Le corps : une relation qui vous engage

Publié le par processuscroissance--blog.com

barbapapa.jpg

Votre corps, il y a longtemps qu’il fait partie intégrante de votre existence. Il a été nourri, il a été soigné, il a été sollicité …

Il a été aimé ou il a été maltraité …

Vous avez appris comment en prendre soin ou vous avez commencé à avoir une aversion envers lui …

Vous le chouchoutez de l’extérieur en lui apportant tout ce qui peut le sublimer et peut-être que vous le maltraitez à l’intérieur …

Vous avez un regard bienveillant envers lui ou vous le voyez comme un poids énorme, source de tous vos complexes, de tous vos soucis …

Vous êtes, comme on dit, gâté/e par la nature alors que d’autres n’ont pas reçu la beauté en cadeau …

Quelque soit l’approche qui est faite autour du corps, il est rare que celle-ci vous laisse dans l’indifférence.

Continuons notre chemin avec la suite des questions.

Ecoutez-vous les signaux de votre corps ?

Prenez-vous soin de son bien-être ?

Comprenez-vous les raisons et l’origine des tensions qu’il peut avoir ?

L’acceptez-vous tel qu’il est ?

Etes-vous agressif/ve envers lui ?

L’ignorez-vous avant d’entreprendre un effort physique ?

Agissez-vous en fonction de ses énergies ?

 

L’acceptez-vous tel qu’il est ?

Accepter son corps ne va pas de soi.

De multiples émissions télévisés ont un audimat élevé à chaque fois qu’un documentaire, un débat, une approche scientifique apparaît sur le petit écran.

« Je veux maigrir » … « Je veux changer de look » … « Je ne supporte plus mon apparence » … « Quel traitement, quels médicaments » … « Chirurgie esthétique »… « Nutrition équilibrée » … etc…

Le business fait son plein. Toutes les générations sont touchées. De l’enfance au 4ème âge, il n’a jamais été autant question des problèmes liés à la réalité corporelle.

Ok, ceci n’est valable que pour nos sociétés occidentales ou américaines.

Accepter son corps lorsque l’apparence joue un rôle important ne va pas de soi, même si le culte « Barbie » tend à  se dissiper.

Encore plus difficile de l’accepter lorsque les pensées sont parasitées par des croyances, des tabous, des préjugés.

De plus, il faut l’accepter dans sa globalité :

Ø Son grain de peau

Ø Sa densité – ni trop gros, ni trop maigre

Ø Ses défauts

Ø Ses limites

Ø Ses allergies

Ø Ses rides

Ø Ses maladies

Ø Ses handicaps

Ø Sa souplesse

Ø

Avec en plus :

Ø L’image que l’on a de soi, donc de son corps

Ø L’histoire qui est inscrite en lui

Ø Ce qu’il a subi

Ø Les signes de l’âge

Ø

Pour un grand nombre de personnes, le temps passé à chercher comment contrer ce qui n’est pas acceptable prend une place importante. C’est d’ailleurs ce qui fait la fortune de tous ceux et celles qui proposent des recettes miracles pour vous aider à accepter ce que vous n’acceptez pas sous de savants maquillages.

ü Paraître plus jeune

ü Effacer les rides

ü Etre en forme au moment de la retraite

ü Maigrir sans jamais reprendre

ü Etre bien dans sa peau et dans sa tête

ü En finir avec la cellulite

ü

Si certaines approches sont réalisées dans le but de vous aider à entrer dans l’acceptation de ce qui est, la majorité sont principalement destinées à entretenir le culte de ce que doit être un corps parfait.

Mais … un corps parfait, est-ce que ça existe ?

Plutôt que de contrer ce que vous n’acceptez pas, essayez d’entrer dans une nouvelle attitude qui puisse vous permettre de vous reconnaître un peu moins parfait/e que ce que vous aimeriez être.

Etes-vous agressif/ve envers lui ?

Si nous devions établir une liste des agressions possibles envers le corps, celle-ci serait très très longue.

En voici quelques unes :

ü Masquer les imperfections de la peau sous une épaisse couche de fond de teint – au risque de boucher les pores et de ne pas donner l’oxygène nécessaire à la peau

ü Rester sous le soleil de midi avec une peau claire et fine – au risque de brûler simplement parce que vous désirez être aussi bronzé/e que votre voisin qui a la peau mat.

ü Manger des sucreries alors que votre taux de diabète est important – au risque de faire grimper votre glycémie et de la neutraliser avec une dose supplémentaire d’insuline.

ü Refuser de prendre un antidouleur sous prétexte que cela va passer – au risque de faire endurer à votre corps une souffrance qui va l’empêcher de se régénérer dans un sommeil réparateur.

ü Vous nourrir plusieurs fois par semaine dans des fast-foods  et négliger un apport de produits frais parce que c’est plus simple et plus rapide – au risque de subir une montée de cholestérol ou une perte de vitamines.

ü Rester jusqu’à plus d’heure devant votre écran de télévision alors que vous tombez littéralement de fatigue – au risque de ne pas trouver le sommeil une fois couché/e

ü Tester tous les produits qui vous tombent sous la main parce que vous voulez dompter ces imperfections qui vous agacent – au risque de subir d’autres désagréments comme une allergie subite ou une maladie de peau plus grave encore.

 

Ces agissements sont de véritables agressions que vous faites subir à votre corps. Pour en revenir à l’image d’une entreprise, c’est un peu comme si vous acceptiez de travailler dans des conditions où l’hygiène n’est pas prise en compte.

L’ignorez-vous avant d’entreprendre un effort physique …  Agissez-vous en fonction de ses énergies

C’est quelque chose que je connais bien.

Il y a quelques années, j’aurais répondu que j’agissais en fonction de ses énergies mais que je l’ignorais avant d’entreprendre un effort physique.

En fait, j’agissais surtout en fonction de mes envies, de mes défis. J’agissais comme si je voulais prouver au monde entier que j’étais forte, que je n’avais pas ou peu de limites.

En ce qui concerne les efforts physiques, il y a longtemps que mon corps connaissait des limites. Pas d’activités physiques dans ma jeunesse, donc pas d’entretien spécifique mais lorsque qu’il s’agissait de conduire durant plus de 12h, pas de problèmes.

Lorsque je me mettais comme défi de faire mon jardin en une journée, j’avais le physique qu’il fallait. Idem pour organiser des week-ends, pour être au four et au moulin.

Le corps a des limites. Il parvient à les dépasser si on le force un certain temps. Un jour il commence de « grincer » et peut aller jusqu’à s’arrêter.

Combien d’accidents sont à l’origine d’une non-écoute des énergies du corps ? Sans doute, bien plus que ce que nous pensons.

Cette écoute ne concerne pas uniquement les efforts à fournir. Ce n’est pas qu’une question d’endurance.

Cette écoute concerne également ce que le corps demande avant d’entreprendre quelque chose.

ü A-t-il l’énergie nécessaire ?

A certains moments il peut ne pas avoir cette énergie requise pour faire la fête toute la nuit ou pour assister à un match.

A d’autres moments il peut être « à plat » et vous empêcher de faire ce que vous aviez prévu.

ü Est-il suffisamment entraîné pour vous permettre d’aller au bout de votre journée sans vous casser le nez ?

Cela peut concerner une journée de ski ou une randonnée en montagne.

Cela peut concerner également une attention particulière qui fait appel à d’autres tâches, comme : écouter – animer – accueillir – faire des choses non habituelles – etc.

ü A-t-il les ressources nécessaires pour accomplir ce que vous vous êtes fixé ?

Ressources énergétiques mais également ressources physiques.

ü Est-il en bonne santé ?

Un état grippal, ou début de rhume peut être un signal pour vous éviter de trop tirer sur ses forces possibles.

Une fatigue qu’elle soit physique ou psychologique est également à prendre en compte.

Un traitement médical peut vous empêcher de faire certaines choses ou vous mettre en garde contre des risques que peuvent causer les médicaments.

ü

Se mettre à l’écoute des forces et des énergies de son corps n’est pas anodin.

L’écoute va vous permettre d’entrer dans l’acceptation de ce qui est. Elle va vous permettre également de ne pas le maltraiter.

Important également

Se mettre à l’écoute, ce n’est pas … s’écouter.

Durant ma longue durée en physio j’ai appris à faire la différence.

Certaines personnes ne parviennent pas à vivre une rééducation physique tout simplement parce qu’elles s’écoutent … sans écouter le corps qui demande qu’un effort soit fait pour retrouver son autonomie.

Elles écoutent leur peur d’avoir mal, de ne pas réussir, de garder des séquelles. Elles ne font pas confiance au pouvoir générateur de leur corps. Elles ne font pas confiance en la possibilité de pouvoir vivre autrement si certaines facultés leurs sont enlevées.

Elles écoutent les autres, ceux et celles qui disent qu’elles doivent faire attention, qu’elles ne pourront plus jamais faire ceci ou cela.

Elles écoutent aussi leur non-envie de faire quelque chose pour se sentir mieux dans leur corps.

Votre corps a des ressources. Elles ne sont pas inépuisables mais elles sont très grandes.

Etre en amitié avec soi passe par un « mariage » avec son corps, avec ce qu’il est, avec ce qu’il a déjà vécu, avec ce que vous désirez vivre en partenariat avec lui. 

A bientôt.


 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Publié dans Outils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gobet 02/05/2013 10:20


Ce que j'ai trouvé fabuleux dans ce travail était de pouvoir avancer au fur et à mesure des articles qui me parvenaient, donc au fil des jours les étapes se succédaient et je me sentais
avancer dans mon ressentis, mes reflexions. C'étais intéressant et stimulant,  fabuleux travail pour toi et belle prise de conscience pour moi. Belle journée, et peut être bientôt le vrai
printemps, toute ma gratitude. bisous.   

gobet 01/05/2013 15:48


C'est quand il m'a trahi, lâché que j'ai commencé à percevoir qu'il fallait que je m'en préocupe, après avoir été un outil j'ai d'abord dû me rendre à l'évidence, il à été au service de ma
survie, aujoud'hui j'ai appris à le respecter et lui témoigne toute ma gratitude. Le corps ça d'abord été un gros sac de gravat, aujourd'hui c'est un bon ami.Toute ma reconnaissance pour ce
grand chantier qui t'as pris des jours de travail. gros becs.

processuscroissance--blog.com 02/05/2013 08:05



Coucou


Tu apportes un témoignage précieux sur ce blog.


Oui, beaucoup de personnes prennnent conscience de l'importance du corps lorsque celui-ci commence de lâché.


Vient alors la perception qu'il est nécessaire de l'écouter, d'apprendre à lire ses messages, de le considérer autrement.


Sa force de régénérance est très puissante et même s'il garde des séquelles, même s'il a besoin de soins plus spécifiques, il s'adapte à notre nouvelle manière de vivre.


Tout belle journée à toi.