Ne pas se laisser envahir par les tracasseries du quotidien

Publié le par Madeleine Moreau

La prise de recul ou l’ouverture du regard sur les choses

Dans tout quotidien, le vôtre comme le mien, nous vivons des tracasseries. Vous savez, ces petits trucs qui nous arrivent et qui ont le don de nous énerver, parfois, au  plus haut point.

Il suffit de pas grand-chose : une pincée de sel de trop dans l’omelette, les clés qui restent introuvables alors que l’on est déjà en retard, un téléphone qui entame notre planning … et nous voilà à fleur de peau.

Il suffit parfois d’un réveil difficile après une courte nuit, d’un mal de tête qui s’installe sans aucune raison … et nous voilà les 2 pieds dans le même soulier à essayer d’avancer comme cela nous est possible.

Cela vous fait sourire ?

J’en suis heureuse. Parce que, cela veut dire que vous réagissez comme tout le monde.

Oui, ces petites tracasserie, lorsque nous en faisons la liste, et surtout lorsqu’elles sont derrière nous, ont le bienfait de nous faire sourire.

Ce n’est qu’après qu’on se dit : « c’est pas possible de s’énerver pour de si petites choses ? »

 

Prendre du recul, élargir son regard

Ce matin, après avoir pris mon petit déjeuner, je regarde mon agenda. J’ai pas mal de choses programmées ce week-end et la semaine prochaine.

horloge.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et … horreur … mais comment j’vais faire … ce n’est pas possible … mais où ai-je la tête ?

Voilà le tableau :

Je suis absente cet après-midi, ce soir, demain toute la journée. Lundi j’ai un imprévu qui est venu s’ajouter à ce que je voulais faire. Mardi j’ai des rendez-vous à l’extérieur, je ne serais pas de retour avant 18h30 et j’ai des visites prévues pour … 18h30 …

Quand vais-je pouvoir faire mes courses ? Comment je vais pouvoir m’organiser ?

Une journée, ça n’a que 24h !

Je tourne et retourne la problématique dans tous les sens. En plus, j’ai pris du retard dans d’autres choses.

Bon, mes rendez-vous de mardi, je peux les décaler … mais ils sont importants.

Mon repas pour mardi soir, je sais ce que je vais faire et avec une bonne organisation, c’est faisable, mais quand est-ce que je vais faire mes courses ?

Une situation typique, mais pas banale me direz-vous.

Vous avez raison. Il faut s’appeler Madeleine pour vivre une telle situation, ou, être mal organisée, tête en l’air pour en arriver là.

Tsss tsss tsss … je suis sûre que ça peut également vous arriver.

Alors, comment agir dans de tels cas ?

Prendre du recul, élargir son regard, il n’y a rien de mieux.  

Voici ce à quoi j’arrive dans ma réflexion d’il y a quelques instants. Lisez-là et adaptez-là le jour où vous serez pris dans l’engrenage du « J’y arriverai jamais, c’est impossible ! »

Je ne peux rien changer à mon planning du week-end … ça, c’est dit ! Disons plutôt : je ne vais rien changer

Mais, je quitte la maison à 15h. Il est 11h et mes dossiers sont faits.

Lundi, mon après-midi est « cuit » selon l’expression d’usage, et, ici en Suisse, les magasins sont fermés le dimanche et le lundi matin.

Je pars mardi à 12h30 pour rentrer à 18h30, lorsque mes invités arrivent.

Je dois donc trouver une solution pour mes courses, mon repas. « y’a pas l’feu au lac » !

Pas de panique, je vois mieux l’ensemble de la situation :

Aujourd’hui :

Du temps pour écrire mon article du jour … en plus, il est facile puisque je n’ai qu’à faire un compte-rendu de ce que je suis entrain de vivre.

Ensuite, prendre une douche, réunir mes affaires et mes dossiers pour demain.

Il me reste du temps pour aller faire mes courses. Mardi, je prévois pour le souper une choucroute, donc je ne vais pas perdre de temps à savoir quoi acheter.

Lundi :

Le matin, rien de spécial de prévu dans mon agenda, donc je peux commencer ma choucroute … c’est tellement meilleur quand elle est réchauffée … Ok, ça c’est fait.

Et, pendant que ma choucroute mijote, je peux passer l’aspirateur.

Mardi :

Le matin, je peux dresser ma table. Mettre la bière et l’eau au frais, me préparer pour mes rendez-vous.

Etre de retour au moment de l’apéro, réchauffer ma choucroute et vivre une bonne soirée avec mes invités

Tout cela, sans stress.

Wouahhhhhhh

Je me sens bien mieux. Tout semble entrer dans l’ordre. Ce qui me semblait chaotique il y a quelques heures devient transparent.

Je ne me traite pas de tous les noms d’oiseaux, je me fais un grand sourire, je suis contente de moi.

J’ai juste pris un peu de recul pour ne pas laisser ma sensibilité et mon imaginaire partir dans tous les sens, j’ai regardé mon emploi du temps autrement, j’ai réorganisé mon planning.

Je peux juste espérer une chose : que tout se déroule comme je viens de le définir.

Conclusion

Prendre du recul pour ne pas laisser de place aux tracasseries du quotidien, c’est : prendre un peu de temps pour essayer de voir la situation autrement.

Ce n’est pas toujours aussi simple que je viens de faire, mais il y a toujours une solution qui s’offre à nous.

Si la problématique vous semble insurmontable, comment pouvez-vous l’apprivoiser ?

Avez-vous d’autres manières de faire ? Je serais heureuse de les découvrir, alors n’hésitez pas à partager sur ce blog.

Je vous souhaite un excellent week-end,  à bientôt.


 

 

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Susan 15/01/2014 23:53


Très bon article. Merci infiniment pour le partage

susan 11/01/2014 22:12


Merci infiniment pour ce super article

Madeleine Moreau 12/01/2014 09:40



Bonjour Susan


Merci d'être venue faire un petit tour sur ce blog, à une prochaine fois, j'espère.


Bonne journée


Madeleine