Les émotions font vibrer votre sensiblité en bleu ou en noir

Publié le par processuscroissance--blog.com

De celles qui vous permettent de monter la voile à celles qui vous obligent à lutter contre la tempête

Nous sommes toujours dans le registre des émotions.

Plusieurs articles ont traité les émotions agréables qui se situent dans les familles du bonheur, de la joie, de la paix, de l’amour.

Lorsque vous vivez un état émotionnel faisant partie du registre de l’agréable, apporte cette sensation que vous êtes face à des vagues qui vous donnent envie de monter la voile pour naviguer sur les océans paisibles de votre sensibilité.

Une sensation, une émotion agréable devient un  vent  léger, comme une brise qui vous permet d’avancer dans votre vie, de tenir la barre avec confiance.

Toute-voile-dehors.jpg

C’est tellement bon que vous aimeriez que cela dure éternellement.

Tous les marins, tous les capitaines le savent : Une tempête peut  toujours s’annoncer même si le ciel est bleu.

Et c’est bien ce qui se produit au cœur de notre sensibilité. Vous pouvez vivre par exemple un grand moment de bonheur et votre ciel intérieur soudain s’obscurcit et vous plonge au cœur d’une tempête que vous n’aviez pas vue venir.

Et c’est ce qui est le plus difficile alors à vivre.

Pourquoi est-ce que le bonheur ne dure pas ?

Pourquoi est-ce qu’il n’est pas possible de se sentir bien tout le reste de sa vie ?

Pourquoi faut-il toujours passer par des moments difficiles, des épreuves alors que vous courez après le bonheur, l’envie d’être heureux, heureuse ?

Entre nous, ces pourquoi ont-ils une réponse ?

C’est un peu comme si le marin se disait : « Je pars en mer par temps calme et j’atteindrais le continent suivant sans avoir à me confronter à une perte de vent ou à des vents tempétueux. »

C’est possible si son voyage est limité dans le temps. Mais si son voyage est prévu sur plusieurs semaines, il ne peut en être certain. Même si la météo est annoncée au beau fixe, il ne peut s’y fier aveuglément.

Votre voyage c’est celui de votre vie, la durée de votre vie.

Faire face aux moments où les vents annoncent une houle plus forte

Une houle plus forte, ce n’est pas encore la tempête. C’est suffisamment désagréable, déstabilisant pour vous permettre de prendre conscience que vous n’avez pas en toute circonstance le pied marin.

De plus, le ciel peut être d’un bleu limpide sans aucun nuage à l’horizon et pourtant les vagues montent et descendent de plus en plus fortement.

Il se passe quelque chose en vous qui n’est pas agréable.

Lorsque vous commencez à ressentir les effets de la houle plusieurs attitudes s’offrent à vous.

Ø Vous pouvez en vouloir aux gens de la météo qui vous garantissaient une mer calme jusqu’au bout de votre voyage.

Plusieurs livres vous proposent d’apprendre à gérer vos émotions pour vous sentir bien en toute situation. Ils vous disent, d’une certaine manière que vous pouvez entreprendre le voyage de votre vie sans risque de tempête.

Ø Vous pouvez chercher le port le plus proche et vous réfugier jusqu’à ce que cela se calme.

Ce port n’est  jamais très loin et vous savez que vous pouvez compter sur les amis, les proches qui y habitent. Ils seront là pour vous remonter le moral, pour « attacher » votre bateau, pour remplir votre besoin de sécurité.

Ø Vous pouvez crier, hurler, traiter de tous les noms les éléments déchaînant.

C’est ce qui se passe lorsque vous en voulez à la terre entière de vous sentir ainsi, de subir à nouveau ce que vous ne voulez pas, de ne pas pouvoir maîtriser le temps.

Ø Vous pouvez aussi renoncer à voyager, ne plus risquer de vous heurter à une houle qui risque de vous faire perdre pied.

Prendre la décision de rester au bord de l’océan sans jamais vous aventurer plus loin que l’eau à vos chevilles.

Il existe des personnes qui préfèrent rester sur le rivage et qui n’ont aucune envie de voyager au cœur de leur vie.

Ø Vous pouvez apprendre à naviguer en tenant compte des houles possibles, des orages, des tempêtes.

Vous pouvez apprendre à vivre le voyage de votre vie en accueillant et en acceptant vos émotions désagréables.

Comment ?

C’est ce que nous verrons dans les prochains articles.

Entre nous … le petit plus du coach …

Que vous le vouliez ou non vous êtes sans cesse confronté/e à des émotions qui sont désagréables.

Ces émotions se situent dans des familles différentes : trouble, fatigue, peurs, tristesse, colère, culpabilité, jalousie. Elles vous mettent dans des états très différents, selon ce que vous ressentez alors.

La pulsion première est souvent de refouler, de mettre sous couvercle l’émotion.

En tentant de ne pas les ressentir, de les ignorer vous faites tout ce qu’il faut pour qu’elles prennent plus de puissance en vous.

Qu’est-ce qui serait, à votre avis plus confortable pour vous aider à faire face à la houle ainsi présente ?   

Participez vous aussi à l’enrichissement de ce blog

Comment gérez-vous les moments où vous êtes submergé/e par une émotion désagréable ?

N’hésitez pas à partager sur ce blog.


  Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article