L'acceptation

Publié le par processuscroissance--blog.com

Le réel est ce qu’il est

Par les mots clés « comment accepter », « comment faire pour accepter », « je n’arrive pas à accepter » plusieurs personnes sont arrivées sur la page d’un article posté il y a quelques mois.

J’y reviens aujourd’hui de manière un peu différente.

L’acceptation est sans doute ce qui est le plus difficile à vivre comme attitude.

·         Accepter que l’autre ne m’aime plus

·         Accepter que je fasse partie des licenciés

·         Accepter l’annonce d’une maladie

·         Accepter le départ d’un enfant

·         Accepter que les choses ne se déroulent pas comme je le voudrais

·         Accepter de ne plus pouvoir tout faire

·         Accepter que mes finances ne me permettent pas de partir en vacances

·         Accepter que le logement dans lequel j’habitais depuis 30 ans soit vendu et ses locataires mis en fin de bail

·         Accepter l’échec

·         Accepter de vieillir

Ce sont là quelques cas soumis dans les forums. Des situations qui touchent le quotidien, la vie ordinaire.

chaos

Il est facile de dire : « Prends les choses comme elles sont, arrête de te faire de la bile, tu verras, ça s’arrangera ! » ou de s’exclamer : « Mais bon sang, y’a pas de quoi en faire toute une histoire ! Regarde la vie du bon côté ! »  

Mais lorsque la vie vous pousse à accepter quelque chose que vous n’avez pas choisi, lorsqu’en quelques secondes ce qui faisait votre sécurité s’effondre, le simple fait de devoir accepter vous pousse dans vos retranchements.

Les émotions se succèdent : rage, colère, refus, incompréhension, tristesse, déprime n’en sont que quelques unes.

Le sentiment de s’être fait cambriolé dans son intimité prend le dessus.

Vous n’y êtes pour rien, vous n’avez rien fait pour que ça arrive et on vous dit que tout ce que vous avez à faire est d’accepter !

Mais savons-nous ce qu’est l’acceptation ?  

Accepter c’est :  

  •    ne pas se résigner 
  •     ne pas « baisser les bras »
  •    reconnaître ce qui a été
  •     reconnaître ce qui est sans démissionner
  •     regarder le réel tel qu’il est
  •       

 

 Ce n’est pas toujours facile.

Face à une difficulté, n’avons-nous pas tous le réflexe premier qui est de nous débattre, de dénoncer l’injustice, de chercher à expliquer les raisons et les « pour quoi » de la situation ?

Pour ensuite entrer dans une sorte de soumission de résignation qui nous fait dire que nous avons fini par accepter.

Comment accepter … Comment faire pour accepter … ?

A.A.V.  

Retenez bien ces trois lettres. AAV

A

 

ccueillir 

 

C’est la première chose à vivre. On ne parle pas ici d’accepter mais simplement d’accueillir.

·         Accueillir ce qui se passe en vous

·         Accueillir ce qui vous semble impossible

·         Accueillir tous les mouvements qui surgissent dans votre sensibilité, dans votre corps

·         Accueillir tous les mots, toutes les images qui vous viennent

·         Accueillir sans chercher tout de suite réparation, explication

·         Accueillir les sentiments multiples qui vous traversent

Cette forme d’accueil ne se fait pas en quelques secondes. Disons, qu’elle se déroule le temps de la « digestion ».

C’est un accueil qui vous permet de prendre le recul nécessaire pour ne pas exploser ou imploser selon les cas. (Tourner la première réaction vers l’autre ou la tourner vers vous).

A

 

ccepter

 

Vous pouvez maintenant faire un pas vers l’acceptation. Comment ? En prenant en compte toute la réalité telle qu’elle se présente en vous.

·         Accepter que vous trouvez cela injuste

·         Accepter les émotions négatives qui peuvent surgir

·         Accepter de vous sentir lésé/e, trahi/e

·         Accepter que ça vous arrive, à vous, pas à quelqu’un d’autre

·         Accepter que vous n’auriez jamais pensé que ça vous arriverait

·         Accepter d’en être là ou vous en êtes aujourd’hui

 

V

 

ivre

 

Cette dernière étape est importante. C’est elle qui vous permettra d’entrer dans une réelle acceptation.

Lorsque je dis vivre, je ne dis pas vivre comme si ce qui vous arrive n’existait pas, comme si c’était pas si grave que ça. Non, vivre c’est faire quelque chose avec ce qui vous arrive, ce qui vous est arrivé, ce que vous devez accepter.

Je vous donne un exemple extrême : « Jean » s’est coupé le doigt en taillant sa haie. Conduit à l’hôpital, on lui fait une prise de sang qui révèle qu’il a un diabète important et qu’il doit se soigner immédiatement. Trois semaines plus tard, il est amputé du doigt qui ne s’est pas cicatrisé à cause de son diabète.

Jean va vivre dans cet exemple 3 AAV distincts :

1)    Accueillir va consister à entendre le diagnostique et tous les sentiments, les questions qui vont surgir. Accueillir va être également d’entrer dans la vérité que cette coupure n’est que le début de quelque chose de plus grave

Accepter qu’il n’a jamais fait de contrôle et que son diabète devait être là depuis pas mal de temps, mais il n’en a jamais été gêné et n’a jamais eu les symptômes qui auraient pu le conduire à consulter

Vivre va consister à changer ses habitudes alimentaires, à adopter un régime, à se faire contrôler régulièrement, à prendre les dispositions nécessaires. Il va apprendre à vivre la condition d’un diabétique.

2)    Accueillir la terrible nouvelle de l’amputation nécessaire, avec tous les sentiments qui surgissent. Accueillir la colère qu’il peut ressentir envers cette haie qu’il voulait couper et qui est la cause de son malheur. Accueillir qu’il ne se voit pas amputer d’un doigt à cause de son diabète.

Accepter qu’il n’y a rien d’autre à faire s’il ne veut pas que la gangrène gagne toute sa main. Accepter une opération qui lui donne des hauts le cœur.

Vivre en ne pouvant plus tout faire comme il le faisait auparavant, qu’il doit apprendre à se servir de sa main autrement différemment. Vivre en apprenant d’autres gestes, une autre manière d’accomplir certaines tâches.

3)    Face à sa maladie, Jean aura d’autres moments où il aura à vivre ces différentes phases. A chaque fois qu’il sera confronté à son évolution (baisse visuelle, moments de fatigue, fragilité diverses).

Donc, vivre c’est prendre en compte le réel et construire ou reconstruire à partir de ce réel, avec ce qu’il est, comme il est.

 

 A vous de jouer  

 

·         Y a-t-il des choses que vous avez du mal à accepter dans votre vie ?

·         Etes-vous actuellement face à une situation que vous ne digérez pas ?

·         Que devez-vous accueillir ?

·         Que devez-vous accepter ?

·         Comment allez-vous vivre avec le réel tel qu’il se présente à vous ?

 

Bonne route et à bientôt.

 

Vous pouvez relire :

Quand l’acceptation devient réelle, alors les choses changent.

  

Publié dans Outils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jaliyah 04/05/2019 19:14

Bonjours , je suis en retard et je ne sait pas vraiment si vous aller me répondre car oui j'ai une question qui est : Je suis dans une situation ou par exemple ma peau est un désastre … la phase A et A je l'es comprise par contre je n'est pas compris comment faire par rapport à V alors pouvez vous m'éclaircir un peu merci .

Madeleine Moreau 05/05/2019 09:17

Bonjour Jaliyah
Je reprend votre situation : ma peau est un désastre ...
Vous avez saisi que face à ce problème il vous fallait l'accueillir et l'accepter. Ce sont les 2 premières étapes.
Si vous accueillez et acceptez le fait que votre peau est un désastre, il vous faut apprendre à vivre avec. Ce qui veut dire : ne pas rester le regard fixé sur le problème, mais vivre avec le problème, laisser transparaître la beauté qui est en-dessous, vous sentir dans la normalité tout en sachant que vous n'êtes pas tout à fait comme les autres.
Je vous souhaite de tout coeur d'y arriver car cela vous apportera beaucoup de paix.
Madeleine