de faire porter le chapeau à l'autre, mais comme cela ne nous sert à rien à long terme,et qu'on retombe toujours dans le même genre de "piège", les
autres ne croient plus aux excuses avancés,nous nous rendons nous-même mal-heureux,mal-aimés,mal dans notre peau...la spirale continue à tourner négativement,au plus tard quand elle touche le
fond, il faut tenter de trouver le chemin pour en sortir si on désire vivre plus heureux, et cela, personne peut le faire à notre place...seulement nous soutenir si nous sommes déterminés...


les blogs nous montrent des pistes, merci Madeleine!

Madeleine Moreau 01/10/2013 09:40



Bonjour Mira,


Tu dis en quelques mots toute l'importance du sujet. Faire porter le chapeau, se trouver sans cesse des excuses, c'est, en fin de course, se rendre mal ....


L'importance est de ne pas se chercher un coupable, mais de regarder pourquoi je me sens mal ...


Toute belle journée à toi. Madeleine