Mon blog fête ses 2 ans

Publié le par processuscroissance--blog.com

Partage d’une aventure extraordinaire

 Le 10.10.2010 à 11h, la première page de mon blog était publiée.

C’était celle-ci.

Je suis arrivée avec tout un bagage professionnel et plein d’idées dans la tête pour vous transmettre ce qui est important à mes yeux.

Depuis, il y a eu :

Ø 162 articles publiés

 Ø 10 articles qui ne figurent plus dans le sommaire

Ø Un calendrier de l’avent 2011 qui s’est échelonné entre le 1er et le 25 décembre et qui a été éphémère

C’est aussi :

Ø 17 305 pages qui ont été vues

Ø 9 821 visiteurs uniques

 

Les raisons qui m’ont conduite à créer ce blog

J’ai toujours aimé écrire … lire et écrire …

Cette passion a été, depuis l’école : malmenée, dénigrée, jugée, non comprise, pas acceptée mais jamais détruite.

Je me souviens de ce jour où au retour d’une course d’école, le prof nous a demandé d’écrire une composition sur quelque chose qui nous avait marqué au cours de la journée.

J’avais été frappée de voir la rivière pleine de mousse blanche qui s’accrochait aux branches basses, recouvrait les pierres et apportait une odeur nauséabonde. Cette mousse n’était pas agréable au toucher. Ici et là, des truites flottaient.

Ma composition a retraduit ce que je ressentais. A 10ans, cette mousse venait, pour moi, des produits de lessive qui étaient déversés dans la rivière sans avoir pu se dilué complètement dans les nouvelles machines à laver.

Je terminais ma composition en disant qu’il fallait faire quelque chose pour ne plus faire mourir tous les poissons.

La note a été très basse.

Quand on écrit, on prend des faits réels, on ne raconte pas des histoires, on n’entre pas dans un délire.

Quelques mois plus tard, je récidivais. La composition était libre et devait faire 2 pages.

La mienne était l’histoire d’un banc sur un quai de gare. Un banc qui m’avait parlé, qui m’avait dit ce que vivaient les gens qui venaient s’asseoir, ce qu’elles ressentaient en attendant le train.

La note à été 0. Zéro en composition et soupçonnée d’avoir copié dans un livre. Zéro en style car il n’y avait aucune construction littéraire et bien sûr, zéro en orthographe.

De quoi ne plus avoir envie de toucher à l’écriture.

Et j’ai continué d’écrire. Pas pour les autres, mais pour moi, pour mon plaisir. Combien d’histoire, de début de romans ai-je ainsi composé ? Il me serait impossible de les comptabiliser.

Ce plaisir d’écrire je l’ai vécu intensément tout au long de mes analyses et de mon travail en développement personnel.

Ce plaisir d’écrire je l’ai nourri à l’occasion d’anniversaires, de fêtes diverses.

Cette passion pour l’écriture a risqué d’être totalement détruite en septembre 2008.

Je m’étais avancée pour dire que je serais d’accord de prendre la relève dans la publication annuelle d’une lettre interne.

Une collègue a dit : « Je refuse. Je refuse qu’elle prenne cette responsabilité. Elle ne sait pas parler au public, elle ne sait pas écrire. »

La voix et le geste en accord avec son refus.

J’ai senti le sol se dérober sous mes pieds. J’ai ressenti à ce moment-là quelque chose qui doit ressembler à une sentence de mise à mort.

Trois mois plus tard, je prenais mon envol en tant que libérale. Je créais mon entreprise.

Je ressentais le besoin d’écrire, de transmettre un peu de cet essentiel qui m’avait permis de me vivre debout et libre.

Je me suis donc lancée dans l’édition d’un bulletin mensuel envoyé à une centaine d’abonnés. Un bulletin de 4 pages.

Un jour, j’ai pris la décision d’arrêter l’édition du bulletin et de créer un blog qui me laisserait plus d’espace pour écrire.

Aujourd’hui

Je peux dire que je porte en moi les cicatrices de tous ces moments où j’ai été non reconnue dans ma passion pour l’écriture.

Je peux reconnaître humblement que je n’ai pas toutes les bases. Je peux aussi reconnaître que ma manière d’écrire est celle qui me correspond.

Je peux me sentir heureuse de ce que je fais.

Mon blog fête ses 2 ans d’existence et il va continuer à vivre

Aujourd’hui, je peux également pressentir que 2 ans c’est juste ce qu’il me fallait pour reprendre confiance en moi, pour donner tout ce que je pouvais.

Aujourd’hui je perçois tout ce que j’ai encore envie de donner.

Aujourd’hui, je peux me tourner vers l’avenir.

Aujourd’hui je peux me diriger vers ce qui deviendra un jour les 5 ans d’existence de mon blog.

Ce qui me tient à cœur de vous dire

Vous avez sans doute, au fond de vous, une passion.

Elle peut se situer dans un tout autre domaine : la peinture, la musique, la créativité, la cuisine et bien sûr, aussi, l’écriture.

Comme moi, vous avez peut-être été blessé/e profondément à cause de cette passion.

Vous l’avez peut-être mise en sommeil, vous vous êtes peut-être interdit de la vivre pour ne pas en souffrir.

En faisant cela, vous vous interdisez à vivre quelque chose de vous.

C’est dommage.

N’avez-vous pas, par moment, envie de ressusciter cette partie de vous ?

Alors, osez faire revivre ce qui vous tenait tant à cœur.

Osez retrouver votre bonheur d’antan.

Osez renouer avec ce qui a été et reste pour vous un centre d’intérêt.

Ne laissez pas les personnes qui vous ont blessées gagner la partie. Reprenez votre gouvernail et lancez-vous dans votre propre aventure.

Vous y gagnerez en liberté, en autonomie, en espace intérieur.

Là où tout a été mis en œuvre pour vous détruire, vous pouvez retrouver quelques semences et vous en servir pour faire refleurir ce qui vous semble être devenu un désert.

A vous de jouer !

Je n’ai jamais abandonné l’écriture. Vous pouvez agir de même et retrouver le plaisir d’une passion.

Je n’ai jamais voulu donner raison à ceux qui me jugeaient car je voulais garder ce qui me revenait. Vous pouvez faire de même.

Je n’ai jamais fait taire la petite voix intérieure qui m’invitait à traduire en mots ce que je ne m’expliquais pas dans mes maux. Votre créativité, quelque soit le domaine, peut vous y aider également.

Pour terminer, je vous offre ce poème, écrit au début de mon cheminement personnel. Il est le reflet du comment j’ai essayé de retranscrire une étape importante de ma vie.

A qui donnerai-je de l’importance si je ne suis rien, si ma vie n’est que passage, si je la laisse s’écouler sans rien retenir … Qui serait important ? Quoi serait important ?

Ma vie est un monde inconnu

au visage reconnu.

Comme la terre cache le secret de sa naissance,

un trésor est enfuit dans le fleuve de mes reins.

 

Océan, désert, montagne et vallée

telle est ma vie.

Lumière et ténèbres,

orage et sérénité,

amour et haine

en marquent les frontières et les passages.

 

Ma vie est une force, qui, en moi,

retient l’avalanche meurtrière de la haine

pour offrir l’arc-en-ciel de l’amour.

 

Ma vie, elle est là, jardin ensemencé

amie ou ennemie,

selon ce que je veux.

23.02.1993 – Madeleine


 

 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

 

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

 

Publié dans Divers

Commenter cet article

Ruth 10/10/2012 21:14


BRAVO! 2 ans déjà...avec tant de courage, d'idées, d'aide, de créativité etc etc pour aborder les thèmes qui te tiennent à coeur et avec lesquels tu offres de l'aide, de l'encouragement, de
soutien, de pistes à choisir pour avancer sur le chemin de la vie!


MERCI, et bonne continuation, je suis sur qu'il y a encore beaucoup d'idées dans les niches de ton coeur!

processuscroissance--blog.com 10/10/2012 21:17



Bonsoir Ruth,


Merci pour tes voeux ... Oui, 2 ans déjà et comme tu le dis, encore beaucoup d'idées à mettre en pratique ces prochains mois.


Bonne route à toi.



Huguenin Danièle 10/10/2012 19:01


Chère Madeleine,


Félicitations pour ce bel anniversaire, et surtout pour ta persévérance et ta créativité. Chacun de tes articles témoigne de ton amour des mots et de la Vie qui triomphe des forces contraires.
Merci de semer généreusement tes perles de sagesse aux 4 vents de la toile, nul doute qu'elles germent quelque part, là où on prend le temps de te lire sans a-priori ! Et bon vent pour la suite
...


Danièle

processuscroissance--blog.com 10/10/2012 21:15



Bonsoir Danièle,


Merci pour ton message plein d'entrain. Oui, je pense que le fait de semer peut germer ailleurs, là où le besoin de vie est recherché.


Bonne route à toi.