Quand l’indifférence dresse un mur infranchissable

Publié le par processuscroissance--blog.com

1000 et 1 manière de ne pas se voir

 3.jpg

Il est 7h31

Le quai est envahi par une foule impressionnante.

C’est à qui pourra se faufiler le plus près du quai pour s’assurer une place assise dans le wagon.

Les regards vont de l’horloge à l’horizon du quai … surtout ne pas laisser la place à celui qui est à gauche, à celle qui est à droite.

Il est 7h34

Le train arrive.

Déjà bondé par les voyageurs de l’autre gare, peu de chance de trouver une place assise.

Des étudiants, des ouvriers, des cadres, un couple âgé … tous s’engouffrent dans la chaleur du wagon.

Il est 7h38

Le voyage commence.

Reste à prendre son mal en patience pour les 30 prochaines minutes. Pas de miracle, personne ne descendra avant, donc, aucune chance de pouvoir s’asseoir.

Epaules contre épaules, juste la barrière posée par la serviette de l’étudiant ou le sac à dos d’un inconnu qui entame un plus long voyage.

Ici et là un journal ouvert qui masque le visage.

Là-bas un groupe d’étudiant, tous occupés à lire leurs messages ou a surfer sur leur tablette pour découvrir le score du math du la veille.

Tout le monde se connaît. Chaque matin de la semaine ils se croisent et se décroisent et, pourtant, personne ne se connaît.

Ce train bondé transporte 500 usagers aveugles.

Ceux qui sont seuls, ceux qui sont en couples, ceux qui vont rejoindre la même classe, aucun regard n’est échangé.

Il est 8h10

Le train arrive dans la grande gare de la ville. Tout le monde descend et cette foule rejoint une autre foule.

Pour certain ce sera le même bus, lui aussi bondé d’avance. Pour d’autres ce sera un autre quai …

Ce soir, à 18h15 ce sera le même scénario à sens inverse.

C’est une histoire triste que vous venez de lire. C’est une manière de dresser le mur de l’indifférence.

Il y a encore 1000 manières d’apporter sa pierre au mur de l’indifférence

Ø  Ne pas regarder la vendeuse qui vous rend la monnaie

Ø  Ne pas regarder le serveur qui vient vous apporter votre café-croissant

Ø  Ne pas regarder le vendeur du journal des sans-emplois

Ø  Ne pas regarder celui qui tend sa main à l’entrée du supermarché

Ø  Ne pas saluer le voisin qui habite sur le même palier

Ø  Ne pas croiser le regard de celui qui vous bouscule par distraction

Ø  Ne pas sourire à l’enfant qui vous regarde en souriant

Ø  Ne pas …

1000 manières qui nous séparent d’un regard que nous aimerions recevoir. Un regard qui nous témoigne l'éclat de la vie.

Parfois nous aurions besoin d'un simple regard qui se pose sur nous pour que la journée soit différente.

Et vous, quelle est votre manière de contribuer à la construction de ce mur ?

Quelle est votre manière d’enlever jour après jour une pierre ?

Je vous propose de participer à votre manière à ce calendrier de l’Avent

Comment ?

C’est tout simple.

Je vous propose simplement d’apporter votre contribution à une question journalière. Toutes vos réponses seront réunies à Noël pour en faire un Ebook (livre électronique) que vous recevrez au début de l’année 2013 et cela, gratuitement.

La question du 3 décembre

Ø Pour vous, comment ressentez-vous cette montée d’indifférence dans notre société où tout devrait fonctionner grâce au résautage ?

Répondez après avoir cliqué sur « votre commentaire », juste ici dessous, après les boutons de réseaux.

Toute belle journée à vous et à demain.

 


Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

 

 

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

 

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

micky 12/12/2012 19:55


Comme une atmosphère lourde épaisse, ça peux mème angoissé, ça donne un air hostile à tous le monde, j'ose pas les déranger dans ils ont l'air tellement absorbé.

processuscroissance--blog.com 13/12/2012 09:47



Bonjour Micky


"ça donne un air hostile à tous le monde " Belle image ... le masque que nous portons ne reflète pas forcément ce que nous sommes intérieurement.


Bonne journée à toi.



Mira 04/12/2012 13:50


dans les trains, les gens sont encore trop endormi le matin et le soir trop fatigué de leur boulot....ils aiment leur "bulle",même cabossé!... hm... je pense que le réseautage se fait ailleurs,
selon l'âge et les besoins du boulot et de la vie privé.Heureusement il y a encore toujours des gens qui répondent à un sourire d'enfant, même dans un train bondé.

processuscroissance--blog.com 04/12/2012 21:17



Bonsoir Mira,


Merci pour ton intervention ... oui, une réponse donnée qui mérite un déploiement. Reste quand même qu'il est frappant de constater un manque de contact humain, ne serait-ce qu'un bonjour Mais,
c'est un autre volet.


Oui, heureusement qu'il y a toujours des gens qui répondent àun sourire d'enfant ... même dans un train bondé.


Bonne soirée à toi.



Jea 03/12/2012 07:57


Je ressens cette montée de l'indifférence comme un étranglement, comme une mise à mort lente, insidieuse, presque sadique. A l'insu, j'en suis presque sûre, des personnes qui la perpètrent.

processuscroissance--blog.com 03/12/2012 09:59



Hello Jea


Merci pour ta contribution. J'aime bien ta métaphore qui dit combien l'indifférence conduit à une souffrance de l'âme.


A bientôt. Madeleine