non moi s'juis pas comme ça !

Publié le par processuscroissance.over-blog.com

La bague magique : 7

Nous nous défendons de ce que nous n’aimons pas chez nous

Un jour, dans une auberge, le prince vit un homme se mettre dans une colère terrible et briser tables et chaises. Il voulut punir cet homme. Mais il demanda d’abord conseil au génie.

"Punis-le", dit le génie. "Cet homme est violent et dangereux."

"Tu me trompes encore", dit le prince.

"C’est vrai. Cet homme a mal agi. Mais si tu ne supportes pas sa colère, c’est avant tout parce que tu es toi-même colérique et que tu n’aimes pas te mettre dans cet état. Cet homme est ton miroir."

Ouille tous ces défauts que je cherche à cacher, à maîtriser, à tenir hors de la vue des autres … et surtout ceux  que je renie haut et fort quand quelqu’un m’en fait la remarque.

se-mettre-la-tete-dans-un-sac.jpg

Mais, lorsque en face de moi quelqu’un a exactement la même attitude que celle que je refuse avoir de mon côté, alors, le moindre que je puisse dire, c’est que cela ne me laisse pas indifférente.

Ces « défauts » ou, si vous préférez : « émotions négatives ; réflexes ; défenses ; besoins non exprimés ; etc. » vous sautent au visage surtout lorsque vous ne vous y attendez pas.

Qui aime se reconnaître : « colérique ; hyper sensible ; soupe au lait ; tyrannique ; jaloux ; dépendant ; critique ; incompétent ; susceptible ; violent ; manipulateur  … »

Personnellement, je n’en connais pas. Par contre, je connais des personnes qui peuvent aujourd’hui qu’elles ont été ceci ou cela.

A l’inverse, nous aimons nous reconnaître : « pacifique ; conciliateur ; à l’écoute ; empathique ; compétent ; aimant ; aidant … »

Quoi de plus normal ? Après tout, nous avons droit à notre jardin secret, pas vrai ?

Oui, mais voilà, parce que nous ne sommes pas des solitaires purs et durs, parce que nous ne vivons pas sans être en contact avec au moins la société, il y a de fortes chances pour que nous nous trouvions un jour face à nos « démons » intérieurs.

Et là, boum …. nous allons réagir violemment … que ce soit exprimé vers l’extérieur ou intérieurement.

Nous allons avoir du mal à accepter, à essayer de comprendre, à faire comme si de rien  n’était.

Même si la réaction se produit intérieurement, vous allez avoir du mal à le cacher.

Le premier mouvement que vous allez ressentir sera de juger la personne qui est en face de vous. « Non, mais c’est pas possible … C’est impardonnable … Quel manque de savoir vivre … Non, mais, il/elle est malade … etc. »

Le deuxième mouvement sera de prendre du recul, de vous défendre : « Heureusement, je suis pas comme ça … Faudrait que quelqu’un fasse quelque chose contre ça … Faudrait que quelqu’un lui apprenne à vivre … S’il/elle se voyait … etc. »

Cette prise de distance est obligatoire. Sans elle, vous seriez capable de faire des choses que vous regretteriez par la suite … et, surtout, de vous tromper de cible.

levres-pas-contente.jpg

Mmm’vouais … mais qu’est-ce que ça veut dire en clair ?

Relisez la fin de l’extrait de la fable : « Cet homme a mal agi. Mais si tu ne supportes pas sa colère, c’est avant tout parce que tu es toi-même colérique et que tu n’aimes pas te mettre dans cet état. Cet homme est ton miroir."

J’ai un jour entendu une formatrice dire dans un cours que ce que nous aimons le moins chez l’autre c’est le signe que nous avons également cela en nous.

Je n’étais pas d’accord avec elle, mais pas du tout. J’ai sûrement fait de la gymnastique avec mes lèvres pour souligner mon désaccord. Aujourd’hui, je ne suis pas à 100% d’accord.

Il y a des situations où ce sont mes valeurs qui sont touchées, des situations qui me font bondir au plus profond de mes entrailles. La maltraitance par exemple : je ne suis pas une maltraitante … j’ai souffert de maltraitance … je n’ai pas reproduit cela sur mes enfants. Voilà pourquoi je ne suis pas 100% d’accord.

Mais, je dois également le reconnaître, je réagis fortement lorsque je suis en face d’une scène qui n’est que le reflet de ce que je cherche à cacher de mon côté obscure, et cela représente, disons, plus du 70% !

C’est un beau terrain pour avancer dans la découverte de soi !

Et si nous avons la bague magique ? Est-ce que le taux va tomber à 5, 10 % ?

Si c’était aussi magique que ça …

Vous avez toujours en tête les deux aidants qui œuvrent lorsque vous tournez votre bague ? « Habitudes » et « Conscience Personnelle »

Dans la situation prise aujourd’hui, leur rôle est un peu différent. Chacun à un rôle qui nous dérange.

« Habitudes » se fait notre sauveur. Il sait très bien que si nous prenions conscience que l’autre ne fait que refléter une facette de nous, nous allons faire plus de mal que de bien … nous avons sous la main le coupable idéal … l’autre ! Et c’est tellement plus confortable de nous attaquer à « un autre » qu’à soi-même !

Alors, il nous pousse à juger, à condamner, à refuser, à punir …

« Conscience Personnelle » va simplement nous mettre dans un face-à-face intérieur, nous dire que nous réagissons aussi vivement parce que nous voyons notre reflet dans l’attitude de l’autre, l’autre est devenu le miroir dans lequel nous nous regardons.

C’est difficile à accepter, pourtant, c’est la seule chose à faire si nous voulons changer nos côtés obscurs et vivre dans plus de lumière, de transparence, d’authenticité.


Les articles précédents :

La bague magique des insatisfactions

La confiance trahie

 Ces discours qui nous pompent

Jalousie, quand tu viens nous harceler ...

Compétences ou compétition ?


La semaine prochaine je vous retrouve pour vous parler des 30%. A bientôt.

Commenter cet article