Quand vous êtes "à bout", vous n'espérez qu'une chose, avoir enfin un peu de paix

Publié le par processuscroissance--blog.com

Des moments de trêve dans votre quotidien

« Fiche-moi la paix ! »

« J’en ai marre, c’est trop vous demander que de me laisser un peu de paix ? »

« Impossible d’avoir la paix un seul instant … »

Avez-vous déjà fait attention à ces cris du cœur ?

Ils arrivent soudainement dans les moments où vous n’en pouvez plus.

Vous n’aspirez alors qu’à une chose … qu’on vous « foute » la paix …

Vous ne demandez qu’une chose … un peu de paix …

Vous recherchez juste à vivre … un moment de paix …

moment-de-paix.jpg

Cela vous arrive lorsque vous avez cette sensation d’être envahi/e par une armée de guerriers invisibles qui se mettent à se battre avec vos nerfs, avec vos pulsions, avec vos limites.

Ils envahissent votre tête, votre système digestif, votre colonne vertébrale … ainsi que votre environnement extérieur.

Ils sont là, impitoyables jusqu’à vous laisser sans souffle.

Vous entendez le tambour résonner dans votre tête et dans votre cœur.

Vous essayez en vain de repousser les tensions qui s’accumulent dans vos cervicales, dans votre dos, dans vos muscles.

Vous ne savez plus si la brûlure que vous ressentez au niveau de l’estomac provient de la nourriture ou d’un trop plein de toxines venues de ce que vous êtes en train de vivre.

Vous avez alors besoin de vivre une trêve

Des voisins trop bruyants qui se croient seuls au monde et ne se soucient pas une seule seconde de votre confort …

Des enfants qui courent dans tous les sens en poussant des cris de conquérants …

Un mal chronique qui se rappel à vous à chaque fois que vous faites un geste …

Un chef qui est toujours derrière vous pour vous en demander plus …

Un proche qui ne cesse de vous dire ce que vous devez faire, comment vous devez agir ou qui a toujours des reproches à vous faire …

Toutes ces petites choses que vous supportez un certain temps et qui deviennent insupportables à un moment donné vous donne envie d’agiter le drapeau blanc, de déposer les armes.

Changement de décor dans le champ de bataille

Lorsque la paix arrive enfin, le calme s’installe en vous.

Vous respirez.

Vous n’êtes plus en bataille avec tout le monde, bien souvent avec vous-même.

Vous vous sentez revivre.

Bref, ça fait du bien …

Que ressentez-vous alors ?

Il est normal que vous me répondiez : « LA PAIX »

Oui, vous vous sentez en paix. Vous ressentez la paix et vous vous sentez en paix.

Si vous vous centrez sur les états que cela provoque en vous, vous emploierez alors d’autres mots pour décrire la paix qui vous habite.

ü Vous étiez sur des charbons ardents, prêt/e à exploser à tout moment et là vous vous sentez calme. La tempête s’est calmée.

ü Cet état de calme peut se traduire également autrement. Vous pourriez dire : « Je me sens tranquille – détendu/e – serein/e » Tout dépend du comment vous étiez en lutte auparavant.

L’état de tranquillité arrive généralement lorsqu’auparavant vous aviez le sentiment de « devoir » courir dans tous les sens, d’être sans cesse « dérangé » par les choses urgentes ou les demandes intempestives …

L’état de détente survient après des périodes de tensions, voire de conflits sous-jacents.

L’état de sérénité fait souvent place à un état qui ne laissait pas de répit à vos pensées, à vos projections, à vos craintes.

ü Le changement de décor peut devenir visible dans vos gestes, dans vos paroles, dans vos actes parce que, enfin, vous vous sentez centré, centrée. C’est un peu comme si la guerre qui faisait rage auparavant vous avait décentré/e de vos buts, de vos objectifs, de vos aspirations.

ü Vous pouvez également vous sentir satisfait, satisfaite – content, contente. C’est le cas lorsqu’un élément extérieur ou un conflit intérieur est éliminé.

ü Ces états de paix peuvent également vous permettre de vous sentir à nouveau en confiance, en déploiement. C’est comme si un nouveau souffle vous était donné. Vous pouvez à nouveau reprendre les commandes de votre vie et avancer, c’est le cas de le dire, en paix.

ü Lorsque la paix s’installe durablement et lorsque le champ de bataille s’estompe, vous ressentirez alors quelque chose que vous pourriez nommer plénitude – béatitude. Ces deux états, proches du bonheur et de la joie sont les signes visibles de la paix qui est revenue.

Entre nous … le petit plus du coach …

La prochaine fois que vous laisserez jaillir le cri du cœur qui demande « Paix » demandez-vous quel état vous désirez recevoir et vivre.

Vous voulez qu’on « vous foute » la paix … ok, mais c’est quoi qui empêche justement que vous viviez en paix ? Ne pensez-vous pas que le fait de nommer et de dire ce dont vous avez besoin pourrait être important ?

Vous en avez marre, vous n’en pouvez plus, vous êtes sur les nerfs … c’est quoi, c’est qui … qui vous met sur les nerfs ?

Dans toute guerre, pour que celle-ci cesse, il faut que d’un côté ou d’un autre un acte différent qui puisse permettre la possibilité d’avoir la paix.

Participez vous aussi à l’enrichissement de ce blog

Voyez-vous d’autres états possibles qui traduisent que vous vous vivez en paix ?

N’hésitez pas à partager sur ce blog.


  Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Commenter cet article