Quand l’idéal de soi casse les clichés de la réussite

Publié le par Madeleine Moreau

3 décembre : Etre plus que parfait … une illusion

 

Dans notre société il n’est pas rare de ressentir qu’il faut atteindre la perfection pour grimper les échelons et arriver à la réussite.

 

Perfection dans les études, dans le travail, dans les loisirs, au niveau de la famille, dans ses relations …

 

Il faut réussir, il faut être mieux que les autres.

 

La publicité n’est pas en reste pour faire miroiter devant nos yeux un miroir aux alouettes … vous savez, ce qui semble être à notre portée et que nous croyons pouvoir atteindre sans trop d’efforts !

 

Mais, où situons-nous l’idéal de ce que nous aimerions être ?

 

Dans la réussite ? Dans le salaire que nous touchons à la fin du mois ? Dans le contenu de nos relations ? Dans la carrière que nous avons choisie ?

 

Dans ce sentiment de vivre réellement ce qui nous tient à cœur ?

 

L’idéal de la vie c’est devenir ce que l’on est profondément

 

Pensee-du-3-decembre.jpg

 

 Voilà quelque chose qui peut être une belle philosophie, difficile à appliquer.

 

Et pourtant …

 

Je pense à toutes ces personnes qui, à première vue, ne sont pas dans une réussite clinquante.

 

Les fins de mois sont difficiles, le travail n’est pas extraordinaire et le salaire est minimal. Elles ne roulent pas dans une voiture de luxe, ne partent pas en vacances à chaque relâches, même pas durant les vacances. Leurs enfants ne fréquentent pas les universités … ce sont des « petites gens » comme on disait autrefois.

 

Il y en a beaucoup qui ont ce profil dans mes relations.

 

Parmi elles, nombreuses sont celles qui pourraient dire qu’elles vivent l’idéal de la vie, c’est-à-dire une vie qui leur correspond, une vie qui est comblante au niveau affectif, relationnel.

 

Elles savent prendre des moments pour s’émerveiller, pour goûter les bonheurs que la vie leur donne, pour ouvrir leur porte et partager un repas en toute simplicité.

 

Elles se lèvent le matin en sachant que la journée sera difficile, mais que le soir venu, elles se retrouveront en famille, heureuses d’être réunies.

 

Elles profitent de chaque instant, sans chercher à avoir plus, sans ressentir une jalousie envers celles qui ont plus que ce qu’elles ont.

 

La volonté d’être toujours meilleur n’est pas une course vers la réussite, mais simplement de continuer à aimer, à donner, à partager, à espérer le bonheur des personnes qui leurs sont chères.

 

Parfois, nous cherchons à être meilleurs dans ce qui est l’extérieur de nous, alors qu’il faut chercher à devenir meilleur en ce qui est à l’intérieur de nous.

 

Une philosophie à adopter durant ce temps de l’Avent ? Qu’en pensez-vous ?

 

A demain pour ouvrir une nouvelle fenêtre.


 

Et si vous partagiez les pensées de l'Avent ?

 

Y a-t-il dans votre entourage une personne à qui vous auriez envie de lui offrir un peu de lumière ou de chaleur en cette période ? Partagez les pages de l'Avent 2013

 

Envie de partager plus longuement ? N'hésitez pas à en parler autour de vous et sur vos réseaux sociaux 


 

 

La pensée du jour vous parle ?

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article