Perdant ? Gagnant ? Quelle est l’attitude que vous adoptez lorsque vous devez agir ?

Publié le par Madeleine Moreau

Vous connaissez l’illustration du verre à moitié plein ou à moitié vide ?

L’optimiste (le gagnant), répond qu’il voit un verre à moitié plein.

Le défaitiste (le perdant), répond qu’il voit un verre à moitié vide.

Le réel, c’est un verre qui est rempli jusqu’à la moitié !

Par cette illustration, vous allez découvrir comment votre attitude de percevoir les choses peuvent avoir une influence importante dans les résultats que vous obtenez dans votre vie.

  avancer

****

J’habite dans un pays où nous sommes régulièrement invités à voter. Que ce soit pour une nouvelle loi, un subside, une rectification dans les statuts fédéraux, une élection, nous avons un pouvoir de décision.

Avant chaque votation, il y a des débats, des informations qui viennent de multiples horizons, des arguments qui avancent le pour et le contre.

Nous sommes ainsi, je dirais, « outillés » pour voter « intelligemment » !

Mais … il y a, généralement, que le quart des citoyens qui votent.

Ceux qui voient le verre à moitié vide sont ceux qui ne sont pas convaincus, qui trouvent qu’il manque quelque chose, qui pensent que rien ne changera, qui doutent des résultats consécutifs à l’acceptation ou au rejet de l’initiative. Donc, ils ne se prononcent pas.

Ceux qui voient le verre à moitié plein … ou juste un verre qui est rempli jusqu’à la moitié, généralement, se prononcent. Ils vont voter.

****

C’est ce qui se passe dans notre vie de tous les jours.

C’est comme si chaque matin, nous devions voter pour décider quelle impulsion nous allons donner à notre journée.

C’est comme si à chaque fois que nous devons agir, nous avions entre les mains, une carte qui indique : [ok], ou : [pas ok].

Soit nous avons l’assurance, la confiance, une bonne estime de soi et nous agissons dans une attitude de gagnant. Soit nous manquons d’assurance, de confiance, nous avons une image négative de nous-même et nous agissons dans une attitude de perdant.

Comment reconnaître l’attitude qui est dominante en vous ?

Si vous avez une attitude de « perdant », il est fort possible que vous ne voyez pas les choses comme elles sont.

Voici deux exemples :

        Jacques travaille depuis plusieurs années dans une entreprise qui est en plein essor.

Il vient de voir une offre d’emploi de chef d’atelier, et, c’est l’atelier dans lequel il travaille depuis tant d’années.

 Il sait qu’il pourrait remplir toutes les charges, qu’il correspond en tous points au profil.

 Ses collègues, ses amis, son épouse … tout le monde lui dit qu’il devrait demander un entretien au RH pour obtenir ce poste.

 Mit sous pression, avec, aussi en lui, une aspiration réelle à grimper les échelons de la réussite professionnelle, il se décide à demander un entretien.

 Dans sa tête, plein de choses se bousculent :

Ø Il sait qu’il pourrait correspondre à la personne qui est recherchée, qu’il a les compétences et surtout l’expérience pour cela.

Ø Il sait également qu’il n’a pas de diplômes à présenter, que, au jour d’aujourd’hui, il faut au moins avoir fait une haute école pour obtenir un poste à responsabilité, qu’il fait partie des vieux meubles, qu’il n’est plus tout jeune, donc, qu’il n’a aucune chance d’obtenir ce poste.

Il se rend à l’entretien avec l’attitude de la personne qui part perdante … donc, persuadé qu’il sera gentiment invité à regagner sa place de travail.

Résultat : il n’a pas été retenu comme candidat potentiel. (Rien ne dit qu’il aurait été retenu s’il avait eu une attitude gagnante).

        Chantal se trouve dans une situation difficile.

Des ennuis de santé ne lui permettent plus de s’occuper de son ménage.

Elle s’épuise à quand même le faire. Ses enfants qui vivent éloignés de chez elle, ses amies, son médecin, tout le monde lui dit qu’elle devrait faire une demande pour obtenir une aide ménagère.

D’ailleurs, elle est bien assurée, et, elle y a droit … elle le sait.

Elle le voudrait bien … mais dans sa tête, ce n’est pas le raisonnement qu’elle tient :

Ø Je vois bien que je n’arrive plus, que je n’ai plus l’énergie nécessaire.

Je sais que ce sera de plus en plus difficile, qu’il faut que je prenne soin de moi.

Je connais les prestations que je peux obtenir de mon assurance.  ….

Ø Si je demande, ils vont refuser ma demande parce que je suis encore trop jeune.

Ils vont me dire que je peux demander à mes enfants, que je peux payer une femme de ménage.

Ils vont refuser et me mettre dans un établissement médicalisé.

Tant que je suis encore un peu en forme, je dois continuer dans rien demander à personne.

Elle reste sur sa peur de demander et le risque que cela lui soit refuser.

Résultats : Elle s’épuise dans ses tâches ménagères, sa santé de s’améliore pas et ses amies se sentent impuissantes. Elle s’enferme dans une attitude de perdante face aux prestations qu’elle pourrait recevoir, ce n’est pas pour elle, c’est pour les autres !

Si vous avez une attitude de « gagnant », il est possible que vous viviez également ce genre de discours qui vous conduit à percevoir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Mais, vous agirez avec l’option d’obtenir ce que vous demandez !

Conclusion

Le réel, c’est un verre qui est rempli jusqu’à la moitié !

A chaque fois que vous devez agir, agissez avec l’option que vous allez réussir.

J’aime bien ce proverbe espagnol :

« De toute façon, le non, tu l’as déjà, alors qu’est-ce que tu risques ? »   


 

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance


 

N'ayez pas peur de donner votre avis :

Vos commentaires peuvent être précieux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jea 11/09/2013 11:20


Chère Madeleine,


Même si je ne commente pas souvent, je lis régulièrement tes articles et je profite ici pour te remercier de ce nouveau blog. Il me plaît, je le trouve frais et agréable à lire.


Concernant l'article du jour, je me dis que l'on est plus souvent pessimiste qu'on le croit. On ne s'en rend même pas compte !


Quant au proverbe espagnol, il me plaît beaucoup !


Amitiés


Jea


 

Madeleine Moreau 11/09/2013 11:56



Hello Jea,


Merci d'avoir laissé un commentaire.


Oui, tu as raison, nous sommes plus souvent pessimiste qu'on ne le croit ... ainsi, aujourd'hui, plutôt que dire : "nous avons bien profité d'une série de beau temps, et reste à venir l'été
indien ou l'été de la St-Martin ..." "Combien vont réagir en disant : " On paie d'avance la canicule est l'hiver va arriver plus vite qu'on le croit !"


A nouveau, tout est question du comment nous regardons les choses.


Toute belle journée à toi


Madeleine