L'iceberg était innoncent !

Publié le par processuscroissance--blog.com

Mettre la faute sur quelque chose, une manière déviée de ne pas prendre ses responsabilités

 

On en a parlé et on en reparlera encore … il y a 100 ans le Titanic coulait.

Demandez autour de vous ce qui l’a coulé, je suis prête à parier qu’on vous répondra 9x sur 10 : un iceberg.

iceberg.JPG

Réponse fausse !

L’iceberg n’est qu’une conséquence provoquée par le véritable responsable du naufrage.

C’est l’occasion aujourd’hui de vous parler des icebergs que vous trouvez sur votre chemin de vie.

Vous allez peut-être dire que vous êtes tranquille, qu’il y a peu de chance que vous en trouviez un ou que votre route passe très loin du danger.

Pour vous aider à comprendre ce que sont les icebergs dans votre vie, reprenons l’histoire du Titanic.

Une énorme campagne marketing a eu lieu avant son départ. Campagne qui insistait sur un point essentiel : Ce navire est insubmersible. Il ne peut pas couler.

Les dirigeants de la White Star Line le croyaient vraiment. L’équipage aussi et toutes les personnes qui  se sont pressées sur le quai au moment du départ.

L’une des survivantes, Margaret Devaney, disait : « Je pensais que c’était un coffre-fort à vapeur. On m’avait dit qu’il ne pouvait pas couler. »

Résultat, personne n’a anticipé ce qui pourrait arriver si le navire coulait. Même au niveau sécurité : pourquoi briser sa ligne élégante en ajoutant des canots de sauvetage alors qu’ils ne serviront jamais !

Pourquoi faire attention aux icebergs qui pourraient être sur la route maritime alors que, de toute façon, rien, pas même Dieu ne pourrait couler ce paquebot.

A force d’entendre et de répéter que le Titanic était insubmersible, tout le monde y a cru et le pire n’a jamais été, ne serait-ce que suggéré, comme quelque chose de possible.

damier.JPG

 

Vivez-vous votre vie en pensant que rien ne peut vous arriver ?

La question n’est pas si innocente que ça.

Quand tout va bien, quand tout se déroule comme il le veut, l’être humain pense que cela va durer toute la vie : un métier qui nourrit, une famille heureuse, des amis fiables, des revenus qui mettent à l’aise, une bonne santé … autant d’éléments qui peuvent porter à croire que nous sommes insubmersibles.

Croire cela, c’est piloter le Titanic et s’imaginer que vous êtes insubmersible. C’est croire que votre enthousiasme, votre positivisme sont capables de dépasser ou de fendre tous les icebergs qui peuvent se présenter sur votre route.  

Je ne dis pas qu’il vous faut anticiper le pire et mettre en place des scénarios d’urgence au cas où … à chaque fois que vous vous sentez bien.

Si tout va bien pour vous, si vous ne voyez aucun iceberg en vue et si vous naviguez sans rencontrer de tempête, alors profitez de chaque instant. Mais, ne vivez pas en étant sûr que vous ne rencontrerez pas un iceberg, un rocher ou une tempête.

Si tout va bien pour vous, faire un bilan de temps en temps peut être bénéfique.

Voici quelques pistes :

Ø  Vous avez un métier qui vous passionne, une bonne place.

Si demain il y avait une restructuration, des licenciements :

-          Quelles sont vos ressources ?

-          Que feriez-vous ?

-          Etes-vous toujours à niveau pour briguer un autre emploi ?

-          Votre âge pourrait-il un handicap ? Si oui, que feriez-vous ?

Ø  Vous avez un environnement relationnel qui vous apporte un sentiment d’être reconnu, estimé, important.

Un changement peut survenir : séparation, divorce, déménagement, migration, départ …

-            Etes-vous heureux/se uniquement parce que les autres vous aiment ?

-            S’ils n’étaient plus là, s’ils vous quittaient, qu’est-ce qui vous manquerait ?

-            Comment vivriez-vous la séparation ?

-            Vos enfants quitteront un jour le nid familial … comment voyez-vous cette étape ?

-            Votre conjoint /e peut vous quitter, que représentera alors la solitude pour vous ?

Ø  Vous êtes à l’aise financièrement. Vous partez en vacance chaque année. Vous faites des projets pour acquérir un ou plusieurs biens.

Même si on dit que l’argent ne fait pas le bonheur, votre situation confortable vous apporte des avantages. Si demain vous perdiez tout :

-          Comment réagirez-vous ?

-          Qu’est-ce que vous êtes prêt/e à quitter pour vivre autrement ?

-          Quelles seraient vos difficultés à vivre avec des revenus plus faibles ?

Ø  Aujourd’hui, vous êtes en bonne santé et rien ne semble venir perturber votre état.

Si demain on vous annonçait que vous êtes atteint d’une maladie qui va vous obliger à vivre autrement ou vous restreindre dans votre autonomie :

-          Comment appréhendez-vous cette possibilité ?

-          Quoi vous apparaît envisageable pour vivre autrement, avec la maladie ?

-          Quels sont vos points d’appuis qui pourraient vous aider à faire face ?

Vous pouvez allonger la liste. Regardez tous les secteurs où vous vous sentez en sécurité, où vous pensez qu’il n’y a pas de raison pour que les choses changent.

Cet exercice n’a pas comme but de vous conduire vers quelque chose de pessimisme, disons qu’il peut vous aider à prévoir suffisamment de canots de sauvetage pour ne pas être pris au dépourvu.

Il a également l’avantage de ne pas vous conduire dans une fausse accusation.

         Si vous subissez des changements importants au niveau de votre travail, vous pouvez accuser une mauvaise gestion de l’entreprise, la crise, la course au profit, etc … Ce ne sont là que des conséquences d’une réalité, de votre côté, vous pouvez anticiper le risque et vous préparer intérieurement pour traverser cette épreuve si elle surgit.

Cela est valable pour tous les exemples qui vous viennent à l’esprit.

Et, n’ayez pas peur de prendre le départ, de traverser les océans, les mers, les univers que vous avez envie d’explorer.

L’essentiel est de rester le « capitaine » de votre vie, de tenir la barre en vous sentant responsable de ce que vous vivez.


Si cet article vous a plu, pourquoi ne pas le partager à d’autres ?

Je vous souhaite une bonne journée et je vous dis à bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article