Etre ou paraître

Publié le par processuscroissance--blog.com

Que choisissez-vous ?

 Lorsque vous vous présentez, vous le faites bien souvent à partir de la perception que vous avez de vous et de celle que vous voulez donner à l’autre. Cela se fait plus ou moins consciemment.

De même, lorsque vous êtes dans un groupe, lorsque vous êtes au travail, lorsque vous vous donnez à une tâche, vous agissez à partir de la perception que vous désirez donner.

Dire qui vous êtes, parler de vos compétences, de vos envies, de vos projets ne va pas de soi.

C’est là toute la question « Etre ou paraître, qu’est-ce que je privilégie ? »

Etre ou paraître est toujours une question d’image … l’image de soi.

etre-ou-paraitre.jpg

Histoire de notre image :

L'éducation, que vous avez reçue, a, pour une grande part, modelé votre image.

Pas seulement l'image que vous avez de vous mais aussi l'image que vous portez sur votre environnement.

Enfant, nous avons besoin d'avoir autour de nous des modèles. Nos premiers modèles sont nos parents ou les personnes qui ont eu la responsabilité de notre éducation. Nous avons besoin de recevoir de leur part une réponse à nos besoins et nous avons besoin qu'ils nous reconnaissent dans nos capacités, dans les dons que nous avons.

Si ces modèles n'apportent pas de réponse à nos besoins, s'ils ne nous reconnaissent pas dans nos capacités, l'image se déforme.

Elle peut nous conduire à ne pas développer certains aspects de notre personnalité ou, dans le cas contraire, à les surévaluer dans le but d'être reconnus.

Il faut également relever que toute personne ne réagit pas de la même manière dans le même environnement. Voici l'histoire de deux sœurs, élevées par les mêmes parents :

Marie et Christine sont sœurs.

Elles ont les mêmes parents, reçoivent la même éducation.

Leurs parents n'ont pas pris l'habitude de mettre en avant leurs réussites, ils soulignaient surtout leurs carences, leurs limites.

Marie a une bonne image d'elle-même. Lorsqu’elle est en groupe, lorsqu’elle se présente, elle se montre telle qu’elle est, avec ses qualités, avec ses défauts Christine n’a pas une bonne opinion d’elle-même. Elle voit surtout ses limites, persuadée qu'elles lui interdisent toute réussite. Pour ne pas laisser voir ou deviner l’image qu’elle porte sur sa personne, elle se surpasse, fait voir le contraire de ce qu’elle vit intérieurement. Elle construit ses relations dans le paraître.

Comment se fait-il que toute deux n'ont pas la même perception ?

Marie est l'aînée. Très vite, elle a compris qu'elle ne pourrait pas trouver auprès de ses parents l'encouragement qu'elle aurait désiré.

Christine, de son côté en a été beaucoup plus affectée. Aujourd’hui elle adopte un comportement qui la protège tout en lui permettant de se vivre en relations. Elle est plus dans le paraître que dans l’être.

 

L’image au moment de  l'adolescence ...

 

Une étape charnière où l'image prend une grande importance.

Il y a l'image physique, et l'image psychologique. Les deux s'entremêlent dans le désir d'être reconnu/e, estimé/e, aimé/e.

C'est également l'étape vers une prise d'autonomie plus ou moins grande, un besoin de liberté, et cela peut s'accompagner d'échecs plus ou moins importants, de frustrations mal gérées.

L'image qui s'est imprimée dans l'enfance peut se renforcer ou se déséquilibrer selon les expériences vécues.

  

L’image dans nos décisions, nos réalisations ...

 

 Il y a dans notre vie des décisions que nous prenons qui peuvent aller à l'encontre de notre épanouissement.

Si elles s'accompagnent d'un échec important, celui-ci peut avoir une influence sur notre image.

Une image de soi qui s'est équilibrée au moment de l'adolescence ou dans l'entrée de la vie adulte peut changer selon les évènements.  Un échec affectif (séparation, divorce) un licenciement, une perte importante (lien, financière, biens) peut conduire la personne à adopter l’attitude où elle sera dans le paraître plus que dans l’être.

Il est un fait, le choix des environnements relationnels a également un impact important sur l'image. Certaines relations peuvent contribuer à nourrir une image « négative » ou « sur-positive ».  

L'image fait tellement partie de nous que nous avons la sensation qu'elle nous constitue dans notre personnalité.

Certaines personnes semblent porter un masque. Impossible de voir les différentes émotions qu’elles vivent. Toujours sous contrôle, dans le souci de donner une bonne image d’elles-mêmes, de ne pas être prises en défaut, elles semblent sûres d’elles et cependant elles vivent bien souvent un manque de confiance qu’elles essaient de palier par leurs attitudes.

profil-enfant.jpg

 Pour aller plus loin …

Quelle image avez-vous de vous ?

·         Négative = vous vous voyez comme une personne insignifiante, qui ne réussit pas très bien, qui manque de confiance, qui doute d’elle-même, …

·         Sur-positive = vous essayez toujours de montrer plus que ce que vous êtes, vous aimez vous confronter à des défis, vous avez tendance à voir les autres moins bien que vous, …

·         Ajustée à qui vous êtes = acceptant vos aspects positifs comme les aspects négatifs, connaissant vos forces et vos faiblesses, vos compétences et vos manques, …

Votre image vous aide-t-elle à vous montrer telle que vous êtes ou vous conduit-elle à vous montrer comme vous avez envie que les autres vous voient ?

Comment acceptez-vous la personne que vous êtes aujourd’hui ?

 

Et si vous viviez au-delà de l’apparence ?

Paraître plutôt que être peut vous pousser à faire semblant et de donner l’apparence que tout va bien pour vous.

Vous voulez être perçue comme une personne parfaite, facile à vivre … tout en accumulant des tonnes de problèmes inutiles. En fait, les autres peuvent vous voir comme une statue de bronze avec beaucoup de vernis.

Est-ce vraiment ce que vous désirez ?


 

 

Cet article vous a parlé et vous pensez qu’il pourrait intéresser quelqu’un, n’hésitez pas à le partager, à le transmettre.

Je vous demande simplement de citer la source.

Je vous souhaite un bon cheminement et je vous dis à bientôt.

Publié dans Outils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article