Eviter, contourner, rebondir ou ACCUEILLIR

Publié le par Madeleine Moreau

Des décisions inconscientes aux décisions conscientes dans les situations inconfortables

Rubrique Développement Personnel

Vous arrive-t-il d’avoir l’impression que vous êtes à côté de vos pompes, que rien ne va comme vous le voudriez ?

Vous arrive-t-il d’avoir ce sentiment que vous tournez en rond, que vous n’arrivez pas à avancer, ou alors que vous faites 3 pas en avant et 2 en arrière ?

Votre vie devient alors inconfortable, vous aimeriez que ce soit plus confortable mais vous ne savez pas ce qui serait le mieux pour vous.

dépression

Pas besoin d’un énorme truc qui vous tombe dessus pour vous sentir inconfortable, les toutes petites choses peuvent également provoquer cet inconfort, comme :

Manger une tablette de chocolat avant d’aller vous coucher.

Ok, votre foie peut vous rappeler à l’ordre, le sommeil peut être difficile à trouver, la vue de votre pèse-personne au pied de votre lit peut vous rappeler à l’ordre …

Mais si vous regardez pourquoi vous avez mangé la plaque entière, vous pourriez prendre conscience que vous aviez besoin de remplir quelque chose en vous, de vous donner quelque chose, peut-être de recevoir quelque chose.

La plaque de chocolat vous a servi d’alibi pour ne pas rester dans l’inconfort.

S’asseoir sur votre canapé, la télécommande à la main, zapper toute la soirée et attendre que vienne la fatigue.

Bon, vous sentez bien que ce genre de soirée ne vous satisfait pas vraiment, vous auriez aimé faire autre chose, sans savoir quoi.

Pour combler ce qui pourrait être un vide, vous avez aligné les images, les bouts de films, les pubs, juste pour vous sentir plus confortable.

La télécommande vous a servi d’alibi pour vous changer les idées et vous éviter l’inconfort.

Repousser une échéance, mettre de côté une action, oublier d’aller à un rendez-vous …

A première vue, ce n’est pas grave. Il n’y a pas mort d’homme comme on dit.

Ce téléphone que vous deviez faire, vous ne l’avez pas fait et l’autre n’a pas appelé, alors, ce n’est pas grave. Ce rendez-vous, vous y avez pensé, puis vous avez oublié, demain vous vous excuserez, c’est si simple.

Vous aviez besoin de vous changer les idées, de faire autre chose et c’est ce que vous avez choisi. Pourtant, il y a un certain malaise qui s’installe en vous en y repensant.

Vous vous êtes, sans avoir vraiment conscience, créé un alibi pour contourner quelque chose qui était inconfortable.

Nous agissons souvent ainsi : nous nous créons des alibis pour donner à nos actions une légitimité.

Devant l’inconfort qui se dit en nous, nous cherchons une porte de sortie qui pourrait nous permettre d’éviter, contourner une situation inconfortable. Nous choisissons de rebondir plutôt que de faire face.

L’alibi nous permet alors de ne pas voir que nous sommes en train de créer inconsciemment un conflit entre ce qui se passe à l’intérieur de nous et ce qui se passe à l’extérieur. Entre nos pensées et nos sentiments.

ACCUEILLIR – Apprendre à accueillir ce qui se passe en vous.

Je vous l’accorde, ce n’est pas évident, surtout si vous avez pris l’habitude d’éviter, de contourner ou de rebondir.

Accueillir le fait que là, ça ne va pas, que vous n’êtes pas bien, que vous souffrez d’une situation, que vous êtes malheureux/se sans savoir vraiment pourquoi.

Ce n’est pas évident d’accueillir ces moments de mal-être sans vouloir, instinctivement les repousser ou les remplacer par autre chose.

Sans accueil, vous vous opposez au conflit qui se produit en vous.

Observez-vous

Ces prochains jours, ces prochaines semaines, observez quelles sont vos réactions, c’est-à-dire, vos décisions … souvent inconscientes … que vous vivez lorsque vous êtes dans une situation inconfortable.

Essayez de choisir, en toute conscience, d’accueillir ce qui est, d’accueillir ce que vous ressentez réellement, et voyez ce que cela peut vous apporter.

Je vous souhaite une bonne journée. A bientôt.


Cet article vous parle ?

N’hésitez pas à le partager autour de vous.

 

Vous pouvez également réagir par le biais d’un commentaire. 

Commenter cet article