La confrontation intérieure

Publié le par processuscroissance.over-blog.com

La bague magique

Quand les vieux démons surgissent à nos dépends

Alors le prince réfléchit à tout ce que le génie lui avait dit.

"Si j’ai bien compris", dit-il au génie, "personne ne peut m’énerver, me blesser ou me déstabiliser.

"Tu as bien compris", dit le génie. "Ce ne sont pas les paroles ou les actes des autres qui te dérangent ou que tu n’aimes pas, mais les vieux démons qui se réveillent en toi à cette occasion : tes peurs, tes souffrances, tes failles, tes frustrations.

Si tu jettes une mèche allumée dans une jarre d’huile, celle-ci s’enflammera. Mais si la jarre est vide ou qu’elle contient de l’eau, la mèche s’éteindra d’elle-même.

Ton agacement face aux autres est comme un feu qui s’allume en toi et qui peut te brûler, te consumer, te détruire. Mais il peut aussi t’illuminer, te forger, te façonner et faire de l’autre un allié sur le chemin de ta transformation. Toute rencontre difficile devient alors une confrontation avec toi-même, une épreuve, une initiation."

Personne ne peut m’énerver, me blesser ou me déstabiliser.

Vous y croyez ?

Je ne sais pas s’il y a un exercice plus difficile que de se rallier à cette affirmation.

Personnellement, lorsque je vois le nombre de personnes qui parviennent encore à m’énerver, à me blesser ou à me déstabiliser, que ce soit dans mon entourage proche ou dans mon voisinage, je me dis que ce n’est pas demain la veille où je réussirais à me vivre sereinement face toutes ces personnes qui viennent troubler mon train-train quotidien.

Bon, si je regarde ce qu’il en était il y a quelques années, je dois le reconnaître, il y en a moins. Je n’ai pas coupé la relation avec celles qui m’énervaient auparavant, et, non elles ne sont pas décédées ou n’ont pas déménagé à l’autre bout du monde. Elles font toujours parties de mon environnement, elles sont simplement reconnues et acceptées comme elles sont.

Mais avec d’autres, bon sang, que c’est difficile !

le-masque.jpg

Ce qui est le plus difficile, c’est de décrypter les vraies raisons qui font que je ressente envers elles autant d’énervement, d’impatience, d’explosion à l’intérieur de moi. De traduire les différents mouvements qui viennent troubler ma sensibilité.

Le comble, c’est que ce ne sont pas toujours des personnes que je connais. Cela peut être de parfaites inconnues. Parfois même, des personnes dont je ne vois même pas le visage mais qui, par leur manière d’être, me rappellent étrangement quelqu’un.

Et là, j’aurais envie de dire : Mais c’est normal, c’est tout à fait humain  (que ça puisse m’énerver) … il y a quand même un minimum de savoir vivre à acquérir … si tout le monde se permet de vivre comme il veut et comme ça lui chante, alors, on va où ? … »

Les exemples ne manquent pas :

·         Je suis pressée … je suis partie juste juste pour mon rendez-vous … et « machin » n’est pas capable de dépasser le 55 à l’heure alors que c’est 80 !

·         Je suis à la bourre, faut que je fasse vite quelques achats … mais c’est pas possible, elle pouvait pas peser ses carottes ? Je perds 5mn précieuses à cause de cette bonne femme qui s’en fout éperdument de me faire perdre mon temps !

·         J’avais rendez-vous à 16h15 … il est déjà 16h45 et il y a encore 3 personnes qui attendent de passer avant moi … mais c’est pas possible, il fout quoi le toubib ?

·         Je discute tranquillement avec quelqu’un et voilà qu’une autre arrive et commence de raconter sa vie … moi, je suis tout simplement évincée … quel manque de savoir vivre, moi j’me permets pas de faire comme ça !

·         Non mais, il s’entend parler celui-là ? Il semble avoir une réponse à tout, il se croit être le nombril du monde ou quoi ?

·         Y’a presque 1mètre de neige qui est tombé depuis hier soir … (réalité, plus de 50 cm) et c’est toujours pas déblayer … les ouvriers de la voirie, ben, ils sont en train de boire un verre au café qui se trouve au bas de la rue … à croire qu’ils sont payés pour rien faire !

Ce sont mes exemples, mais je ne doute pas que vous pouvez en trouver bien d’autres qui viendraient coller à votre réalité. Essayez, ça en vaut la peine.

Dans la foulée, regardez qui dans votre entourage proche réussit à vous énerver à chaque fois que vous êtes en relation. Là aussi, vous risquez d’établir une liste plus ou moins longue.

Puisque vous y êtes, redites-vous la phrase : Personne ne peut m’énerver, me blesser ou me déstabiliser. Que ressentez-vous en la disant ?

DSC01652.JPG

« Ce ne sont pas les paroles ou les actes des autres qui te dérangent ou que tu n’aimes pas, mais les vieux démons qui se réveillent en toi à cette occasion : tes peurs, tes souffrances, tes failles, tes frustrations. »

Mes vieux démons … qui se réveillent …

Là, du coup, j’ai envie de laisser sur place le bon génie qui m’a donné la bague magique. C’est trop facile de balancer les choses ainsi.

Alors quoi, les autres n’y sont pour rien dans mon énervement ? Tu parles … S’ils n’agissaient  pas comme ça, s’ils ne se comportaient pas comme ça, tout irait bien dans le meilleur des mondes. Là, j’ai juste le sentiment que le génie me donne une branche pleine d’épines.

Pour garder une contenance, je tourne la bague magique … pas 3x, machinalement, comme si la réponse allait surgir miraculeusement … je la tourne dans tous les sens … j’ai besoin de comprendre.

Il m’en faut du temps pour comprendre … et pour me rendre à la raison du génie.

Il a raison … du moins … pour ce que je peux accepter aujourd’hui … j’ai mes vieux démons qui me font la vie dure à certains moments. Ils ont même des noms :

·         Principes

·         Croyances

·         Conscience sociale

·         Règles de vie

·         Loyauté

·         Politesse

·         Valeurs

·         Communication

·        

Ce ne sont pas des démons me direz-vous.

Ben, non, à première vue, quand je les appelle comme ça, ce ne sont pas des démons. Ce serait plutôt des « anges » … et pourtant …

J’ai des principes, des croyances … ça m’appartient. Tout comme j’ai une conscience sociale qui m’a conduite à me fixer une règle de vie. Ma loyauté m’oblige bien souvent à vivre une politesse empreinte de mes valeurs pour garder une bonne communication …

Que de bonnes choses en fait. J’ai juste oublié de les entretenir pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire, pour qu’elles me permettent de grandir. Je les ai enfermées dans des cages pour qu’elles ne s’évanouissent pas dans la nature, je les ai « domestiquées » pour qu’elles restent à mon service.

De la souplesse qu’elles pouvaient avoir au début, elles sont devenues rigides. Elles sont devenues mes boucliers pour me protéger de mes peurs, de mes souffrances, de mes failles, de mes frustrations. 

feu.JPG

« Ton agacement face aux autres est comme un feu qui s’allume en toi et qui peut te brûler, te consumer, te détruire. Mais il peut aussi t’illuminer, te forger, te façonner et faire de l’autre un allié sur le chemin de ta transformation. Toute rencontre difficile devient alors une confrontation avec toi-même, une épreuve, une initiation. »

De quoi continuer le chemin de connaissance vers nous-même … 

 Tout bon week-end et à bientôt.

Commenter cet article